Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Éthique Numérique

  • Notre capacité d'attention est-elle soumise ?

    Prenons une profonde respiration. Regardons par la fenêtre. Que voyons-nous ? Sommes-nous, comme dans Les Méditations Métaphysiques de Descartes, dans l'impossibilité d'affirmer que ce sont bien des humains qui marchent dans la rue ? « Que vois-je de cette fenêtre, sinon des chapeaux et des manteaux, qui peuvent couvrir des spectres ou des hommes feints qui ne se remuent que par ressorts? Mais je juge que ce sont de vrais hommes, par la seule puissance de juger qui est en mon esprit, ce que je croyais voir de mes yeux ».

    Nous ne sommes plus à l'époque de Descartes, nous sommes au XXI° siècle. Nous avons été percutés de plein fouet par la technologie. Mais quelles sont les conséquences de cette "percussion" sur notre mode de fonctionnement. Aujourd'hui, grâce à Méta de Choc, je vous donne le choix suivant : écouter mes propos via deux épisodes (le temps d'un marathon) - n°1 & n°2 -  ou lire cet article jusqu'au bout de votre attention... Tout en sachant que l'article et les podcasts vont ensemble. Ils se complètent parfaitement.


    À quoi notre capacité d’attention est-elle soumise aujourd’hui ?

    D'abord nous devons chercher à définir notre "attention". Elle se définit par la tension de l'esprit vers un objet à l'exclusion de tout autre. Selon William James elle se définit comme la « Prise de possession par l’esprit, sous une forme claire et vive, d’un objet ou d’une suite de pensées parmi plusieurs qui semblent possibles [...] . Implique le retrait de certains objets afin de traiter plus efficacement les autres » (Extrait de The Principles of Psychology, Vol. 1, Chap. 11, « Attention », pp. 403-404).

    Notre capacité d'attention peut se définir comme le temps que nous nous accordons à la tension de notre esprit vers cet objet. Est-il possible de tordre notre capacité d'attention en la détournant ? En la soumettant à autre chose ? Ici quand on dit "à quoi est-elle soumise", je vais recentrer sur la "soumission librement consentie". Cette expression recouvre la traduction de Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois (1987) d'un concept de psychologie sociale (Compliance without pressure) introduit par Jonathan L. Freedman et Scott C. Fraser en 1966.  Elle décrit la conséquence d'un procédé de persuasion qui conduit à donner l'impression aux individus concernés qu'ils sont les auteurs de certaines décisions. Cette « responsabilisation » a pour objectif de conduire une personne à prendre plus rapidement et plus facilement une décision qui peut ou non lui être bénéfique mais qui est surtout favorable à celui qui use de cette méthode.


    D'où vient cette soumission librement consentie ?

    Pour répondre, nous devons adopter le regard de l’épistémologue et mettre en regard différentes évolutions technologiques et scientifiques (y compris les sciences humaines).
    Le fil de l’histoire entre nouvelles technologies depuis la cybernétique, en passant par l’ingénierie du consentement (fantastique remplacement de la propagande via Edward Luis Bernays). La systématisation des esprits, l’automatisation des prises de décisions va avec le développement des techniques de marketing. Équation simple d’une société qui a besoin de reconstruire son économie à la suite de la seconde guerre mondiale. Il faut faire entrer l’idée qu’une démocratie fonctionne que si les individus consomment des produits, des biens, des services….

    Norbert Wiener, en 1947, (au même moment que l’ingénierie du consentement de Bernays…) développe la théorie de la cybernétique formé à partir du grec κῠβερνήτης « pilote, gouverneur », apparaît dans la classification des sciences proposée par André-Marie Ampère et désigne « la science du gouvernement des hommes ». C'est en 1947 qu'un nouveau sens pour la version anglaise de ce mot est choisi par le mathématicien Norbert Wiener. Son but était de donner une vision unifiée des domaines naissants de l'automatique, de l'électronique et de la théorie mathématique de l'information, en tant que « théorie entière de la commande et de la communication, aussi bien chez l'animal que dans la machine ».

    De son côté, E.L. Bernays écrit : "La manipulation consciente et intelligente des habitudes et opinions des masses est un élément important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme secret de la société constituent un gouvernement invisible qui est le vrai pouvoir dirigeant de notre pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont modelés, nos goûts formés, nos idées suggérées pour la plus grande part par des hommes dont nous n'avons jamais entendu parler" (cf. Propaganda).

    Si nous devons citer quelques mécanismes, alors nous allons comprendre leur simplicité évidente :

    • les insultes (ou attaque ad hominem) : coco, fasciste, youpin, clodo, terroriste, anti-sémite, conspirationniste, complotiste, radical...
    • les généralités accrocheuses : civilisation, démocratie, la religion, patriotisme, l'amour, la santé...
    • les euphémismes : "dommage collatéral" au lieu de l'expression "victimes civiles", "TSPT (trouble de stress post-traumatique) au lieu de "névrose des tranchées"
    • le transfert d'autorité : user de l'autorité ou du prestige d'un symbole comme l'église (la croix), la démocratie (la statue de la liberté), la nation (l'oncle Sam) pour soutenir un programme ou une campagne. Également la médecine ou la science qu'on utilise pour renforcer un concept : par ex. "De plus en plus de médecins fument des Camel..."
    • utiliser les témoignages : citer une source respectable (par exemple : New York Times), une célébrité (Angelina Jolie) ou une figure du sport (Mohammed Ali) pour promouvoir par association d'idée un produit ou un concept.
    • Jouer avec la peur ou le sentiment de catastrophe / catastrophisme : la guerre froide est de retour, 11 septembre = peur du terrorisme.
    • Le prisme du sondage : utilisé pour changer un programme ou un concept mais les résultats peuvent être faussés selon les paramètres et les questions. Il est aussi facile d'utiliser les études corroborées par un comité d'experts.

    E.L. Bernays écrit : « l'ingénierie du consentement est l'essence même de la démocratie, la liberté de persuader et de suggérer » (cf. The Engineering of Consent, 1947).

    En 1962,  Jacques Ellul distingue deux types de propagande la propagande politique, très ancienne et dont on connait globalement aujourd'hui les modes de fonctionnement, et un nouveau type de propagande, la propagande sociologique : « La première (celle des gouvernements, partis et groupes de pression) se distingue de la seconde qui, moins visible, se rapproche de la socialisation, que l’on peut définir elle-même comme "processus d’inculcation des normes et valeurs dominantes par lequel une société intègre ses membres". Ellul oppose le caractère direct, délibéré et coercitif de la propagande politique (que l’on trouve en priorité dans les régimes totalitaires) au caractère "plus vaste", "plus incertain", idéologique, "diffus", inconscient et spontané, de la propagande sociologique. Celle-ci, que l’on répugne à désigner sous le terme de propagande dans nos démocraties pluralistes, agit "en douceur", par "imprégnation". Il s’exprime par la publicité, le cinéma commercial, les relations publiques, la technique en général, l’éducation scolaire, les services sociaux... En partie non intentionnelle, cette propagande repose sur ces activités multiples qui agissent de façon concordante comme un ensemble pour inculquer un certain mode de vie"  (source site de l'Association de Jacques Ellul "la propagande" par Patrick Troude-Chastenet, 2006)

    Pour comprendre cette évolution des mécanismes de l'influence, et donc de la torsion de notre attention. Nous devons prendre en considération, l'émergence de la publicité et de son "ombre" : le marketing.


    Le marketing de l’attention 

    Dans ce contexte, l'attention consiste à se mettre en position ou capacité de recevoir des informations dans le but de le traiter et prendre une décision. L'objectif d'un publicitaire consiste à déclencher l'attention de sa ou ses cibles par différents procédés. Capter l'attention pour déclencher un comportement et ou une intention comportementale sont les enjeux du marketing.

    Cette expression "marketing de l'attention", dans un sens restrictif, désigne un principe par lequel des individus sont rémunérés pour accorder de l’attention, lire, recevoir, ou réagir à des messages publicitaires. La rémunération est proposée par un éditeur de base de données qui loue sa base à des annonceurs, elle peut être monétaire ou se faire en offrant le support de réception des messages publicitaire (fax, tel mobile, accès Internet,etc.). L'autre expression également employée est "l’économie de l’attention".

    Nombreux modèles issus du marketing de l'attention n'ont pas connu de larges succès. Le surf rémunéré sur Internet ou les communications téléphoniques sponsorisées furent des exemples typiques de modèles d’économie de l’attention ayant rencontré l’échec. Au début des années 2000, des projets de distribution gratuite d’ordinateurs financés par la publicité furent même sérieusement évoqués et projetés. Et comme le site Elisabeth Feytit il y a eu des rémunérations proposées par Facebook à de jeunes internautes en échange de leurs données. 

    Maintenant, dans un sens plus large le "marketing de l’attention" fait également référence aux techniques publicitaires classiques qui cherchent à capitaliser sur l’attention apportée à un support publicitaire pour que celle-ci se transforme en attention portée au message publicitaire.

    Pour comprendre cela, il faut se remémorer le modèle dit AIDA :

    • A = attirer l'attention
    • I = susciter l'intérêt
    • D = provoquer le désir
    • A = inciter à l'action

    La hiérarchie des effets publicitaires est un modèle théorique d’explication de la persuasion publicitaire dans le cadre duquel plusieurs étapes doivent se succéder pour aboutir à la persuasion. Il existe plusieurs hiérarchies des effets publicitaires. La plus connue est probablement celle des chercheurs Lavidge et Steiner publiée en 1961.

    Les étapes de ce modèle sont les suivantes : notoriété > connaissance > attitude > préférence > conviction > achat.

    Mais finalement dans un monde où nous sommes percutés à chaque instant de messages (pas seulement publicitaires, les alertes d'informations, les messages personnels, les alertes concernant des jeux, des réseaux...), comment être certains que nous soyons attentifs ? Le marketing semble évoluer, depuis quelques années, vers la notion "d'intention".

    Du marketing de l’attention à celui de l’intention
    Le marketing de l’intention regroupe les techniques marketing basées sur la détection d’un signal d’intention. Ce dernier est ensuite utilisé pour soumettre un message marketing ou publicitaire dont la vocation est de transformer l’intention en action réalisée au profit de l’annonceur. Le plus souvent, le marketing de l’intention vise à exploiter la détection d’intentions plus ou moins directes d’achat, mais il peut également s’agir de détecter des intentions afin de tenter de les « décourager » comme par exemple dans le cadre de la prédiction du churn ou du retargeting on-site.

    Le marketing de l’intention regroupe donc de nombreux usages marketing :

    • usage des liens commerciaux ou du SEO pour cibler des requêtes « intentionnistes »
    • retargeting (la consultation d’une fiche produit est à priori un signal d’intention)
    • retargeting on-site (détection d’une intention de sortie)
    • relance panier
    • achat de fichiers d’intentionnistes ou de données intentionnistes

    La notion de marketing intentionniste est souvent liée à celle de marketing prédictif. C'est là qu'interviennent l'ensemble de nos datas que nous libérons gratuitement, spontanément partout. Là interviennent les nouvelles "customers data platform", les plateformes de récoltes des données clients. Elles savent tout de vous et bien plus (vos préférences horaires, sémantiques, vos trajets, votre carnet d'adresses, vos achats, etc.).

    Un instant nous pourrions nous croire protéger par cette masse de données (numériques ou non). Nous pourrions nous sentir en confiance, ce que nous faisons assez naturellement, puisqu'il nous est impossible de penser à tout cela, à chaque instant de notre existence. Nous pourrions également croire que finalement, nous ne sommes pas tant que cela attentifs aux publicités. Nous avons appris à vivre avec, à ne plus les voir... En sommes-nous si sûrs ?


    Attention publicitaire
    Dans le monde du marketing, nous parlons de l’attention publicitaire. Cette expression "d'attention publicitaire" recouvre l'un des grands facteurs d’efficacité publicitaire. Elle correspond au « A » du modèle A.I.D.A. Elle se traduit par l’attention apportée au message et constitue un préalable à la mémorisation. La notion d’attention publicitaire est complémentaire de celle de visibilité publicitaire.

    Selon les médias et supports publicitaires pris en considération, l’attention publicitaire est influencée par de nombreux facteurs :

    • disponibilité du contact exposé (un spectateur assis dans une salle de cinéma est plus disponible qu’un piéton)
    • implication à l’égard de l’univers produit
    • encombrement publicitaire
    • techniques d’accroche publicitaire utilisées


    Le potentiel d’attention publicitaire dépend notamment fortement du média publicitaire utilisé. L’attention publicitaire sur les formats display Internet est par exemple souvent limitée par le phénomène de « banner blindness ». L’attention publicitaire est également de plus en plus impactée par l’utilisation des smartphones et notamment par les pratiques de second écran en ce qui concerne la publicité TV.

    Pour certains médias et supports, l’attention publicitaire peut se mesurer par le biais d’études d’eye tracking ou par le biais d’indicateurs spécifiques tel que l’Alpha de l’attention. (Attention cependant à cette expression . Car « L’alpha d’attention » est un indicateur d’attention publicitaire développé par l’agence My Media en 2018 et destiné notamment à mesurer l’attention publicitaire potentiellement « accordée » aux différents médias publicitaires. Selon cette agence

    attention,méta de choc,soumission,data philosopher,numérique,internet,publicité
    Bien que les données de cette étude soient potentiellement intéressantes, il convient de noter que l’usage du terme Alpha (en lien avec le Bêta de mémorisation ou Le Bêta de Morgensztern) pourrait laisser à penser que ces valeurs sont issues d’études qualitatives / quantitatives menées sur le long terme alors qu’elles proviennent d’une « simple » étude déclarative ponctuelle réalisée par Harris Interactive auprès de 4.000 Français âgés de 15 ans et plus en Octobre 2018.


    Comment définir le concept  "d’économie de l’attention "?

    Les ressorts de la captation de notre attention sont toujours plus ou moins les même : l'habitude, la diversion, la réassurance...

    L'expression "économie de l'attention" a commencé à être utilisée en 1996. Son origine remonte à un article de l’économiste et sociologue américain Herbert Simon, publié en 1971, qui oppose les sociétés du passé, caractérisées comme « pauvres en informations », à nos sociétés actuelles, « riches en informations ».

    La différence tient à ce que nous avons tous désormais accès à une quantité d’informations pertinentes (voire indispensables pour nos pratiques) bien supérieure aux capacités attentionnelles dont nous disposons pour en prendre connaissance. Il convient donc de mettre au premier plan de nos analyses une nouvelle rareté : l’attention.

    En 1969, le chercheur Herbert Simon formule le concept en des termes plus précis : « Dans un monde riche en information, l'abondance d'information entraîne la pénurie d'une autre ressource : la rareté devient ce que consomme l'information. Ce que l'information consomme est assez évident : c'est l'attention de ses receveurs. Donc une abondance d'information crée une rareté de l'attention et le besoin de répartir efficacement cette attention parmi la surabondance des sources d'informations qui peuvent la consommer ». Pour les plus curieux, je vous renvoie à l'article de Stéphanie Arc dans le journal du CNRS et à l'essai de Yves Citton intitulé L’Économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme ?

    Vous y découvrirez le fait que la différence entre ces deux périodes tient donc à ce que nous avons tous désormais accès à une quantité d’informations pertinentes (voire indispensables pour nos pratiques) bien supérieure aux capacités attentionnelles dont nous disposons pour en prendre connaissance. 

    L'économie de l'attention est une nouvelle branche des sciences économiques et de gestion. Elle a pour fonction de traiter l'attention comme une ressource rare en prenant appui sur les théories économiques afin de problématiser, comme le souligne Daniel Kaplan,  « le fonctionnement de marchés dans lesquels l’offre est abondante (et donc économiquement dévalorisée) et la ressource rare devient le temps et l’attention des consommateurs ». 

    Je n'ai pas ici évoqué les biais cognitifs ce que j'avais fit lors de mon précédent article sur la notion d'attention. Cependant ce petit tour de notre attention n'est pas là pour vous faire peur, mais bien pour tenter de vous inciter à méditer sur la seule attention qui vaille : celle à soi-même. Il ne s'agit pas de dénoncer des mécanismes, il s'agit d'en prendre conscience afin de mieux interagir avec eux et d'essayer de se dessiner un "espace à soi". Un territoire de l'intime qui pour le moment semble s'émietter, voire même à disparaître. Cet espace mérite de renaître, afin de ne pas parachever la création de ce que Marcus appelait l'homme unidimensionnel ou encore de ce que Musil appelait l'homme sans qualités. Mes recherches sont des invitations, des ponts jetés par dessus bord. " Un rêve sans étoile, est un rêve oublié" disait Paul Eluard, évitons de nous oublier nous-mêmes : redonnons de l'épaisseur qualitative à l'humain.

     

     

  • Attention : le nouvel enjeu

    Attention, notre attention se perd, s'économise, se joue, se déjoue, s'achète. Mais c'est quoi l'attention ? Notre attention peut-elle être double ? Peut-elle se travailler ? Et si nous jouions au jeu des sept erreurs ? 

    attention,économie,marketing,éthique,internet

    Définissons de façon simple ce qu'est l'attention. Nous pourrions dire qu'il s'agit de la mobilisation de la vigilance d'une personne, se fixant sur un objet précis et reléguant à l'arrière-plan les autres éléments composant le champ psychologique.  Selon William James, l'attention se définit comme « la prise de possession par l’esprit, sous une forme claire et vive, d’un objet ou d’une suite de pensées parmi plusieurs qui semblent possibles […] . Implique le retrait de certains objets afin de traiter plus efficacement les autres ». 

    Pourquoi l'attention est-elle un enjeu crucial à l'heure actuelle ? Dans un monde où les informations viennent de toute part : notre attention n'est-elle pas devenue le centre d'attention de toutes les entreprises, marques, gouvernements ? Comment être encore attentifs à leurs messages alors que nous sommes bombardés d'alertes en tout genre (informations, téléphones, smartphones, objets connectés, réseaux sociaux, jeux en ligne, nouveaux médias... ) ? Comment les marques, les états ou les entreprises privées peuvent-ils réussir à encore atteindre leurs "cibles", c'est-à-dire nous, notre subjectivité ?

    En parallèle de l'apparition d'internet dans la sphère publique, à partir de 1996, l'expression "l'économie de l'attention" émerge. Cependant, l'origine de cette expression remonte à un article de Herbert Simon (économiste et sociologue américain), publié en 1971. Il oppose les sociétés du passé, caractérisées comme « pauvres en informations », à nos sociétés actuelles, « riches en informations ».

    La différence tient donc à ce que nous avons tous désormais accès à une quantité d’informations pertinentes (voire indispensables pour nos pratiques) bien supérieure aux capacités attentionnelles dont nous disposons pour en prendre connaissance (voir sur ce point le livre L’Économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme ?, sous la direction de Yves Citton, La Découverte, 2014).  

    L'économie de l'attention est une nouvelle branche des sciences économiques et de gestion. Elle a pour fonction de traiter l'attention comme une ressource rare en prenant appui sur les théories économiques afin de problématiser, comme le souligne Daniel Kaplan,  « le fonctionnement de marchés dans lesquels l’offre est abondante (et donc économiquement dévalorisée) et la ressource rare devient le temps et l’attention des consommateurs ». 

    On retrouve ce prisme dans le cadre du marketing. Notamment dans le modèle AIDA : attirer l’Attention, susciter l’Intérêt, provoquer le Désir, inciter à l’Action.

    Notons que jusqu'ici tout va bien... Sommes-nous en sûrs ? 

    Prenons un exemple simple : nous aimons avoir des outils qui facilitent notre créativité... Ils la simplifient : smartphone pour faire des photos, instagram pour avoir des filtres déjà faits, Canva pour faire de la mise en page, Word, Pages, etc. - autant d'outils qui nous sont communs mais qui nous enferment dans une habitude créative. Nous ne sortons que très rarement des "templates", des modèles de mises en page proposés.

    Et pourtant, nous utilisons une marque Apple dont le slogan est "Think Different"... Mais comment pourrions-nous penser différemment avec des objets déjà encadrés, prêts à l'emploi qui ne favorisent peu ou pas un imaginaire disruptif ?

    La complexité de notre société tient dans la multiplication des paradoxes auxquels, nous sommes soumis. 

    Mais où est notre attention ?

    Elle se cadre, et, dans le même temps, se déplie au fil des algorithmes qui nous propose des contenus fidèles à notre identité numérique calculée. 

    attention,économie,marketing,éthique,internet

    Faut-il, dès lors, penser un RetroDesign de l'attention ? C'est l'une des questions que pose le Think Tank Fing qui s'intéresse aux transformations numériques. Mais attention, s'il faut penser un tel design de l'attention, nous devons le penser selon une certaine éthique. Cela signifie que les algorithmes qui entourent notre pratique, doivent être repensés non pour nous faire perdre du temps, mais bien pour en gagner afin d'augmenter nos capacités (cognitives par exemple).  

    Comme l'a démontré Natasha Schüll, la dépendance se travaille avec le design. « Tout bon chercheur sur ce sujet reconnaîtra que la dépendance est en grande partie une question de rythme des récompenses et renforcements, c’est-à-dire une question de fréquence. » 

    Elle s'est intéressée à la conception de la dépendance dans l’univers des machines à sous (voir son ouvrage Addiction by Design – Machine Gambling in Las Vegas).

    Nous pouvons également lister les autres détournements de notre attention :

    • le Fomo (Fear of missing out) ou "la peur de manquer" : voir ce que font les autres, ce qu'ils disent, ce qu'ils ont mis en avant, etc. Cette peur est sans limite, il suffit de regarder les comportements autour de soi dans les transports, dans les écoles. La seule façon de ne pas subir c'est de déprogrammer les alertes, de ne plus se servir de son téléphone comme réveil (pour ne plus avoir la tentation de regarder les posts de la nuit de son réseau).
    • L'approbation sociale : nous cherchons tous à être reconnus. Avoir des likes, avoir des coeurs sur des posts... c'est une médaille de plus accrochée à notre inconscient. 
    • La réciprocité sociale :  qui que nous soyons, nous sommes très sensibles à la réciprocité des gestes. Si vous me dites bonjour, je dois vous le dire également. Regardez au début de Facebook les "poke"... aujourd'hui dans messenger vous pouvez envoyer des simples "hello"... Nombreuses sont les plateformes web qui utilisent cette faille de notre psychologie.
    • "Le gavage" : les pages sans fin, les flux infinis, les vidéos qui se lancent toutes seules… Pour nous intimer l'ordre de consommer, le mieux est de continuer à nous donner à manger, même lorsque nous n’avons plus faim. 
    • L’interruption instantanée : les messages qui nous interrompent immédiatement sont plus convaincants. Ainsi, Facebook Messenger indique automatiquement à l’expéditeur lorsque nous avons “vu” un message. Indirectement, nous sommes ainsi contraints à répondre puisque nous savons que l’autre a vu que nous avions lu le message. Cela est valable sur Snap également...
    • Les valeurs de l'entreprises entremêlées avec nos valeurs personnelles. Cet entremêlement rend difficile le fait de quitter une plateforme dont nous avons l'impression qu'elle incarne tout ou partie de nos valeurs personnelles.
    • Le biais cognitif de l'absence de choix. Bien que ce ne soit qu'un biais cognitif, nombreux sont ceux qui considèrent que le seul moteur de recherche est Google... 

    Comme le souligne Tristan Harris, il est parfaitement possible de créer une technologie qui ne nous ferait pas perdre de temps et qui éviterait les détournements d'attention.  

     

     

     

     

    Mais l'attention c'est quoi ?

    Faisons quelques petits jeux...


    Nous ne voyons pas ce qui change doucement. Notre attention est limitée temporellement et nous sommes peu réceptifs au changement progressif. C’est ce qui explique, notamment, que nous ne nous voyons pas vieillir.

    Notre attention est limitée dans le temps. Et nous sommes bien plus attentifs à ce qui bouge vite, à ce qui clignote (d'où les systèmes de récompenses dans les jeux)…Nous sommes loin d'être attentifs au changement progressif. 

    Essayons encore une fois avec une autre vidéo :


    Si nous nous concentrons sur quelque chose, nous ne pouvons nous concentrer sur autre chose. C’est ce qui explique en grande partie l’hyper-compétitivité à l’égard de la captation de notre attention.

    Pourtant, chaque jour, nous tentons de faire plusieurs choses en même temps. Y sommes-nous attentifs ?

     

     

  • Internet : la nouvelle zone de guerre

    Je vais ici, à nouveau, reprendre un de mes articles publiés par Jacques Flament, dans son magazine l'Impératif n°4. Pourquoi ? Simplement afin de poursuivre la tâche qui est la mienne : la transmission. Transmettre c'est aussi donner de l'accès à de l'information. Nous vivons dans un monde complexe où les nouvelles générations doivent trouver des outils pour avancer, pour créer leurs utopies. Ce n'est pas "Google" qui va leur proposer cet accès... Mais nous pouvons jouer des algorithmes en ce sens.

    Capture d’écran 2018-03-31 à 17.52.21.png

    Nous allons commencer par le plus simple : résumer sans doute la fin de ce qui aura été une très belle expérience. Collaborer à L'Impératif. Pourquoi ? D'abord parce qu'il s'agit de la démonstration flagrante de la fin de l'indépendance des médias. Mais pourquoi les médias devraient-ils être indépendants ? La réponse lapidaire, la plus simple, serait de vous dire parce que cela nous rendrait tous plus intelligents. Nous serions obligés de sortir des opinions préfabriquées et de la dictature du commentaire, ou de la petite phrase, du coup de gueule, etc. Enfin, vous avez raison, il est toujours plus facile de dormir.

    Reprenons donc.

    Jacques Flament, un matin, m’appelle et me dit : « Je vais faire une folie, mais ce serait bien, tu vois, un magazine culturel différent. » Ma réponse est que c’est, en effet, une pure folie mais que cela vaut le combat. Il a retroussé ses manches, travaillé double. Et L’Impératif est né. Rien que le titre. L’Impératif comme une volonté de dire au monde : « Réveillez-vous ! » Tout s’effondre et vos yeux rivés sur vos écrans vous ne voyez donc rien. Mais que se passe-t-il ? Et dans le fond, se passe-t-il quelque chose ?

    C’est cela que pointe Jacques Flament, il ne se passe rien et pourtant le monde grouille d’initiatives géniales, d’auteurs qui ont de  l’audace, etc. Et finalement, quand on a cherché à Paris, dans les kiosques indiqués, où était disposé le magazine, nous n’avions que nos yeux pour pleurer. Qui sous une étagère ? Qui derrière au fond en bas ? Invisible du regard.

    « Normal » m’a répondu un kiosquier. « Vendre ce truc, ça nous rapporte rien ! »… Là il faudrait vous expliquer le circuit de distribution, où comment si vous vendez tant de magazine du Point, de L’Express ou autre, vous aurez le droit à des compensations particulières (croisière, scooter, etc.). C’est sûr  qu’un éditeur indépendant ne peut pas rivaliser surtout quand il s’endette déjà à créer son magazine.

    Alors avec les feuilles d’automne, cette année, on ramasse la culture, on la met à la poubelle. Elle finira recyclée en assiettes en carton. Ainsi, elle peut retrouver la grande distribution et se fondre dans la masse.

    Jacques Flament c’est sans doute le dernier amoureux de la grande culture. Celle des idées, des débats, des livres, des auteurs, des réflexions. Chez lui, il y a comme une volonté de revenir à un Proust où l'envie folle de donner sa chance à des auteurs qui ont le courage d’affronter le monde avec leurs plumes, leurs mots, loin des habitudes de pensée.

    Loin du prémâché culturel que l'on nous donne.  Cette soupe indigeste que l’on nous sert chaque jour. Oui, la fin de l'Impératif sonne comme la fin ultime de la grande culture, celle où l'on sait donner sa chance à un argument bien mené. Où les heures passent à essayer d'interroger le sens des choses et du monde. Ce que nous appelons culture, aujourd’hui, n'est qu'un vaste déversoir d'influences, pour garder active la grande passion humaine : l'ignorance. C’est Lacan qui avait pointé cela : l’ignorance n’est pas passive. Elle est action. Et ici, nous dirons  qu’elle est un mimétisme passionné.

    Ce mimétisme est l’une des clefs dans la compréhension du fonctionnement d’Internet. N’oublions pas notre ami Norbert Wiener qui a créé l’outil de contrôle et de pilotage : la cybernétique. N’oubliez jamais qu’il écrit noir sur blanc dans son essai éponyme que c’est cela le modèle démocratique d’avenir : les êtres pilotés.

    Alors, oui, je n’écris pas pour plaire, pour satisfaire un segment du marché comme disent les responsables marketing. Je les entends par dessus mon épaule : « Nous devons targeter les moins de 50 ans ». Targeter, un bel anglicisme, vous ne trouvez pas ? C’est quoi une target, en bon anglais ? C’est une cible, en effet. Mais c’est aussi une trajectoire. Et c’est ce chemin qui fait que la target reçoit sur sa petite tête un missile. Car c’est avant tout un terme militaire. Et oui, c’est formidable la langue, vous ne trouvez pas ? On fait passer des idées, en détournant le sens des mots. Enfin en bon français, je pourrais parler de cible. Êtes-vous ma cible ? Vous qui me lisez ? Non ? A priori, je ne sais pas. Ce qui m’intéresse, c’est que nous puissions échanger, se comprendre, discuter à partir de ce que j’écris.

    Vous voyez comment le sujet arrive, si nous sommes tous les targets de quelqu’un, d’une  entreprise, d’une marque, d’une institution, c’est bien qu’Internet est une ZONE DE GUERRE depuis fort longtemps. Non, je ne dis pas que vous allez recevoir via un drone un message lâché de l’espace pour atteindre votre système nerveux central et donc obtenir, en retour, une action de votre part : un achat, un like, un vote… Pas besoin de drones, nous avons nos réseaux, nos boîtes de courriels, nos chats, etc.

    Au départ, l’Internet n’était pas encore le Web (le World Wilde Web). Il n’était qu’une vaste plaisanterie née de l’esprit de hackers. Mais très vite, la finance a vu le marché potentiel. Pour que le tout devienne marché marchand, il fallait le virus de la mondialisation : le www. Le World Wilde Web, littéralement la « toile (d’araignée) mondiale ». Mais qu’y avait-il donc à tisser dans cette toile ? Notre passion pour l’ignorance. Elle allait devenir universelle et même fondamentale. À cet instant précis qu'Internet est devenu une zone de guerre, non aujourd'hui.

    INTERNET, ZONE DE GUERRE(S)

    Si vous cherchez via Google, vous aurez un mal considérable à définir et à faire le lien entre ce qu’est une zone de guerre et Internet. J’ajoute même que c’est impossible tant les liens de réponse renvoient vers tout et n’importe quoi.

    De façon basique, nous savons ce qu’est une zone de guerre, c’est un espace délimité, plus ou moins clos, dans lequel se déroule une guerre. Mais alors comment Internet, qui est si vaste, peut-il être une zone de guerre ? Une guerre cela tue, il y a des monstruosités, etc. Vous savez les vendeurs d’armes, de femmes, d’enfant ou encore de parties du corps humain, etc. sont sur Internet. Ils ne sont pas immédiatement visibles, je le concède. En revanche, ce que nous voyons fleurir ce sont les vidéos de décapitations, de viols, de cérémonies étranges, de rituels immondes, etc. Sommes-nous tous anesthésiés ? Aujourd’hui, n’importe qui, même un enfant de quatre ans peut accéder à des contenus insensés (voir des morts, des bombes, des personnes en feu, etc.). Internet est devenu le lieu de tous les lieux, de tous les trafics, de tous les algorithmes. C’est une  zone de guerre à part entière. Et cela à plusieurs niveaux :

    • au travers des jeux (qui sont, rappelons-le, devenus le lieu de recrutement tant pour l’armée que pour les terroristes) ;

    • au travers de la conquête de l’opinion publique ;

    • au travers évidemment des trafics qui existent tant sur le net pratiqué par le grand public que sur la partie cachée (ou dark web).

    À rang égal, pour moi, la guérilla marketing et la guérilla terroriste. Chacun sa vision de la liberté. Au bout du compte, l’internaute n’est plus libre de dresser son propre chemin de recherche, de compréhension. Tout est calibré pour qu’il clique à l’endroit voulu, qu’il comprenne l’information dans un sens plutôt que dans un autre. Si vous croyez encore au hasard des élections, vous êtes bien naïfs. Sur Internet tout est prédictible et ce sans  marge d’erreur. N’oubliez jamais cette phrase de Marguerite Duras : « Même la guerre est quotidienne. » Et aujourd’hui, nous pourrions ajouter, elle est chez nous, mais nous refusons de la voir, nous restons penchés sur nos Smartphones à attendre le nouveau mot d’ordre : celui qui désignera un ennemi public numéro un.

    TERRORISME & IMPLANTATION DE LA E-DIPLOMATIE

    Selon Gabriel Weimann, professeur à l'Université de Haïfa en Israël, en 2015, « 90 % de l'activité terroriste sur le Net passe par les réseaux sociaux ». Une autre étude qui donne  le vertige : celle de l’Institut (américain) Brookings. On peut y lire que la même année, on dénombre 46 000 comptes Twitter soutenant ouvertement l'État islamique. Et face à cela que faisons-nous ? Qu’est-il possible de faire ? Où placer le curseur de la vie privée ? L’application qui pose ouvertement ces questions, c’est l’application Telegram (telegram.org). Adorée par les hommes politiques, autant que par les terroristes. Son usage répété suscite autant la peur que l’engouement. Nous nageons en plein paradoxe.

    Clairement, Telegram ne souhaite pas collaborer avec les autorités étatiques. Pavel Durov l’un de ses fondateurs prône la liberté totale de communiquer. Échanger sur Telegram, c’est aussi privé qu’une conversation entre amis. L’argument marketing est ensuite celui d’une  application totalement sécurisée (grâce au chiffrement des messages). En septembre 2015, il affirme : « Je pense que notre droit à la vie privée est plus important que notre crainte que des choses mauvaises arrivent, comme le terrorisme. » Il ajoute : « Au final, l’État islamique trouvera toujours un moyen de communiquer. Et si un moyen de communication se révèle insuffisamment sécurisé pour eux, ils en trouveront un autre. Je ne pense pas que nous devrions nous sentir coupables.»

    Sans doute, de tels arguments sont-ils audibles. Mais un autre semble plus simple : l’impossibilité matérielle des équipes à tout contrôler. Mais l’acharnement contre Telegram est intéressant, car il masque en fait la volonté hégémonique de Google.

    En effet, en 2015, le directeur de Google Ideas lance des idées pour éradiquer le terrorisme. Il lance une surveillance accrue, une détection des mouvements via des algorithmes  nouveaux… Google à pas feutrés devient l’incontournable  de la diplomatie. Entre-temps, la société a changé de nom, elle s’appelle Jigsaw. Sous couvert d’être un incubateur de technologies, Jigsaw se consacre à la compréhension des défis mondiaux et à l'application de solutions technologiques.

    Par défis mondiaux, il faut entendre : la lutte contre l'extrémisme, la censure en ligne et les cyberattaques, la protection de l'accès à l’information. Jared Cohen, qui était auparavant à la direction du Comité de planification des politiques du Département d'État des États-Unis, est le fondateur et président de Jigsaw et a été fondateur et directeur de Google Ideas. Drôle de coïncidence, non ?

    Continuons le storytelling de cette société : Jigsaw construit des produits pour soutenir la libre expression et l'accès à l'information pour les personnes qui en ont le plus besoin – ceux qui font face à la violence et au harcèlement.

    Alors en pratique, sur le terrain, cela donne quelque chose comme les révolutions de couleurs ou les  printemps arabes. En donnant accès à certains et en privant d’autres d’Internet… Et sur Internet, Jigsaw a mis en place une sorte de redirection fondée sur des requêtes que les djihadistes font. Cette technique s’appelle Redirect Method s'appuie sur l'algorithme générant résultats de recherche et bannières publicitaires. Le programme identifie les recherches utilisant le champ lexical typique des sympathisants de Daech. Il propose en priorité des liens attractifs menant à des vidéos Youtube contredisant la propagande de l'EI.

    Selon, le magazine Wired, 1 700 mots-clés ou phrases, comme "fatwa pour le djihad en Syrie", ont été identifiés. Les liens générés par de telles recherches renvoient, entre autres, à des vidéos de témoignages d'anciens extrémistes ou des discours d'imams dénonçant le dévoiement de l'islam par l'EI, en arabe ou en anglais. Des vidéos disponibles avant le lancement de cette opération que Jigsaw a choisi de valoriser.

    Nous assistons à la première guerre sur Internet. Car pour la première fois de notre histoire, une organisation terroriste dispose à la fois d’un territoire physique et digital. Jared Cohen (dans un article de la revue Foreign Affairs) compare la structure terroriste à celle d’une grande entreprise. À sa tête : une direction générale très éduquée, installée en Irak et en en Syrie. Cette direction définit la stratégie idéologique et la répercute sur des managers qui font en sorte de l’exécuter et la diffuser (sur les réseaux qu’ils soient physiques ou numériques).

    Enfin, je ne peux pas vous laisser sur cette dernière information sans vous faire la démonstration du prisme perceptif dans lequel nous baignons. Internet est une zone de guerre et comme dans toute zone de guerre, il y a des bons et des méchants. Donc, en fonction de notre zone culturelle, nous avons des ennemis. Ceux-ci nous sont présentés de façon plus ou moins directe. Sans nous en apercevoir, notre opinion est dictée.

    INTERNET & L’OPINION MANIPULÉE /MANIPULABLE

    Le 2 novembre dernier, les médias français ont lancé une bombe aux yeux des citoyens : « La Chine va noter ses concitoyens à partir de leurs données numériques. » Fini l'espoir de liberté dans ce grand pays qui fait si peur. Les citoyens sont espionnés, notés...

    Sur le France 2/France Info, on peut lire et entendre : « Ce n'est pas vraiment un vent de liberté qui souffle sur la Chine. Le parti communiste et son Président ont décidé qu'en 2020, tous les citoyens pourraient être notés sur la base de leurs données personnelles et professionnelles : c'est le crédit social. Ce système de notation à l'échelle de tout un pays pourrait ressembler à certains règlements d'évaluation de la population déjà mis en place dans certaines villes. »

    Reprenons car, même en bon français, ces trois phrases ne veulent rien dire. Et pourtant l'information passe : « La Chine va noter ses concitoyens. » Alors, reprenons la première phrase : « Ce n'est pas vraiment un vent de liberté qui souffle sur la Chine. » Qu'est-ce que ce début de paragraphe ? Ne serait-ce pas une litote ? Vous savez cette figure de rhétorique et d'atténuation qui consiste à dire moins pour laisser entendre davantage.

    En d'autres termes, nous lisons : « La Chine met fin à la liberté. »

    Et ce n'est que le début. « Le parti communiste et son Président ont décidé qu'en 2020, tous les citoyens pourraient être notés sur la base de leurs données personnelles et professionnelles : c'est le crédit  social. »

    Notons qu'ici, la phrase débute avec l'ordre du pouvoir, soit l'autorité. Puis la phrase continue sur une échelle de temps. Donc, rassurez-vous la fin des libertés est officiellement datée pour 2020.

    Il s'ensuit un conditionnel qui passe comme inaperçu : « Tous les citoyens pourraient être notés… » Alors ils vont l'être ou pas ? Ensuite, il y a plus grave :  "…sur la base de leurs données personnelles et professionnelles : c'est le crédit social. "

    Alors en gros, si je comprends bien cette tournure de phrase, le crédit social se définit comme une notation sur la base de données personnelles et professionnelles.

    Mais là, je ne comprends pas du tout. Je suis même perdue... Car il me semble que le crédit social se définit, avant tout, comme une idéologie économique et un mouvement social qui est apparu au début des années 1920.

    À l'origine, c'était une théorie économique développée par l'ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas. Chaque citoyen reçoit chaque année un total de monnaie créée proportionnelle à la croissance des biens et services, et inversement proportionnelle  au nombre de citoyens de la zone monétaire.

    Le nom crédit social dérive de son désir de faire que le but du système monétaire (crédit) soit l'amélioration de la société (social). Le crédit social est aussi appelé dividende universel, dividende social ou, de façon sans doute plus adaptée, dividende monétaire. Alors soudain, je me souviens que cette information est déjà parue en 2015 sous une autre forme (voir le site de TV5). Elle portait la même accusation mais cette fois vis-à-vis de l'entreprise Sesame Credit qui s'occupe de financement et de notation de crédit. Bien que l'article soit une critique de l'organisation chinoise, il faut remarquer qu'il y a une phrase sur laquelle, il serait intéressant de s'arrêter : "Ces systèmes dits de score credit (évaluation des capacités d'emprunt) existent ailleurs dans le monde, de façon importante aux États-Unis par exemple, et permettent aux organismes prêteurs de vérifier la confiance pouvant être accordée à un emprunteur en fonction de ses  dépenses, de ses remboursements, de ses comportements financiers… »

    Bref, tout le monde fait pareil ! Si je vais demander un prêt à ma banque, elle va évidemment me dire la même chose, elle va regarder ma capacité de remboursement et me donner une réponse en fonction. S'agirait-il dès lors d'un marronnier éditorial en France ? Sans aucun doute... Mais il est surtout important d'observer d'où cela vient.

    Grâce à un ami traducteur, nous avons recherché. Et il a trouvé. Car en Chine tout est mentionné clairement. Donc dans un document établi par le gouvernement chinois et intitulé Plan sur l’édification du système du crédit social 2014-2020on trouve le paragraphe suivant :

    互联网应用及服务领域信用建设。大力推进网络诚信建设,培育依法办网、诚信用网理念,逐步落实网络实名制,完善 网络信用建设的法律保障,大力推进网络信用监管机制建设 。建立网络信用评价体系,对互联网企业的服务经营行为、上网人员的网上行为进行信用评估,记录信用等级。建立涵 盖互联网企业、上网个人的网络信用档案,积极推进建立网 络信用信息与社会其他领域相关信用信息的交换共享机制,大力推动网络信用信息在社会各领域推广应用。建立网络信 用黑名单制度,将实施网络欺诈、造谣传谣、侵害他人合法 权益等严重网络失信行为的企业、个人列入黑名单,对列入 黑名单的主体采取网上行为限制、行业禁入等措施,通报相 关部门并进行公开曝光。

    Cela signifie que des entreprises du Web (comme celle évoquée par TV5 en 2015) ont mis en place leurs systèmes d’évaluation de la possibilité de crédit de leurs usagers. Une note de confiance est attribuée aux usagers. Cela garantit leurs services financiers, comme les prêts à accorder. Mais il y a un gap entre ces entreprises et l'État. Quand on indique, en France, qu'il s'agit de la fin de la liberté, ne ferions-nous pas mieux de connaître nos lois internes ?

    Aurions-nous la mémoire courte ? Le 24 décembre 2015, le gouvernement a publié le décret d'application du très contesté article 20 de la loi de programmation militaire (LPM). Ce texte prévoit un accès très vaste des services de l'État aux télécommunications  (téléphone, SMS, Internet, etc.) des Français, et à toutes les informations qui transitent par les réseaux nationaux. Cette mesure de surveillance avait été nommée accès administratif aux données de connexion, et avait été votée fin 2013. Elle est donc entrée en vigueur le 1er janvier 2015.

    Alors ne devrions-nous pas plutôt aider les éditorialistes français à recentrer leur regard ? Ainsi nous éviterions de créer un prisme perceptif dans lequel la Chine est un ennemi... Nous pourrions aussi comprendre que la société de contrôle (née de la plume de William S.  Burroughs) est avant tout occidentale, puisqu'elle naît avec l'affaiblissement des institutions disciplinaires...

     

    "Déguiser sous des mots bien choisis

    les théories les plus absurdes

    suffit souvent à les faire accepter."

    GUSTAVE LE BONAphorismes du temps présent

     

     

  • Culture(s) Numérique(s)

    culture numérique,culture,numérique,épistémologie,philosophie de guerre,sciences

    J'entends déjà les cris des philosophes. Stop. Au coeur du bruit et de la fureur, un monde s'est ouvert.

    Rassurez-vous, il est plus ancien que l'apparition de l'Internet chez chacun d'entre nous. J'entends encore le bruit des premiers modems 56 k. Et c'est bien pour cela que je me bats pour que nous établissions une épistémologie du numérique, distincte de celle du web. La seconde appartenant à la première. 

    Nous devons remonter le fil des créations technologiques pour comprendre. Chaque technologie a engendré sa part de création culturelle. Nous devons à la fois déjà distinguer : l'usage simple (la facilitation de certaines tâches) et l'usage plus complexe (la création d'une oeuvre d'esprit). En d'autres termes, faire du graphisme en se servant de logiciels, de "template" pré-existant n'est pas pour moi de la création pure, c'est une forme d'optimisation. Évidemment nous pourrions dire qu'il s'agit cependant d'une création facilité. 

    Il y aurait donc une "culture numérique" qui serait une connaissance des réseaux, des outils, des arts. Et une "culture numérique" qui serait créative. 

    Donc reprenons. Oui il existe une "culture numérique". Mais attention, nous devons la définir de façon stricte (d'une façon qui ne va pas plaire à la nouvelle génération) et certainement déplaire à ma génération. Mais nous devons faire cet effort :  il s’agit de l’ensemble des productions intellectuelles humaines (soit des oeuvres d’esprit) réalisées à l’aide des outils et du calcul informatiques. En d’autres termes le mot « culture » ici ne trouve sa définition qu’en rapport avec une oeuvre produite (image, son, écriture, peinture, dessin, vidéo, image…).

    Par « numérique » nous devons entendre l’ensemble des procédés et des techniques qui permettent de transformer n’importe quel objet en ensemble de données binaires, les algorithmes informatiques qui traitent ces données ainsi que les procédés qui génèrent des rendus tangibles des résultats obtenus, notamment sous forme visuelle, sonore ou d’objets physiques.

    Les cultures numériques sont donc la rencontre de la production culturelle et artistique avec les sciences et les technologies informatiques.

    En d'autres termes, quand, par exemple Laurie Anderson, en 1981, enregistre un morceau O Superman de manière confidentielle sur le label One Ten Records. Elle entre dans ce que nous pourrions appeler les "cultures numériques". Les techniques de transformation des sons, de sa voix via des synthétiseurs, etc. sont des techniques numériques. 


    Quand le groupe Kraftwerk en 1970 sort son album éponyme. Nous pourrions également les faire entrer dans la préfigurations de la "culture numérique". Leur musique est une transformation des sons de leur environnement. 


    Le plus connu est le morceau Robot, dont voici un live récent mais qui donne la dimension novatrice de ce morceau qui date de 1978. 

     

    Ce morceau est très intéressant car on retrouve des sons du jeu vidéo sorti la même année : Space Invaders.

    Développé par la société japonaise Taito, le jeu sort en 1978 sur borne d'arcade. Il s'agit d'un shoot them up fixe.  Il inspiré de plusieurs médias populaires de l'époque pour réaliser Space Invaderstels que Breakout (premier jeu de casse briques) ou La Guerre des mondes (roman de Herbert Georges Wells). 

    Nous pourrions poursuivre jusqu'à notre présent, avec les représentations des Space Invaders sur les murs de Paris, ou différentes capitales du monde. L'artiste se nomme Invader (il est né en 1969 et diplômé de l'école des Beaux-Arts de Paris). L'aventure a débuté à côté de la place de la Bastille en 1996. Donc depuis plus de vingt ans, l'artiste installe des Space Invaders réalisés en carrelage ou en petit carreaux de mosaïques sur les murs des grandes métropoles internationales, et ce jusque dans l’espace.

    Le programme de l'invasion commence réellement en 1998. Paris est considéré comme le berceau de l’invasion. Invader se définit lui-même comme un hacker de l’espace public propageant dans nos rues un virus de mosaïque. La rue est sa toile, ses invasions des dons à la ville et à ses habitants. Notons qu'il existe également une application téléchargeable depuis le site de l'artiste, qui vous permet de "flasher" et "géolocaliser" l'oeuvre prise.

    Mais revenons dans les années 1970. Avec l'incontournable Pierre Henry. 

    En 1967 il lance Messe pour le Temps présent composée avec Michel Colombier, sur commande de Maurice Béjart pour sa création chorégraphique Ballet du XXe siècle, lors du festival d'Avignon. Neuf tableaux se succèdent (le Souffle, le Corps, le Monde, la Danse, le Couple, Mein Kampf, la Nuit, le Silence, l'Attente), formant un mélange détonnant. 

    Bref, le morceau le plus connu est évidemment Psyché Rock. 


    Ce morceau a depuis été repris dans de multiples films ou spots publicitaires. Il a également été remixé par de nombreux artistes et musiciens, notamment Fatboy Slim (en 2000).

    L'origine de ce morceau se trouve dans le standard de garage rock Louie Louie écrit par Richard Berry en 1956 et rendu célèbre par les Kingsmen en 1963. 


    Et où la nouvelle génération, peut-elle rencontrer ce morceau Psyché Rock et bien dans le générique du dessin animé Futurama. 


    Les cultures numériques ne sont pas que de simples traces. Elles sont des inventions, des arts mixés, métamorphosés, transformés pour être livrés à un regard public.

    Là vont entrer d'autres dimensions des cultures numériques : la diffusion et l'émergence d'un nouveau public (qui ne nécessite peut-être plus de présence physique).

    La diffusion via des réseaux numériques, mais aussi via l'éducation. Sans compréhension de ce qu'implique la recherche en cultures numériques pas de possibilité d'accéder à cette connaissance.

    Cette diffusion doit donc être la plus libre possible. D'où il résulte la nécessité de résister afin de conserver la neutralité du net. Sans cela les contenus créatifs non labélisés par les monopoles du net se trouveront perdus au sein des algorithmes.  Je rappelle sur ce point les travaux de Hervé Le Crosnier.

    Rappelons seulement que numérique ne s'arrête pas au web. L'acceptation est bien plus large. Elle est technique. Attention également ici aux bouleversements engendrés par "le choc des simplifications" des technologies. Google c'est simple mais cela ne vous donne pas des réponses, cela vous suggère des mots, des liens en fonction de la pertinence par rapport à votre profil. Par exemple. 

    Nous devons donc revenir à notre définition de "cultures numériques" pour tenir face aux pièges de la simplicité, les pièges de l'attention du goût : "il s’agit de l’ensemble des productions intellectuelles humaines (soit des oeuvres d’esprit) réalisées à l’aide des outils et du calcul informatiques".

    Nous devons à l'inverse du numérique, du web ultra-rapide, ultra-connecté, prendre du recul. Nous devons nous interroger sur les nouvelles formes d'art qui émergent et dont les racines numériques sont plus profondes qu'un simple algorithme ou code binaire. 

    Sans doute devons-nous nous pencher sur le cas de l'artiste Du Zhenjun (杜震君). Il crée des installations interactives contemporaines, comportant des capteurs qui permettent de créer des rencontres entre les spectateurs et des personnages virtuels (Présomption, 2000; La tour de Babel, 2003).

    Son travail photographique sur la Tour de Babel nous appelle à nous interroger sur les possibilités de l'art et les ruines de notre monde. Notre oeil doit travailler à comprendre les détails d'un présent sombre, d'un futur noir. Ce n'est pas parce que nous sommes au coeur de la catastrophe annoncée que nous devons fuir. Nous devons nous réinventer au coeur de cette vitesse de passage.

    Nous devons, sans doute, creuser nos neurones, interroger nos connexions numériques (et/ou neuronales) afin de dépasser les paradoxes et définir de nouvelles utopies. Réfléchir au(x) culture(s) numérique(s), c'est poser les bases d'une démocratie liquide éthique avec de nouvelles perspectives d'être au monde.

    À suivre (ou si vous préférez en code binaire : 11100000 00100000 01110011 01110101 01101001 01110110 01110010 01100101 )