Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Data Philosophie(s)

  • IA & Droits humains

    Lundi 10 janvier 2022, le Président de la Conférence des OING et le Président du Comité « Droits humains et intelligence artificielle» de la Conférence des OING ont invité des centaines d’internautes à participer à un webinaire sur le thème « Droits humains et Intelligence artificielle ». Trois intervenants, représentant trois institutions différentes, avaient chacun quinze minutes pour présenter leurs travaux sur les législations en matière d’IA. 

    Pour la Commission européenne, Kilian Gross, Chef de l’unité « Élaboration et coordination de la politique en matière d’intelligence artificielle »à la DG CNECT de la Commission européenne. Il a présenté les propositions de règlement de la Commission européenne. 

    Thomas Schneider, Ambassadeur, Chef du service des affaires internationales, Office fédéral de la communication OFCOM, Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC, Représentant de la Suisse et membre du bureau du Comité Ad Hoc sur l’Intelligence Artificielle (CAHAI) du Conseil de l’Europe (dont les travaux se sont achevés le 6 décembre 2021).

    Pour l’UNESCO, Irakli Khodeli programme spécialiste dont la mission consiste à faciliter l’élaboration,  l’adoption et la mise en œuvre de la recommandation de l'UNESCO sur l'éthique de l'intelligence artificielle (IA), le tout premier instrument normatif mondial dans ce domaine. 

    Pour comprendre les enjeux des législations, j'ai décidé de répondre par un article qui permet de saisir les définitions de l'IA, de l'éthique et des questions que soulèvent ces premières tentatives de législation. Il est déjà parfaitement remarquable de découvrir que ces dernières n'ont pas été démocratiquement débattues. Or il s'agit bien de notre avenir dont il est question...

     

    Voici le sommaire (pour accéder à l'article en entier, cliquez-ici !) :

     

    Quel est le contexte de ce webinaire ?

    Définir l’IA

    1- des systèmes qui pensent comme les humains  :

    2- des systèmes qui agissent comme les humains :

    3- des systèmes qui pensent rationnellement :

    4- des systèmes qui agissent rationnellement :

    L’histoire de l’intelligence artificielle

    Pas d’IA sans Data

    Qu’est-ce que la data ?

    Qu’est-ce que la donnée personnelle ?

    Qu’est-ce que l’Open Data ?

    Capta plus que les Data

    Pourquoi faut-il se soucier de nos capta ?

    Capta (data), algorithme & IA

    IA = algorithme + données + calcul statistique

    Vers une dictature (bénéfique) numérique ?

    Légiférer l’IA ou ses applications ?

    IA & droit européen

    Trois niveaux d’attention pour légiférer l’IA

    • Au niveau de l’algorithme
    • Au niveau des données
    • Au niveau statistique

    Une IA éthique

    UNESCO & sa norme sur l’éthique de l’intelligence artificielle

    Demain un contrat éthique ?

    De quelle éthique parlons-nous ?

    • Éthique(s) normative(s) :

    Éthique de la vertu

    Éthique conséquentialiste

    Éthique de la déontologie

    Éthique(s) appliquée(s) :

    • Éthique numérique

    Éthique de la data

    La méta-éthique :

    • L’éthique artificielle :
    • L’éthique minimale :
    • Ébauche d’une méthodologie éthique

    L’éthique n’est pas la conformité

    Quelques clefs pour une éthique appliquée

    1- Prendre du recul

    2- Choisir la meilleure éthique possible

    3- Arbitrer avec une personne tiers

    Segmenter l’éthique appliquée

    1- L’éthique by design

    2- l’éthique des usages

    3- l’éthique sociétale

    Une éthique numérique commune ?

    1- une éthique appliquée pour les métiers numériques ?

    2- une éthique minimale numérique commune ?

    Essayons de conclure éthiquement

    >>> Accès IA & Droits Humains

     

     

  • Comment communiquer sans Internet ?

    Une question est venue brutalement écourter ma nuit "comment communiquer sans Internet ?" Cette question se pose. Imaginons une coupure de courant, ou simplement un Internet en panne, ou hacké (comme en 2016 aux USA). Essayons de comprendre et de trouver une solution à cette question.

     

    1/ Comment fonctionnent nos smartphones ?

    C'est sans doute la première question à laquelle nous devons répondre. Car si notre téléphone vient partout avec nous... si nous nous en servons tous les jours, nous ignorons le plus souvent comment il fonctionne.

    Et il est vrai qu'il y a un côté magique à cet objet. Tout d'abord nous parlons, la parole que nous émettons modifie l'air qui nous entoure, et ainsi nous faisons vibrer la membrane du microphone. Notre voix est un signal analogique, sa variation est continue. Le microphone de notre téléphone, transforme ce signal en un autre signal dit numérique. Cette transformation est rendue possible grâce à un capteur MEMS (acronyme de Micro Electro Mechanical Systems) Ce signal numérique est codé en binaire. À cette épate notre voix est numérisée (à l'aide de 0 et de 1).  Ce signal est  ensuite capté en interne dans le téléphone pour être transformé en onde électromagnétique (au niveau de l'antenne interne de nos smartphones). Cette onde peut se déplacer dans le vide ou dans l'air (avec une vitesse proche de celle de lumière soit 300 000 kilomètres par seconde). Mais elle ne peut le faire que sur une courte distance et surtout sans obstacles (mur, arbre, etc.).

    Comme le souligne le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), les ondes électromagnétiques "correspondent aux oscillations couplées d’un champ électrique et d’un champ magnétique, dont les amplitudes varient de façon sinusoïdale au cours du temps. Elles transportent de l’énergie mais elles sont aussi capables de transporter de l’information".

    Les ondes électromagnétiques sont donc captées par des antennes relais (à proximité de là où vous vous situez). Elles vont renvoyer d'abord votre requête à un central dit MSC (Mobile services Switching Center ou Mobile Switching Center. Celui-ci correspond à votre opérateur (donc aux informations contenues dans votre carte SIM). Il s'agit de votre MSC de rattachement. C'est lui qui va transmettre votre requête au  MSC de rattachement de votre interlocuteur.

    smartphone,communication,internet,réseaux,mobile,sans internet,communiquer,radio,talkie-walkie,survivalisme,confinement

    Plus qu'un long discours sur le fonctionnement de nos téléphones (intelligents de poche), une vidéo, issue de la chaîne Youtube Apprends l'engineering qui explique cela en quelques images.


     

    Nous voyons bien ici qu'en fonction d'une coupure Internet ou d'une panne générale d'électricité, nos smartphones ne nous serons d'aucune utilité. La seule exception serait de pouvoir transmettre les ondes électromagnétiques de notre téléphone directement à notre interlocuteur. Mais faut-il que ce soit en champ proche ? Et ceci est-il possible et comment ?

     

    2/ Communiquer avec son smartphone sans internet

    En cherchant, j'ai évidemment découvert quelques possibilités. Mais j'ai aussi pris conscience de la fragilité de ces applications qui au fil des années ont disparu. Mais voyons déjà comment cela peut être encore envisageable.

    En premier lieu, nous devons avoir :

    • un téléphone portable ou smartphone (ou même une tablette ou une montre connectée) qui soit compatible avec les applications ;
    • cette application doit être installée sur les différents outils (tablette, smartphones, montres...)
    • évidemment la distance entre les terminaux ne peut être que courte pour que la communication puisse avoir lieu.

    smartphone,communication,internet,réseaux,mobile,sans internet,communiquer,radio,talkie-walkie,survivalisme,confinement

    Évidemment à ce niveau de proximité, il n'existe que deux technologies intégrées à nos téléphones qui peuvent nous aider à savoir le Wifi ou le Bluetooth. Ce sont ces deux techniques qui permettent le dialogue direct entre terminaux. Elles évitent de passer  par les infrastructures existantes des opérateurs téléphoniques. Nous pourrions ajouter la Li-Fi, technique qui passe par la lumière (LED) pour transmettre les informations. Mais si nous sommes face à une coupure générale d'électricité impossible l'utiliser.

    En 2014, il existait une application du nom de FireChat. Mais elle a disparu avec beaucoup d'autres dans les abimes du numérique.

    Quelques applications

    Cependant ces applications ne fonctionnent que si un grand nombre d'utilisateurs s'en servent. Chacun devenant le relais des uns et des autres. Il s'agit d'une chaîne de relais, en quelque sorte. En d'autres termes il faut que les téléphones aient encore de la batterie quelles que soient les conditions.

    3/ Communiquer sans Internet et sans smartphone

    Évidemment, c'est très étrange de faire cette liste de possibilités. Cependant, n'oubliez pas que votre smartphone est un formidable mouchard (pour ceux qui en douteraient encore, je renvoie à l'excellent documentaire Nothing to Hide). D'autre part, comme le souligne le site Résilience-Urbaine dans son article consacré aux communications en temps de crise "Si les relais de communications s’effondrent (catastrophe naturelle, saturation ou panne du réseau, perturbation électromagnétique…) votre smartphone ne vous sera plus d’aucune utilité."

    Il fut un temps où les lignes fixes auraient été utiles car elles étaient indépendantes d'Internet et non reliées à l'électricité ou à une box Internet. La technologie utilisée pour les lignes de téléphone fixe, le RTC (Réseau Téléphonique Commuté), repose sur un réseau de cuivre qui fonctionne avec des commutateurs installés dans les années 1970 qui seront bientôt obsolètes. « Les équipements et composants spécifiques à ce réseau deviennent obsolètes et des difficultés croissantes d'entretien apparaissent du fait de l'abandon de cette technologie par les équipementiers », explique l’Autorité de régulation des communications (Arcep). L'arrêt définitif est prévu en 2021.

     Quelles sont les autres solutions ?

    Autant dire que les solutions sont peu nombreuses, il me reste donc à me former... Comme quoi le confinement c'est utile...

  • Fondements et enjeux de la data-philosophie

    Capture d’écran 2020-05-06 à 07.34.33.png

    La revue Management & Data Science accueille mon article sur les Fondements et les enjeux de la Data-Philosophie

    Aborder la “data” se fait principalement de façon “technique”, en lien avec soit la programmation algorithmique, soit la question matérielle (outils de collecte ou outils de conservations). Peu de travaux questionnent la notion même de “data”. Encore moins d’articles existent sur la data abordée de façon philosophique. Dans cet article, nous tâchons de mettre en lien la “data” et la “philosophie”. Pour cela, nous nous appuierons sur la question du “critère du réel”. En posant la question de la “data” comme un “critère de réalité” potentiel, nous entrons dans l’exercice philosophique. Nous cherchons ici à fonder la “data-philosophie” et ses enjeux. Nous en venons à poser les quatre champs opératiques de la Data-Philosophie : ontologie, épistémologie, praxis et éthique de la data.

    En juin 2017, lors d’une présentation à la commission des droits de l’homme à la conférence des ONG du Conseil de l’Europe, j’ai exposé la nécessité de comprendre l’avènement du monde de la data à l’aide de l’interrogation philosophique et d’une éthique radicale que j’ai désignée sous l’expression “data philosophie”[1].

    Il s’agit ici d’expliquer en quoi la philosophie de part son histoire et ses recherches sur la notion fondamentale de “critère de réalité” peut aider à la compréhension des enjeux de la data.

    Dans cet article, nous allons aborder deux points essentiels à la réflexion sur la philosophie à l’ère du big data. En premier lieu, nous devons nous interroger sur la conciliation entre deux champs qui paraissent opposés. D’un côté nous aurions la “data” qui serait de l’ordre de la technologie mais qui peut être aussi considérée comme une technique (au sens de la techné τέχνη, « fabriquer », « produire »), et de l’autre la “philosophie” au sens du questionnement sur les savoirs et la conduite des êtres humains. Ces deux recherches sont-elles compatibles sans pour autant basculer dans une philosophie pratique ?

    Dans un deuxième temps, nous verrons que cette conciliation est non seulement possible mais qu’elle se doit de recouvrir quatre champs d’investigations : une ontologie de la data, une épistémologie, une data-praxis, une éthique des données.

    Lire la suite directement sur le site de la revue Management & Data Sciences

  • Pourquoi la data-philosophie ?

    Au coeur du confinement, j'ai enfin décider de prendre le temps d'écrire sur les bases de ce qui devrait nous occuper tous dans les prochaines années à savoir "la data-philosophie". Ce blog porte les traces de mes réflexions sur l'usage des données, les questions éthiques, notre rapport au temps, etc.

    Mais là il nous faut aller plus loin et explorer ce qu'est la "data-philosophie".

    L’association « data-philosophie » a son importance. Il ne s’agit pas de poser une « philosophie de la data » qui serait simplement une sorte d’application pratique ou un code déontologique de la data.
    Nous devons regarder la data comme ce qu’elle est : un critère du réel. Cette idée de critère du réel est très importante. Toute la philosophie s’accorde autant qu’elle se déchire sur cette notion de « critère » du réel qui rend possible ensuite tout le reste : la croyance juste, la croyance vraie, la croyance justifiée, la connaissance, le savoir… Dès lors nous pourrions ici tenter une analogie entre la « data » et la « monade » de Leibniz.
    Dans cet article, il ne s’agit pas de résoudre cette analogie qui par ailleurs, comme toute analogie a son degré de fausseté. Cependant, nous devrions remarquer, qu’à la base de toutes les recherches ou manipulations de data, il devrait y avoir une question.
    L’objectif de la data-philosophie serait donc situé là : dans l’art de poser les questions et donc de soulever des problèmes. Sans ce cheminement il ne peut y avoir d’analyse structurée.

    Cliquez-ici pour lire l'article dans son intégralité sur Academia.