Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pub décryptage

  • Eric Bompard

    Depuis des jours, les publicités de la marque Eric Bompard s'affichent

    Eric Bompard, publicité, pull

    Et moi, elles me font penser à celle-ci 

    Publicité, pull

    Petit rappel, cette publicité a été réalisée par l'agence "Publicité Bernard Cadène euro advertising". Elle  l'a créée pour les vêtements pour homme Paul Fourticq. Elle est passée au début des années 70 dans le magazine "Lui" dont le slogan était "le magazine de l’homme moderne".

     

  • C'est quoi le "casse du siècle ?"

    5_trucs_qu_on_a_appris_dans__macron____l_elys__e__le_casse_du_si__cle__1381.jpeg_north_640x324_transparent.jpg

    Remarquons déjà mon silence sur la fabuleuse mise en scène de l'interview "Happy Birthday Mr President" où Edwy Plenel (pour Mediapart) et Jean-Jacques Bourdin (pour RMC et BFMTV) ont eu l'immense joie de "désacraliser" l'exercice de l'interview présidentielle. 

    Une immense table entre deux camps. Notons une géométrie bien carrée. D'un côté, les journalistes de l'autre monde, ce vieux monde qui a en arrière fond une fresque. De l'autre un "hyper président (dit Jupiter)" avec un fond "fort" : la tour Eiffel. Elle est debout et je préside à sa lumière... Il n'y a plus les "Monsieur le Président", ni les tonnes de dossiers présidentiels qui garantissent le sérieux de l'action. Une magnifique conversation du café du commerce et une rhétorique du bavardage. 

    Revenons sur le documentaire de BFM intitulé Macron, le casse du siècle.

    Que faut-il y voir ? Moi en général, quand on me parle de "casse du siècle" c'est le clan des pauvres qui s'attaque à la banque pour soit s'enrichir soit aider les autres... Là j'ai l'impression d'assister à un Robin des bois à l'envers. 

    Expression née de la bouche de Gérard Collomb, "le casse du siècle" est répété, comme un mantra auquel nous devrions finir par croire. Et tout le long du documentaire, la voix off insuffle tout un vocabulaire qui va dans ce sens. Il y a donc bien eu un cambriolage à l'Elysée, les termes "braquage", "repérage des lieux", "hold-up" sont répétés à l'infini.

    Au fur et à mesure, que le documentaire se déroule, je vais passer sur toutes les petites phrases répétées, les élans de génie ou plus exactement la volonté et le goût du pouvoir qui peuvent pousser un être humain à... .

    Une phrase reste, celle citée par Christophe Cambadélis. En effet, lors du remaniement de François Hollande, Emmanuel Macron voulait être nommé ministre. Déception. Il est revenu et aurait tenu ces propos : "Tu sais, je reviendrai, et j'attaquerai tout le monde au pic à glace". J'aurais juste envie de répondre un futur président ne devrait pas dire cela. 

    Arrive le moment de la "campagne", Macron se déclare avant que Hollande ne donne ses intentions... Nous pourrions dire "ça y est le père est mort"... Reprenons le "casse a donc eu lieu", non ? Ah pardon, je n'ai pas bien compris. Corine Lepage qui participait alors au bureau politique estime "Tout se décidait à cinq ou six personnes...Verticalité totale, genre parti communiste des années 50ce n'est pas un parti dans lequel le pouvoir vient d'en bas, et monte progressivement, ce n'est pas du tout comme ça que ça se passe".

    Et je laisse la conclusion à Emmanuel Macron ""On vient de réussir un braquage. C'est comme dans Ocean's Eleven, sauf qu'on était moins nombreux... Faut dire qu'on connaissait le proprio et qu'on avait les plans ".

    Ce que je retiens de ce documentaire, la phrase assassine avec les pics à glace, la peur de Laurence Haïm (journaliste brillante qui y a cru, puis a démissionné et qui, désormais, a disparu des écrans...).

    Cette élection n'a rien du casse du siècle cela ressemble davantage à la fin d'une démocratie. Un vote qui ressemble au calcul de Condorcet. 

    La conclusion reviendra à un autre documentaire sur cette "fabuleuse" année de Macron en Président de la République, dans lequel il prononce cette phrase étonnante, à propos de Versailles : «un lieu où la République […] s’était retranchée quand elle était menacée…» La phrase a été prononcée au détour d’une question dans un documentaire (plus que bienveillant) diffusé  sur France 3. Voilà une belle invention historique... où quand Jupiter prétend réécrire l'histoire... Y aurait-il un nouveau ministère des vérités ?