Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

communication

  • Comment communiquer sans Internet ?

    Une question est venue brutalement écourter ma nuit "comment communiquer sans Internet ?" Cette question se pose. Imaginons une coupure de courant, ou simplement un Internet en panne, ou hacké (comme en 2016 aux USA). Essayons de comprendre et de trouver une solution à cette question.

     

    1/ Comment fonctionnent nos smartphones ?

    C'est sans doute la première question à laquelle nous devons répondre. Car si notre téléphone vient partout avec nous... si nous nous en servons tous les jours, nous ignorons le plus souvent comment il fonctionne.

    Et il est vrai qu'il y a un côté magique à cet objet. Tout d'abord nous parlons, la parole que nous émettons modifie l'air qui nous entoure, et ainsi nous faisons vibrer la membrane du microphone. Notre voix est un signal analogique, sa variation est continue. Le microphone de notre téléphone, transforme ce signal en un autre signal dit numérique. Cette transformation est rendue possible grâce à un capteur MEMS (acronyme de Micro Electro Mechanical Systems) Ce signal numérique est codé en binaire. À cette épate notre voix est numérisée (à l'aide de 0 et de 1).  Ce signal est  ensuite capté en interne dans le téléphone pour être transformé en onde électromagnétique (au niveau de l'antenne interne de nos smartphones). Cette onde peut se déplacer dans le vide ou dans l'air (avec une vitesse proche de celle de lumière soit 300 000 kilomètres par seconde). Mais elle ne peut le faire que sur une courte distance et surtout sans obstacles (mur, arbre, etc.).

    Comme le souligne le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), les ondes électromagnétiques "correspondent aux oscillations couplées d’un champ électrique et d’un champ magnétique, dont les amplitudes varient de façon sinusoïdale au cours du temps. Elles transportent de l’énergie mais elles sont aussi capables de transporter de l’information".

    Les ondes électromagnétiques sont donc captées par des antennes relais (à proximité de là où vous vous situez). Elles vont renvoyer d'abord votre requête à un central dit MSC (Mobile services Switching Center ou Mobile Switching Center. Celui-ci correspond à votre opérateur (donc aux informations contenues dans votre carte SIM). Il s'agit de votre MSC de rattachement. C'est lui qui va transmettre votre requête au  MSC de rattachement de votre interlocuteur.

    smartphone,communication,internet,réseaux,mobile,sans internet,communiquer,radio,talkie-walkie,survivalisme,confinement

    Plus qu'un long discours sur le fonctionnement de nos téléphones (intelligents de poche), une vidéo, issue de la chaîne Youtube Apprends l'engineering qui explique cela en quelques images.


     

    Nous voyons bien ici qu'en fonction d'une coupure Internet ou d'une panne générale d'électricité, nos smartphones ne nous serons d'aucune utilité. La seule exception serait de pouvoir transmettre les ondes électromagnétiques de notre téléphone directement à notre interlocuteur. Mais faut-il que ce soit en champ proche ? Et ceci est-il possible et comment ?

     

    2/ Communiquer avec son smartphone sans internet

    En cherchant, j'ai évidemment découvert quelques possibilités. Mais j'ai aussi pris conscience de la fragilité de ces applications qui au fil des années ont disparu. Mais voyons déjà comment cela peut être encore envisageable.

    En premier lieu, nous devons avoir :

    • un téléphone portable ou smartphone (ou même une tablette ou une montre connectée) qui soit compatible avec les applications ;
    • cette application doit être installée sur les différents outils (tablette, smartphones, montres...)
    • évidemment la distance entre les terminaux ne peut être que courte pour que la communication puisse avoir lieu.

    smartphone,communication,internet,réseaux,mobile,sans internet,communiquer,radio,talkie-walkie,survivalisme,confinement

    Évidemment à ce niveau de proximité, il n'existe que deux technologies intégrées à nos téléphones qui peuvent nous aider à savoir le Wifi ou le Bluetooth. Ce sont ces deux techniques qui permettent le dialogue direct entre terminaux. Elles évitent de passer  par les infrastructures existantes des opérateurs téléphoniques. Nous pourrions ajouter la Li-Fi, technique qui passe par la lumière (LED) pour transmettre les informations. Mais si nous sommes face à une coupure générale d'électricité impossible l'utiliser.

    En 2014, il existait une application du nom de FireChat. Mais elle a disparu avec beaucoup d'autres dans les abimes du numérique.

    Quelques applications

    Cependant ces applications ne fonctionnent que si un grand nombre d'utilisateurs s'en servent. Chacun devenant le relais des uns et des autres. Il s'agit d'une chaîne de relais, en quelque sorte. En d'autres termes il faut que les téléphones aient encore de la batterie quelles que soient les conditions.

    3/ Communiquer sans Internet et sans smartphone

    Évidemment, c'est très étrange de faire cette liste de possibilités. Cependant, n'oubliez pas que votre smartphone est un formidable mouchard (pour ceux qui en douteraient encore, je renvoie à l'excellent documentaire Nothing to Hide). D'autre part, comme le souligne le site Résilience-Urbaine dans son article consacré aux communications en temps de crise "Si les relais de communications s’effondrent (catastrophe naturelle, saturation ou panne du réseau, perturbation électromagnétique…) votre smartphone ne vous sera plus d’aucune utilité."

    Il fut un temps où les lignes fixes auraient été utiles car elles étaient indépendantes d'Internet et non reliées à l'électricité ou à une box Internet. La technologie utilisée pour les lignes de téléphone fixe, le RTC (Réseau Téléphonique Commuté), repose sur un réseau de cuivre qui fonctionne avec des commutateurs installés dans les années 1970 qui seront bientôt obsolètes. « Les équipements et composants spécifiques à ce réseau deviennent obsolètes et des difficultés croissantes d'entretien apparaissent du fait de l'abandon de cette technologie par les équipementiers », explique l’Autorité de régulation des communications (Arcep). L'arrêt définitif est prévu en 2021.

     Quelles sont les autres solutions ?

    Autant dire que les solutions sont peu nombreuses, il me reste donc à me former... Comme quoi le confinement c'est utile...

  • La France, une maison ?

    "Tout langage est écart de langage" disait Samuel Beckett.

    La communication d'influence est un "sport de combat". Une habileté mêlant mise en scène, structure du discours qui glisse du non-verbal pour faire passer un message verbal. Pour les étudiants qui souffrent de mes cours, vous pouvez débuter votre apprentissage en regardant la série Scandal, ou en apprenant simplement à démonter les décors de ce qui se passe sous vos yeux tous les jours (ou évidemment en relisant le cours à votre disposition ici

    Une communication d'influence vise à infléchir les décisions publiques et politiques en faveur des marques et organisations (entreprises, groupements professionnels, …). En d'autres termes, vous (entreprise, homme politique, association, ONG, etc.) n'êtes jamais aussi forts que lorsque l'opinion publique vous suit ou plus exactement, vous précède. 

    La bizarrerie, comme l'a souligné Pierre Bourdieu en 1972, c'est que "L'« opinion publique » qui est manifestée dans les premières pages de journaux sous la forme de pourcentages (60 % des Français sont favorables à...), cette opinion publique est un artefact pur et simple dont la fonction est de dissimuler que l'état de l'opinion à un moment donné du temps est un système de forces, de tensions et qu’il n’est rien de plus inadéquat pour représenter l'état de l'opinion qu'un pourcentage" extrait de l'Exposé fait à Noroit (Arras) en janvier 1972 et paru dans Les temps modernes, 318, janvier 1973, pp. 1292-1309. 

    Bref l'opinion publique n'existe pas. C'est juste un prisme perceptif qui enclenche plusieurs processus psychologiques bien connus, à commencer par celui de "l'influence sociale"... suivi de "l'effet de gel"... ce qui finit par faire que chacun fait ce qu'il croit être juste ou vrai alors que tout ceci est simplement "crédible"... Donc bien une affaire de croyance.

    Donc comment cela fonctionne-t-il ? L'influence c'est avant tout une mise en scène. L'idée consiste à travailler le prisme perceptif du public, afin qu'il reçoive le plus simplement du monde le message.

    Il s'agit ni plus ni moins d'une mise en scène. On parle aussi d'architecture de la persuasion. L'exemple le plus simple étant au supermarché, soyez attentifs à ce qui se trouve à côté des caisses : en général des bonbons, des magazines, des petites bouteilles, des piles... Remarquez ensuite la hauteur (pile pour les yeux des enfants)... si vous ne cédez pas à la tentation immédiate, votre enfant lui va vous lancer des appels... C'est cela l'architecture de la persuasion. Pas d'inquiétude, la version internet existe aussi... 

    Aujourd'hui, nous allons regarder de plus près le journal de 13h du jeudi 12 avril 2018... Je n'ai pas vu le journal en direct, j'étais entrain de pique-niquer avec des étudiants... Oui oui.. Donc je l'avoue j'ai tout regardé bien après, sans passer par les commentaires, ..., des commentaires des commentateurs professionnels. 

    Première mise en scène : l'annonce de cette interview. "Le président Emmanuel Macron sera l’invité jeudi 12 avril du journal de 13 h de Jean-Pierre Pernaut sur TF1, pour un grand entretien en direct dans lequel il s’exprimera, entre autres, sur les conflits sociaux qui agitent le pays. Durant cet entretien d’une heure, qui sera diffusé également sur LCI, le président répondra en outre à des questions concernant la vie quotidienne des Français, et expliquera quel cap il entend donner à la France près d’un an après son arrivée à l’Élysée, a indiqué à l’AFP le directeur de l’information du groupe TF1 Thierry Thuillier." 

    Tels étaient les mots de la dépêche AFP du 7 avril 2018. Notons qu'il s'agit d'un "grand entretien". Que signifie "grand" ici ? Par la taille, par la durée ?

    Deuxième mise en scène : Dimanche soir, le 8 avril donc, TF1 a confirmé que l'émission serait diffusée en direct depuis l'école de Berd'huis, dans l'Orne. Selon une porte-parole de la chaîne, c'est Jean-Pierre Pernaut qui a proposé ce dispositif inédit au président, lequel a accepté cette idée.

    Troisième mise en scène : les chaînes se déchainent et vont toutes voir cette école "dite numérique", interroger les riverains, les retraités, etc.

    Bref, passons au jour J. 

    Quatrième mise en scène : le choix du 13h

    Qui ne connaît pas Jean-Pierre Pernaut, ai-je envie de dire ? Depuis 1975, il est présentateur sur TF1, notamment du journal de 13 heures depuis 1988. Il est à lui seul une institution, un moment de la télévision française. Il est l'invité de bon nombre de français. Il s'invite à table...  En septembre 2017, les audiences de son JT étaient déjà de plus de 5 millions de téléspectateurs soit 44% d'audience. En janvier 2018, les chiffres sont en hausse. Bref, nous ne sommes pas dans un moment d'intimité bien que tout soit mis en scène pour que nous puissions être face au président.

     

    Cinquième mise en scène : l'infantilisation

    direct-le-13-h-de-tf1-pris-ses-quartiers-berd-huis-en-attendant-emmanuel-macron_0.jpg

    Tout commence par une introduction de Jean-Pierre Pernaut, on est donc rassuré nous sommes bien dans une école primaire, les enfants jouent, et il nous montre bien que nous entrons dans une classe de CE2 (oui c'est bien marqué sur la porte)... 

     En d'autres termes, le président va nous parler à hauteur d'enfants... Ce qui fait de nous "les enfants" du "père de la nation"... 

    Rappelons que tout public plongé dans un cadre infantile se met en situation suggestive d'enfant. Comme le souligne Noam Chomsky : « si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celle d’une personne de 12 ans » (cf. Armes silencieuses pour guerres tranquilles).

    Sixième mise en scène : "La France est une maison", "la maison France"

    “On est une maison, la France c’est une maison”, dont les fondations doivent être solides...

    Communication, influence, langage, Macron, Berdhuis, Berd'Huis, Orne, mise en scène,

    Attention, la France est une maison avec en arrière fond des dessins d'enfants représentant des maisons. Notamment la maison bleue sur fond jaune, nous laisse à penser que cette image est sans conséquence... 

    Soumise, comme tous, à l'influence, je me suis d'abord dit que j'avais fait une erreur de compréhension. J'ai donc vérifié en me rendant sur le compte Twitter du Président. La référence à la maison est bien là (12 avril à 13h25). 

    Communication, influence, langage, Macron, Berdhuis, Berd'Huis, Orne, mise en scène,

    Personnellement, j'ai bien cru m'étouffer en entendant, et, en lisant ces formulations. Donc petit retour à vos livres d'histoire (période : seconde guerre mondiale). 

    communication,influence,langage,macron,berdhuis,berd'huis,orne,mise en scène

    Voilà la belle "Maison France" proposée par Pétain. Qu'y voyons-nous ? Les couleurs utilisées sont celles du drapeau français, cela incarne donc le symbole de l'identité et du patriotisme (drapeau que vous retrouvez derrière le président auquel on ajoute celui de l'Europe). Nous sommes bien "une maison".

    Les Piliers épais représentent donc les valeurs et vertus énoncées. Elles sont les bases de solidité et de stabilité du pays. En ce sens, l'école diffuse les valeurs de la République. L'Épargne symbolise le travail individuel. "Discipline, ordre et courage" font référence à la famille et à la patrie. 

    La maison est verdoyante, aérée, elle est symétrique. C'est une maison modeste où il est fait bon vivre. Pas de nuages dans le ciel d'une telle maison. Les nuages sont en dessous ou sur le côté... Rappelons également que les étoiles dans le ciel sont celles du Maréchal plus haut grade de l'armée. L'armée veille. 

    Il s'ensuit une réflexion sur "l'ordre public". Afin qu'il fonctionne il faut que "les règles soient respectées" comme le veulent “les gens qui payent leurs impôts”... Mais qui sont donc désormais les gens qui payent leurs impôts ? 

    Septième mise en scène : l'effort

    Donc là c'est simple il faut une répétition "Je suis le Président de tous les Français" et évidemment remercier les retraités pour tous leurs efforts.

    Cependant, une erreur de langage se glisse «Je suis le Président de tous les Français. Les riches, ils n'ont pas besoin d'un Président, ils se débrouillent très bien seuls.»...

     

    Essayons de conclure : si j'ai bien compris, à hauteur d'enfant, il semble que ma maison soit de travers et que je sois désignée comme une "professionnelle du désordre" (pour reprendre l'expression de cette interview). Afin de vous faire comprendre à quel point le langage est un écart à lui-même, je vais utiliser à nouveau des mots issus de cette interview, car ils pourraient être les miens, les vôtres... “je veux changer beaucoup de choses et pour moi il n’y a pas de répit.” Ces mots correspondent parfaitement à la philosophe du désordre que je suis...

     

  • Et la crue ?

    Premier workshop "images et photographies" hier au sein de l'ISEG Paris...

    Attention, si nous sommes partis de l'analyse de l'image. Mais qu'est-ce donc qu'une image ? Faut-il penser à Gaston Bachelard et à son paradoxe "l'image ne peut être étudiée que par l'image, en rêvant les images telles qu'elles s'assemblent dans la rêverie" ? Faut-il repenser à Jean-Luc Godard "il faut confronter les idées vagues avec des images claires" ? 

    Nous avons quitté la salle de classe. Ciel ! Nous avons pris le métro, affronté les mots et confronté les images. Quoi mais Paris, c'est grand, où sommes-nous ? Direction là où sont toutes les télés du monde... Non pas à la FNAC ou à DARTY. Mais bien là où le Zouave se noie.

    La crue en images

    Votre mission "voir la crue sous un autre angle"... Ah oui mais lequel ? La question n'est plus qu'est-ce qu'une image mais "que donnez-vous à voir ?"

    Je rappelle ici que j'avais fait un article sur les "10 astuces pour réussir vos photos avec votre smartphone"... Donc je ne vais pas me répéter sur cette technique. En revanche ce que je sais, c'est qu'une image n'a pas à être bonne à mes yeux, elle doit toucher votre public, elle doit émouvoir (dans le bons sens étymologique de l'émotion : mettre en mouvement)...

    Vous ai-je dit que l'exercice commençait dès que nous sortions de la salle de classe ?

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Rendez-vous avec le Zouave...

    Le Zouave du pont de l'Alma est une statue qui date de 1856 réalisée par Georges Diebolt (un sculpteur français né en 1816 et mort en 1861 - diplômé des Beaux Arts et qui a obtenu le prix de Rome en sculpture pour son bas-relief La Mort de Démosthène en 1841). 

    Aujourd'hui le Zouave est bien seul sous le pont de l'Alma, mais rassurez-vous  le Chasseur à pied, l’Artilleur et le Grenadier ont été déplacés sur d'autres sites. Ils représentent tous les troupes ayant participé à la guerre de Crimée remportée (par les Anglais, Français, les Turcs Ottomans et un corps expéditionnaire piémontais contre les Russes) à la suite de la bataille de l'Alma en 1854. 

    Le Zouave se noie-t-il ?

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Oui, semble nous dire Nathan Schoulal, nous ne voyons plus ses pieds et l'eau file à toute vitesse... 

    Oui encore nous suggère Manon Sévin en vue panoramique...

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Pas vraiment nous dit Traore Abdoulaye, en regardant sous les jupes du Pont de l'Alma. Mais il est vrai que l'on ne voit plus très bien les jambes du Zouave.

     

    Pourtant il y a urgence, il y a même "précipitation" nous dit Lola Duplaa.

    paris,photographie,smartphone,la crue,picture,photo,art,journalisme,communication,dire

     

    Sous un autre angle cela donne quoi ?

     

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Faut-il croire que la coupe est pleine comme le suggère

    David Dehe ?

     

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Prendre une image, c'est prendre des risques.

    C'est jouer avec l'équilibre des êtres.

    C'est aussi avoir la tête dans les nuages. 

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    C'est aussi s'apercevoir que l'on a pris la même image sans le savoir...

    Alors un regard ne doit-il pas se travailler in situ ? 

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Une image pense

    Paris est une fêlure nous suggère Sarah Dicoh. Paris craque sous les eaux.

    Voilà un cadre, voilà un corps qui photographie, interroge l'espace et dessine un regard...

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

     

    Ici nous rejoignons les mots de René Magritte  : "Je peins l'au-delà, mort ou vivant. L'au-delà de mes idées par des images" 

    À suivre...

    Pour les étudiants le cours est accessible en suivant ce lien... Cliquez et tapez le mot de passe fourni par mail... 

     

     

  • La communication en temps réel

    9782212567045_h430.jpg

    Pendant que vous lisez ceci, combien de tweets sont passés ? combien de messages Facebook ? Combien de photos sur Instagram... Combien de snap ? Bref, partout tout le temps, le monde court, vibre... Les yeux pliés sur nos écrans, les doigts captés que faisons-nous si ce n'est converser avec les autres ici ou ailleurs ? Mais si nous nous le faisons, que doivent faire les entreprises ?

    « Une marque doit apprendre à travailler en temps réel » explique Anthony Babkine DGA de TBWA Corporate. Pour lui, il est essentiel de « se préparer en amont à toutes les situations".

    Ensemble avec Emmanuel Chila l'ouvrage La communication en temps réel naît. Un essai sous forme de guide. Il s'agit pour le lecteur de comprendre non les outils dans leurs détails, mais bien davantage la stratégie. Ils expliquent, à l'aide de nombreux exemples, comment arriver à réussir un live entre authenticité et préparation entre émotion et pédagogie. 

     

    Le mot de l'éditeur 

    Allumez votre Smartphone, démarrez vos médias sociaux : Avec la collaboration de Marion Dubuc et Chloé Balleix vous êtes en direct !

    Rien de plus facile aujourd'hui que de filmer en pleine rue et de diffuser une vidéo qui sera partagée en temps réel sur les réseaux sociaux. Pourtant, contrairement aux idées reçues, le live se prépare, s'anticipe et recèle bien des subtilités pour être efficace au service des marques et personnalités.

    Avec des plateformes telles que Périscope, Snapchat ou Facebook Live, en passant par des stratégies telles que le newsjacking, les marques sont confrontées à un véritable changement de paradigme et n'ont jamais eu autant d'occasions de rayonner en temps réel.

    Cet ouvrage propose de conseiller les marques mais aussi les individus pour être audible et visible à l'ère du live : quelle stratégie adopter ? Comment se mettre en scène ? Quelles sont les plateformes inévitables ? Quelles sont les opportunités et les erreurs à ne pas commettre ? Comment mesurer le succès d'un live ?

    • Introduction - Pourquoi et comment le live est-il devenu incontournable ?
    • Partie 1 - La stratégie du live : des leviers pour une communication efficace
    • Partie 2 - Le live sur les médias sociaux : les incontournables pour communiquer en temps réel
    • Partie 3 - Les outils du live pour optimiser votre expérience sur le web

     

    Pour vous procurer cet ouvrage : cliquez ici !