Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Photographies

  • Lumière(s) ?

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    Rendez-vous sur les marches de la Grande Arche de la Défense avec les étudiants de l'ISEG. Il pleut. Mais où est donc la lumière ? Quelqu'un serait-il parti avec la semaine dernière ? 

    Double interrogation. D'abord découvrons ce site. Rien ne prédisposait le Rond Point de La Défense à accueillir le futur quartier d’affaires. Remontons le fil du temps, nous sommes en 1958. Ce quartier ne ressemble à rien de ce que nous voyons aujourd'hui. Pavillon vétustes, petites usines (en lien avec l'industrie mécanique et automobile), des bidonvilles, des fermes... Et malgré tout, l'État, fixe par décret (en septembre 1958) à l'EPAD un périmètre d’intervention et les moyens de mener à bien sa mission.

    Avant cela, La Défense a connu des initiatives mais toutes étaient privées. La plus connue, la plus spectaculaire est le CNIT (dont l'inauguration se déroule quelque jours avant la fin de la IVe république). Le Centre National des Industries et Techniques  (CNIT) est né pour accueillir les grands salons populaires : Mecanelec, les Floralies, les Arts Ménagers…

    Difficile aussi d'imaginer ces immeubles de verre, vides, à l'abandon à la suite des crises économiques successives. Mais où sommes-nous entre l'histoire, l'art, l'architecture ? Que devons-nous voir ? 68 oeuvres d'art contemporain sont sur l'esplanade. Serez-vous les retrouver ? Les Voir ?

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    Mais revenons à notre thème de la semaine "lumière(s)"... toujours pas. Non vous ne voyez pas. 

    Reprenons la définition que nous devrions tous connaître. La lumière est un phénomène physique correspondant à un transport d'énergie sans transport de matière... En d'autres termes si vous voyez, c'est bien qu'il y a de la lumière... Non ? 

    Reprenons, dans son acception générale de lumière visible, la lumière est constituée de l'ensemble des ondes électromagnétiques perçues par la vision humaine, c'est-à-dire dont les longueurs d'onde, dans le vide, sont comprises entre 380 nm (violet) et 780 nm (rouge). 

    Mais traiter "la lumière" ce n'est pas pour autant monter la lumière. C'est un cheminement...

    Un regard bleuté architectural pour Elisia Teixeira :

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    Même idée pour Loly Setbon, le bleu définit la lumière en architecture. Reflet d'un ciel absent...

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    Pour Gauthier Weingarten, il faut avec humour se rendre compte que sans l'entreprise même (donc EDF), pas de lumière :

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    Nous lui répondrons que c'est trop basique comme réflexion... Mais il est vrai qu'une touche d'humour ça réchauffe. 

    Maëva Justal se joue du rouge et du blanc... Sait-elle que c'est le spectre lumineux de base ? Et en termes marketing (du point de vente) le rouge donne de l'appétit... D'où les nappes à carreaux.

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    Pour Mariame Sarah Dicoh, la lumière s'emprisonne. Un oeil cherche les perspectives et le goût des lumières qui libèrent : 

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

     

    Comme le soulignait Gustave Thibon “ce n'est pas la lumière qui manque à notre regard, c'est notre regard qui manque de lumière.”

    Arthur Cochery nous rappelle que la lumière est une question de temps d'exposition. Alors il a cherché une perspective ludique :

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    Sans doute, est-ce pour cette raison que Doreen Bimwala nous montre les lumières de demain :

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    Nous devons dépasser l'impossible. Aller au-delà. Chercher. Toujours. Se confronter, sortir de sa zone de confort. Faut-il comme Jean-Paul Sartre affirmer "plus claire la lumière, plus sombre l'obscurité... Il est impossible d'apprécier correctement la lumière sans connaître les ténèbres" ?

    Théotime Weil est allé chercher la lumière au travers la part d'ombre de la nature. Une évasion minérale.

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    La lumière pour Nathan Schoulal est une architecture :

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    David Dehe fait la remarque suivante "l'ombre faite naître la lumière"... 

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    C'est un peu ce que le poète Khalil Gibran (1883-1931) écrivait :

    "Ces choses se meuvent en vous comme des lumières et des ombres attachées deux à deux.

    Et quand une ombre faiblit et disparaît, la lumière qui subsiste devient l'ombre d'une autre lumière. 

    Ainsi en est-il de votre liberté qui, quand elle perd ses chaînes, devient elle-même les chaînes d'une liberté plus grande encore."  

    La conclusion revient à Elisa Difallah et à sa citation de Voltaire "Tous les arts sont frères, chacun apporte une lumière aux autres"

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

    Laissons Miro, nous guider...

    photo,picture,art,défense,esplanade,lumière,light

     

      

    Des liens pour aller plus loin :

     

  • Street-Art ou l'art du regard

    Dans la rue, que voyons-nous ? Des publicités, des affiches officielles, des interdictions ? Et si on allait au-delà ?

    street art,art,rue,paris,image,photographie

    Vous souvenez-vous que le « Défense d'afficher » est une inscription fréquente sur les murs de villes françaises depuis la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Cette loi de la IIIe République définit les libertés et responsabilités de la presse française, en imposant un cadre légal à toute publication, ainsi qu'à l'affichage public, au colportage et à la vente sur la voie publique. En d'autres termes, il n'est pas possible d'afficher tout et n'importe quoi. Mais où est-il possible de rêver si ce n'est sur les murs qui nous enferment dans la ville ? 

     

    L'art n'est-il pas possible sur ces murs tristes des villes urbaines, trop urbaines... Et si on laissait une trace de notre (in)humanité ?

    Le Street art est un art strictement visuel développé dans les espaces publics... Justement dans notre espace quotidien, là où il ne devrait pas pousser, l'art vient et revient pour nous arrêter, nous faire sourire, nous chahuter. Bousculer nos certitudes. 

    Alors prenons le temps avec les étudiants de l'ISEG, workshop images et photographies, de nous perdre dans un espace très parisien. La Butte-aux-Cailles est propice aux jeux de cache-cache. Des rues pavées sous la neige et le froid. Des montées, des descentes et de l'art qui doit s'improviser. Contrairement à ce que l'on croit, le street-art n'est pas nécessairement une grande fresque (devant laquelle on s'écrie "waouh". Non il est aussi un voyage dans votre sens artistique. Alors prenez une grande respiration. L'oeil a besoin du détail.  

    Le terme "street art" fait référence habituellement à l'art non-autorisé, non-conforme aux initiatives sponsorisées par un gouvernement. Il peut inclure des illustrations graffiti traditionnelles, des sculptures, des graffitis au pochoir, le sticker art (autocollants), le street poster art (art de l'affiche), - et même les projections vidéo et le guerilla art. Par opposition au graffiti, le street art n'est pas une indication d'un territoire à défendre, d'une zone particulière. 

    street art,art,rue,paris,image,photographie

    Réveillons les armes de la jeunesse, leurs esprits créatifs. Ouvrons leurs yeux, laissons-les libres de leurs pas dans une architecture parisienne pleine de surprises... Attention soyez attentifs...

    L'art est un jeu en liberté... Perdez-vous, revenez sur vos pas. Interroger l'équilibre. Faites des choix, ne restez pas figés pour faire une image.

    street art,art,rue,paris,image,photographie

     

    Qu'est-ce que regarder ? La question est bien là... C'est à la fois découvrir et se découvrir, se projeter, se confronter, se rechercher...

    Un regard ne se donne pas dans l'immédiat de l'expérience. Il se construit au fil des kilomètres, au fil des années, des blessures, des chatouilles, des confrontations.

    Et le street-art cela "pique" dirait certains. Cela ne se donne pas immédiatement. Il faut se creuser. Il faut chercher, se confronter au détail, aux perspectives. Tournez-vous, agrandissez-vous. Ne croyez pas avoir vu alors que vous n'avez rien saisi de l'espace qui vous entoure.

    Tout regard n'est pas regard. Un regard c'est un politique, c'est une issue, c'est aussi une question et tout autant une tentative de réponse.

    street art,art,rue,paris,image,photographie

    L'avantage du Street-Art c'est qu'il change avec les saisons, les lieux, les quartiers... Et vous (demain) qu'allez-vous voir ?

     

    Comme Nathan  Schoulal une vision en grand et colorée ?

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

    ou bien comme Théa Debray une vision "noire et blanche"  

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

    ou comme Arthur Cochery, rendrez-vous hommage à MissTic

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

    ou comme Méline Badey aurez-vous l'oeil entre la "défense" et l'attaque au Kiri collé sur le mur ?

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

    Serez-vous faire le mur comme Elisa Difallah ?

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

     

    Des liens en partage...

     

  • La mode en image(s)

    Facile de choisir un thème. Tellement facile le mot qui vient en premier à l'esprit dans ce monde où tout va trop vite, où l'esprit est saturé d'images... Sacrée vitesse de passage. Cette semaine les étudiants de l'ISEG avaient choisi un sujet bien à eux : la mode... Mais une fois devant des vêtements luxueux, des objets somptueux... Qu'y a-t-il à dire ?

    mode,photographie,workshop,art,image

    C'est quoi la mode au fait ?

    Dans ses correspondances Flaubert écrivait "Laisse-moi t'aimer à ma guise, à la mode de mon être, avec ce que tu appelles mon originalité. Ne me force à rien, je ferai tout". Mince la mode serait-elle quelque chose de personnel ? Une manière d'être, de penser, d'agir, particulière à quelqu'un. 

    Cependant, Flaubert dans son Éducation sentimentale (au tome 2), écrit "Ces clubs du désespoir augmentaient d'une manière effrayante; et beaucoup de bourgeois s'y rendaient quotidiennement, par bravade, par mode".

    Mais alors c'est quoi la mode : une affirmation de soi, ou la pression d'un groupe social sur des attitudes individuelles ? 

    Revenons à ce que nous dit le dictionnaire Le Larousse :

    • Manière de vivre, de se comporter, propre à une époque, à un pays

    • Manière passagère de se conduire, de penser, considérée comme de bon ton dans un milieu, à un moment donné

    • Aspect caractéristique des vêtements correspondant à une période bien définie ; modèle correspondant à cette caractéristique 

    • Commerce, industrie de la toilette.

    La mode est une affaire de prix, semble nous suggérer Sarah Dicoh :

    mode,photographie,workshop,art,image

    Non c'est une affaire de ressemblance, tous identiques semble nous crier à l'oreille Lola Duplaa :

    mode,photographie,workshop,art,image

     

    Où trouver la mode ?

    En un bus, nous allons là où Emile Zola disait qu'il s'agissait de « La cathédrale du commerce moderne (...), faite pour un peuple de clientes. » Au bonheur des dames. Un lieu où l'art croise la mode, où le marketing du point de vente s'érige en forteresse, et déploie son imaginaire sensoriel. 

    Pour mémoire, mais c'est quoi le Bon Marché... Et bien résumons l'histoire. 

    Le premier magasin Au Bon Marché fut fondé en 1838 par les frères Paul et Justin Videau sous la forme d'une grande boutique (douze employés et quatre rayons) de mercerie vendant aussi des draps, matelas et des parapluies. Ils s'associent en 1852 avec Aristide et Marguerite Boucicaut qui se lancent dans la transformation du magasin, développant alors le nouveau concept de grand magasin avec un vaste assortiment large et profond, des prix fixés à faible marge et indiqués sur une étiquette, un accès direct, le principe du satisfait ou remboursé et une mise en scène de la marchandise dans un espace de vente : ce type de magasin ne vend plus simplement des marchandises mais le désir d'acheter lui-même. En 1863, les Boucicaut rachètent les parts sociales des frères Videau, lesquels étaient effrayés par les idées commerciales du couple.

    En 1869, grâce à leur succès, les Boucicaut se lancent dans l'agrandissement du magasin confié à l'architecte Alexandre Laplanche. La première pierre est posée le 9 septembre 1869. Les travaux, pratiquement terminés, sont interrompus par le siège de Paris en 1870, pendant lequel le bâtiment sert de centre de distribution des vivres. Les travaux reprennent ensuite et le nouveau magasin, qui borde la rue de Sèvres sur 45 m et la rue Velpeau sur 35 m, est inauguré le 2 avril 1872. Mais le magasin s'avère rapidement trop exigu et les travaux reprennent dès 1872. L'architecte Louis-Charles Boileau, succédant à Alexandre Laplanche, fait appel à l'ingénieur Armand Moisant pour la construction de la structure du bâtiment (1870-1887) ; Gustave Eiffel, qui est couramment considéré comme étant le constructeur du Bon Marché, n'interviendra qu'en 1879 pour réaliser un petit agrandissement. Le Bon Marché passe d'un chiffre d'affaires de 500 000 francs, d'une surface de 300m2 et de 12 employés en 1852, à 72 millions de francs, une surface de 50 000 m2 et 1 788 employés en 1877. Cette expansion signe l'apparition d'une nouvelle classe sociale : les employés qui deviendra la classe moyenne qui constituera la future clientèle des grands magasins...

    Voir le site du Bon Marché pour la suite de l'histoire...

    Cette architecture est le moteur d'une vie, des vies. Il y les auteurs, les artistes, les rêveurs, les flâneurs qui viennent ici s'inspirer, humer la mode, découvrir des couleurs, partager des odeurs, regarder, découvrir... C'est sans doute cela la mode. Un monde en mouvement, une humanité en flottaison. 

    Sous le ciel ?

    Paris a-t-il un ciel ? Nous demandons-nous depuis des semaines. Le gris, l'eau... le Zouave de la semaine passée... Et la Seine qui monte. Le Bon Marché nous invite depuis le 12 janvier à un défi à imaginer avec l'artiste Leandro Erlich ce qui se cache "Sous le Ciel" de Paris.


    Avec ses étonnantes installations, Léandro Erlich réussit à changer la perception des espaces mythique du magasin. Une romance qu’il écrit à sa façon, en plusieurs chapitres ; d’abord dans les vitrines du magasin où des formes légères et cotonneuses flottent en suspension, comme de vrais nuages.

     

    Pouvons-nous manger les nuages ? 

    mode,photographie,workshop,art,image

    Pouvons-nous les attraper et les rendre beaux, même en plein Paris ?

    mode,photographie,workshop,art,image

    Sous le ciel les perspectives s'entrelacent... Les sens se dénouent, se cherchent, s'interpellent.

    mode,photographie,workshop,art,image

    Mais pour Arthur Cochery les perspectives sont emprisonnées et en reflets...

    mode,photographie,workshop,art,image

    Revenons à la mode !

    Elle est sans visage, sans corps, sans fleurs nous dit Elisa Difallah.

    mode,photographie,workshop,art,image

    Tout l'inverse de Nathan Schoulal pour qui les fleurs naissent, disparaissent en volutes de fumées.

    mode,photographie,workshop,art,image

    En plan plus large pour Caroline Deguin un attrait des couleurs, une perte de l'esprit... Un vertige peut-être...

    mode,photographie,workshop,art,image

    David Dehe lui nous questionne sur les ressemblances et les dissemblances de la mode. Mais alors quel chemin suivre ? 

    mode,photographie,workshop,art,image

    La mode est nue, elle est crue semble nous dire Rebecca Lamagnere : 

    mode,photographie,workshop,art,image

    La mode une étrangeté, une impossible quête ? Faut-il revenir à Jean-Jacques Rousseau et à ses propos : “La mode domine les provinciales, mais les parisiennes dominent la mode.” Ou bien faut-il être comme Jean Cocteau et simplement affirmer "la mode c'est ce qui se démode" ?

    Jouons avec Jean Baudrillard  : “ce qui passe de mode entre dans les moeurs. Ce qui disparaît des moeurs ressuscite dans la mode.” Et concluons avec George Bernard Shaw "La mode selon laquelle nous pensons change comme la mode selon laquelle nous nous habillons et pour la plupart des gens, il est difficile, sinon impossible, de penser autrement que suivant la mode de leur époque.”

    Il nous reste la chanson Sous le ciel de Paris et la voie mythique de Edith Piaf... Alors la mode une affaire de culture ? Reveillez-vous et sortez de votre vitesse de passage... Un mot peut être surprenant, paradoxal, étonnant...


     

     

  • Et la crue ?

    Premier workshop "images et photographies" hier au sein de l'ISEG Paris...

    Attention, si nous sommes partis de l'analyse de l'image. Mais qu'est-ce donc qu'une image ? Faut-il penser à Gaston Bachelard et à son paradoxe "l'image ne peut être étudiée que par l'image, en rêvant les images telles qu'elles s'assemblent dans la rêverie" ? Faut-il repenser à Jean-Luc Godard "il faut confronter les idées vagues avec des images claires" ? 

    Nous avons quitté la salle de classe. Ciel ! Nous avons pris le métro, affronté les mots et confronté les images. Quoi mais Paris, c'est grand, où sommes-nous ? Direction là où sont toutes les télés du monde... Non pas à la FNAC ou à DARTY. Mais bien là où le Zouave se noie.

    La crue en images

    Votre mission "voir la crue sous un autre angle"... Ah oui mais lequel ? La question n'est plus qu'est-ce qu'une image mais "que donnez-vous à voir ?"

    Je rappelle ici que j'avais fait un article sur les "10 astuces pour réussir vos photos avec votre smartphone"... Donc je ne vais pas me répéter sur cette technique. En revanche ce que je sais, c'est qu'une image n'a pas à être bonne à mes yeux, elle doit toucher votre public, elle doit émouvoir (dans le bons sens étymologique de l'émotion : mettre en mouvement)...

    Vous ai-je dit que l'exercice commençait dès que nous sortions de la salle de classe ?

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Rendez-vous avec le Zouave...

    Le Zouave du pont de l'Alma est une statue qui date de 1856 réalisée par Georges Diebolt (un sculpteur français né en 1816 et mort en 1861 - diplômé des Beaux Arts et qui a obtenu le prix de Rome en sculpture pour son bas-relief La Mort de Démosthène en 1841). 

    Aujourd'hui le Zouave est bien seul sous le pont de l'Alma, mais rassurez-vous  le Chasseur à pied, l’Artilleur et le Grenadier ont été déplacés sur d'autres sites. Ils représentent tous les troupes ayant participé à la guerre de Crimée remportée (par les Anglais, Français, les Turcs Ottomans et un corps expéditionnaire piémontais contre les Russes) à la suite de la bataille de l'Alma en 1854. 

    Le Zouave se noie-t-il ?

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Oui, semble nous dire Nathan Schoulal, nous ne voyons plus ses pieds et l'eau file à toute vitesse... 

    Oui encore nous suggère Manon Sévin en vue panoramique...

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Pas vraiment nous dit Traore Abdoulaye, en regardant sous les jupes du Pont de l'Alma. Mais il est vrai que l'on ne voit plus très bien les jambes du Zouave.

     

    Pourtant il y a urgence, il y a même "précipitation" nous dit Lola Duplaa.

    paris,photographie,smartphone,la crue,picture,photo,art,journalisme,communication,dire

     

    Sous un autre angle cela donne quoi ?

     

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Faut-il croire que la coupe est pleine comme le suggère

    David Dehe ?

     

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Prendre une image, c'est prendre des risques.

    C'est jouer avec l'équilibre des êtres.

    C'est aussi avoir la tête dans les nuages. 

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    C'est aussi s'apercevoir que l'on a pris la même image sans le savoir...

    Alors un regard ne doit-il pas se travailler in situ ? 

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

    Une image pense

    Paris est une fêlure nous suggère Sarah Dicoh. Paris craque sous les eaux.

    Voilà un cadre, voilà un corps qui photographie, interroge l'espace et dessine un regard...

    Paris, photographie, smartphone, la crue, picture, photo, art, journalisme, communication, dire

     

    Ici nous rejoignons les mots de René Magritte  : "Je peins l'au-delà, mort ou vivant. L'au-delà de mes idées par des images" 

    À suivre...

    Pour les étudiants le cours est accessible en suivant ce lien... Cliquez et tapez le mot de passe fourni par mail...