Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

livre

  • Michel Piriou - Anna Djorkaeff

    Anna_Djorkaeff.jpg

     

    Destins croisés d’une femme et d’un navire

    Dans ce livre, on ne connaît pas les noms des personnages, seulement leurs prénoms, seulement le nom du personnage principal, Anna Djorkaeff. Pourquoi ce titre ? J’ai hésité un moment avec un autre : « Destins croisés d’une femme et d’un navire ».

    Cependant, mon intention première a toujours été de partager ma rencontre  avec celle qui est devenue l’héroïne de mon premier roman.
    Vous vous doutez bien que si on écrit un livre sur quelqu’un, c’est qu’on a affaire à une personnalité particulière dans un récit de vie singulier. Anna est à la fois exceptionnelle dans sa personnalité et symptomatique de son époque.
    Cette bretonne a traversé le 20ème siècle avec un état civil et une nationalité erronés.

    Anna a laissé derrière elle son carnet intime et le cahier journal d’un marin né en 1900. Oui, des destins se sont croisés.
    Au seuil de sa vie de femme, la révélation de son statut d’orpheline enferme Anna dans la recherche de son identité. Son vrai nom provient d’une contrée inconnue d’elle. Cette quête la mènera à une succession de découvertes pour le moins inattendues.
    La moindre anecdote de ce récit a été une réalité au plus près de la vie quotidienne qui toujours a évolué laissant le plus souvent en retard le statut de la femme.
    Un matin, au retour des ses courses, Anna a convenu avec elle-même qu’elle était devenue vieille, et restée « fille ». Comme un point d’exclamation au final d’une vie ! Dès lors, Anna Djorkaeff est passée des dizaines de fois devant le vieux banc face à la mer jusqu’au jour où elle leurs a dévoilé l’impensable secret de leurs vies.
    Comme les rochers qui apparaissent lors des plus basses marées, des secrets affleurent parfois des sables du passé.

     

     

    • Parution : Janvier 2020
    • Genre : Récit
    • ISBN : 979109704233-2
    • Nombre de pages : 302 pages
    • Format : 15,5 x 22 cm
    • Prix : 18€
  • La Route de la Soie Éditions en titres de livres

    route de la soie - éditions,livre,michel pirioou,roland giraud,marie-josé grandjacques,claude mesmin,francine rosenbaum,pierre michel klein,francis denis,patrick bonjour,stéphane dugowson,véronique terrassier,fan zhang,barthélémy courmont,affdu,diplômées,ophélie grevet,wiliam lochner

    Nous étions en plein Bouclage (William Lochner), quand soudain, une enquête sur le Crypto-Yuan (Pascal Ordonneau) est tombée. En urgence, nous avons avons dû suivre l’Homme aux yeux de poisson mort (Ophélie Grevet), jusque dans les Jardins (Francis Denis). Ayant été repérés par quelques Pionnières (Diplômées), nous avons négocié un Pacte des Signes (Michel Piriou). Après un sérieux Mapping (Julien Friedler), nous sommes restés InterloQuais (Patrick Bonjour), heureusement il nous restait quelques Poèmes à chanter (Roland Giraud). 

    En cheminant le long de Chronon (Pierre Michel Klein et Stéphane Dugowson), nous nous sommes rendus jusqu’au Pré aux lucioles (Ophélie Grevet). Là nous avons rencontré, assise sur un banc, Anna Djorkaeff (Michel Piriou), elle avait encore sur elle ce fameux Parfum d’Or rouge (Michel Piriou). Elle semblait soulagée que nous ayons pris Quelques secondes de conscience (Pierre Michel Klein) avant de nous lancer sur la piste des Poèmes à déchirer (Roland Giraud). 

    Au croisement de la Parole des Anges (Julien Friedler) et du Banquet sans Platon (Roland Giraud), nous faisions face aux Villes et Natures suspendues (Véronique Terrassier). 

    Perdue dans ses Pensées (Pascal Ordonneau), une Chinoise à Paris (Fan Zhang) regardait en toute Innocence (Barthélémy Courmont), un journal de guerre (Andrée Coconnier). 

    Elle semblait vouloir nous dire “mon nom signifie secret” (Francine Rosenbaum). Serions-nous tous et toutes des artistes empêché.e.s ? (Diplômées), quelques migrations au féminin (Diplômées) plus loin, nous avons compris l’importance des luttes des femmes (Marie-José Grandjacques). Il fallait nous rendre à l’évidence les Cultures Numériques (Diplômées) peuvent-elles encore nous donner le Goût de naître (Claude Mesmin) ?

    Et si finalement, notre enquête nous ramenait à l’Âge de piastre (Michel Piriou) où tous les lecteurs ont Le sang qui tape (Roland Giraud). 

     

     

     

  • Pascal Ordonneau : Crypto-Yuan

    Capture d’écran 2020-04-21 à 14.26.12.png

     

    Dans l’univers des monnaies cryptées, une nouvelle compétition vient de s’engager et la Chine vient d’en prendre la tête. Elle entend devenir la première nation à lancer la première monnaie cryptée souveraine du monde. Après l’explosion des monnaies cryptées, dites libres et anonymes, s’imposent, les uns après les autres, ces projets de monnaies cryptées d’un nouveau genre : les monnaies cryptées souveraines. Elles ont déjà un acronyme : CBDC (central banks digital currency).

     

    Pascal Ordonneau, ancien banquier, passionné par les questions économiques et monétaires, a écrit de nombreux livres, articles et chroniques dont deux ouvrages sur les nouvelles monnaies cryptées, la blockchain et les Initial coins offerings. Il a participé aux études lancées par l’Institut de l’Iconomie sur l’Intelligence artificielle et le projet de monnaie, la Libra, initié par le créateur de Facebook. Avec le présent livre, Pascal Ordonneau entame une réflexion sur les monnaies cryptées souveraines.

    Pascal Ordonneau, Crypto-Yuan, monnaie, cryptée,numérique,

    • Genre : Essai
    • Parution : Avril/Mai 2020
    • Format : 12 x 19
    • Nombre de pages : 232
    • ISBN : 979-10-97042-48-6
    • Prix : 16 euros
  • Claude Mesmin - Le goût de naître

    Claude Mesmin, le goût de naître, livre, essai, La Route de la Soie- Editions, ethnoclinique, humanisme

     

    Mettre au monde un enfant n’est pas une fonction biologique simple. Pour les mères, elle se situe en fonction du désir d’enfant qui plonge dans l’inconscient de chacune, de leurs capacités biologiques et de la culture dans laquelle chacune a été élevée.
    Ayant travaillé de longues années avec des familles migrantes au Centre Georges Devereux, j’ai pu constater le bonheur de ces familles à avoir des enfants. En effet, combien de mères, des pays du sub-saharien, sont venues en France pour mettre au monde un enfant après cinq ou six fausses-couches dans leur pays. Elles savaient qu’à l’hôpital en France, les médecins détecteraient et soigneraient par exemple le diabète qui empêche que la grossesse parvienne à son terme. Je les ai accueillies chacune au mieux de leur souffrance, j’ai appris d’elles combien leur vie entre deux cultures est difficile pour elles et leurs enfants. J’ai été « modifiée » comme l’écrit Tobie Nathan, car ensuite il est impossible de poser le même regard sur chacune y compris les femmes autochtones. « L’ethnopsychiatrie est cette pensée psychologique qui accepte le défi de se voir modifiée par les attachements des patients. Il s’agit à la fois d’un acte d’hospitalité et d’un pari de type scientifique ».
    Par la naissance de son premier enfant, une mère accomplit un certain devoir de gratitude d’abord à l’égard de sa propre mère, puis de sa famille ici et au pays. La blessure de l’infertilité est une douleur qui entraîne une perte de l’estime de soi. La vulnérabilité qui découle de ces échecs entraîne l’acceptation des nouvelles techniques de fécondation, PMA, IA et FIV, qui ne peuvent être accomplies dans tous les pays.
    Mes questions sont depuis très longtemps toujours les mêmes : L’enfant est-il le maillon entre la culture de sa mère et de sa famille et la culture française donnée par l’école puis la société ? Est-ce que ce décalage est une question universelle qu’il faudrait poser, aussi bien pour ces familles migrantes que pour celles venant de la campagne vers les grands centres urbains, même si depuis une centaine d’années les façons de vivre et de penser se sont modifiées. Le mouvement féministe a changé la place des femmes dans notre société.

     

    Claude Mesmin, le goût de naître, livre, essai, La Route de la Soie- Editions, ethnoclinique, humanisme

    • La Route de la Soie - Éditions Mai 2020
    • Genre : Essai
    • ISBN : 979-1097042455
    • Nombre de pages : 108
    • Format : 12 x 19 cm
    • Prix : 12€