Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

géopolitique

  • Trump, la Chine et ses voisins

    IMG_0205.JPG

     

    Ce matin a eu lieu la conférence Donald Trump face à la Chine. Rendez-vous pris au café Le Procope à Paris pour écouter et rencontrer notamment : Pascal Abb (chercheur au German Institute of Global and Area Studies), Emmanuel Dubois de Prisque (chercheur associé à l'Institut Thomas More), Yannick Mireur (directeur de Nexus Forum, politologue spécialiste des Etats-Unis) et Benoît de Tréglodé, (directeur de recherche à l'IRSEM). 

    Chacun a écrit un article dans le numéro 48 de la revue Monde Chinois. Dans l'éditorial co-signé Emmanuel Dubois de Prisque et Jean-Yves Heurtebise, il est indiqué "par coïncidence dont l'Histoire a le secret, le 9 janvier 2017, quelques jours avant l'investiture de Donald Trump décédait le philosophe juif polonais, naturalisé britannique, Zygmunt Bauman, qui dans son oeuvre démontra à quel point la société postmoderne qui est la nôtre est marquée par un brouillage de toutes les distinctions qui restaient fondatrices de la modernité". 

    Pour ma part, ce brouillage est très intéressant, car il est créatif. Il est comme le déséquilibre permanent de la marche. En ce sens, il nous fait revenir à ce que l'humanité a oublié d'elle-même : le nomadisme. 

    La revue se propose de résoudre une équation nouvelle "quel type d'influence l'administration de Trump pourra-t-elle exercer dans des pays situés dans la proximité immédiate de la Chine, où Pékin semble vouloir avancer ses pions de façon résolue, dans un contexte d'interrogations profondes sur la présence américaine ?"

    Ce sont en suite quinze articles qui sont proposés aux yeux du lecteur attentifs. Des articles pointus, longuement muris de recherches et de confrontations. Ce matin, quatre auteurs ont présenté les grandes lignas de leurs articles. Yannick Mireur propose une mise à plat explicite de la stratégie chinoise en mer de Chine afin de clarifier des enjeux commerciaux avec les Etats-Unis. Pascal Abb pose habilement la question de l'élection de Trump dans les yeux chinois. Résonne quelque part un "mais comment est-ce possible ?" Emmanuel Dubois de Prisque  propose un regard différent en partant de l'analyse de certains discours de Xi Jinping, il propose de s'interroger sur le côté législatif ancestral de la Chine. Cet aspect serait-il un empêchement pour la Chine d'avancer librement pour prendre la place de numéro un mondial ? Enfin Benoît de Tréglodé nous dessine la politique vietnamienne avec comme facteur la Chine. A-t-elle plusieurs possibilités ? Doit-elle valoriser ses échanges avec les États-Unis ou bien tenter un équilibre dangereux entre deux puissances ?  

    Evidemment, il ne faut pas résumer en une phrase ces interventions. Les articles proposent des éclaircissements sur une situation complexe. Chacun laisse la possibilité de s'interroger sur le rôle de l'Europe dans le futur équilibre du monde. 

    Capture d’écran 2017-05-23 à 19.04.49.png

    Lors de la discussion, un invité soulève la question de la "critique" et pose comme équation que "la Chine n'aime pas être critiquée"... puis prend pour exemple des sujets du type "la censure, le Tibet, etc." et que "lors de sa visite, tous ses mails ont été lus"... 

    Nous sommes en France et à nouveau ces sujets...

    Pauvre pensée française... 

    Il est intéressant d'opposer déjà que l'ensemble de nos mails sont lus par Google, Facebook, etc. Que nos téléphones sont des espions formidables. Bref donc pas besoin d'être en Chine pour que nos messages soient vus. 

    Je vais ici davantage revenir à cette notion "d'esprit critique". Je ris, je ris, je ris... Sommes-nous capables de critiquer la France ou le pays d'où nous venons avec autant de force que lorsque nous évoquons la Chine ? 

    La réponse est non (voir mon article sur Shaoyo Liu)... 

    Pourquoi ? Car nous sommes, depuis notre tendre enfance, bercés dans une pensée occidentales. Celle-ci est faite d'hégémonie et donc de domination. Les occidentaux colonisent, dominent, domptent, imposent... Comme autour de cette table, finalement, les invités chinois n'ont pas pris la parole. Très peu, à la fin, certes. Mais reprenons, nous sommes, intolérants, voilà ce que nous sommes. Des donneurs de leçon. Je m'inclus, malgré moi, car j'appartiens à cette culture occidentale. Cette culture qui me limite, ferme mon regard. Cette culture dont je dois sans cesse repousser les limites pour voir autrement. 

    A chaque débat sur la Chine, il y a toujours cette crainte sous-jacente de la domination du monde par la Chine (voir mon article sur les craintes occidentales).

    C'est amusant, la Chine représente la plus vieille civilisation. Elle a tout vu, tout vécu, inventé mille techniques (que nous avons pillé par la suite)... et aujourd'hui, nous ne sommes pas capables de prendre des leçons de la Chine. A nouveau, au lieu d'écouter pour essayer de comprendre, d'appréhender, nous voulons imposer nos certitudes. Ne serions-nous pas devenus trop prétentieux ?

    Comment pouvons-nous croire que notre système de pensée est-il encore juste ? L'élection de Trump montre à quel point, nous sommes arrivés au bout de ce dernier. Il est à bout de souffle. Au lieu de nous asseoir pour en imaginer un de nouveau, nous souhaitons le poursuivre, le prolonger jusqu'à explosion complète de notre planète. Et le mieux, c'est que nous avons un coupable tout désigné en cas d'implosion de notre système : la Chine. 

    Cette pensée est bel et bien enracinée en tous les occidentaux. Le regard fixé contre l'ennemi. Là encore, j'insiste, nous devrions remercier Emmanuel Kant (pour sa leçon géographique de la philosophie), ou même les premiers jésuites venus en Chine pour la christianiser. Les difficultés qu'ils notèrent c'est qu'ils n'arrivaient pas à faire comprendre les concepts. Et oui, comment faire entendre une pensée enracinée à des esprits qui pensent mouvement, flux, système ?

    Des siècles plus tard, nous retrouvons les mêmes barrières. Les mêmes schémas mentaux. Sauf que comme à son habitude, la Chine écoute, cherche à intégrer, pendant que les occidentaux cherchent à imposer, un rythme, une pensée. D'un côté la Chine embrasse, pendant que l'Occident oriente, ferme, segmente. 

    Parler de la Chine c'est subsumer 56 ethnies, un territoire immense, varié. Donc, ne devrions-nous pas ouvrir nos yeux, nos oreilles et apprendre ? Pouvons-nous seulement appréhender une telle diversité ? 

    Pour qu'il y ait équilibre du monde, nous devons apprendre à voir autrement. A saisir le monde de façon plus poétique (dans le sens de son mouvement). Le monde est organique, vivant, mouvant...Il suffit de s'intéresser quelque peu à l'histoire de l'écriture chinoise, pour voir que la Chine l'a bien compris.

    Voilà ce que je retiens de cette rencontre : à nouveau notre rationalité doit être interrogée. Nous devons reconnaître les limites de notre culture, analyser nos propres défaillances. Ce n'est qu'à ce prix, que nous pourrons inventer un nouveau système inclusif, coxistentiel. Notre société ne sera réellement post-moderne que si nous acceptons de sortir de la modernité en re-formatant les lumières. 

     

    ____

    Pour vous procurer la revue, rendez-vous sur le site des Éditions EKSA! 

     

  • Jacques Gravereau : la Chine conquérante

    9782212566536_h430.jpg

    Dès la quatrième de couverture, les choses sont claires, limpides même. Jacques Gravereau (Président de l'institut HEC Eurasia) affirme sa ligne directrice :

    "Faut-il craindre la Chine ? Après avoir réussi une émergence inouïe en moins de trente ans, ce géant de près d'un milliard et demi d'habitants se voit déjà en hyperpuissance mondiale et n'hésite plus à l'affirmer haut et fort. En faisant partout déferler ses exportations, en siphonnant les matières premières de la planète, la Chine peut-elle infléchir la marche du monde ? Ses gesticulations militaires tonitruantes en mer de Chine vont-elles mener à un conflit international majeur ? Quelle est la véritable nature de ce curieux régime, à la fois totalitaire et capitaliste, où un Parti communiste de 88 millions de membres règne sans contre-pouvoirs ?"

    Si vous n'y percevez que des questions alors relisez encore une fois. Vous y trouverez cette angoisse perpétuelle et très occidentale de la Chine envahisseur de notre monde. Vite refermons les frontières. 

    Bon reprenons, les thématiques proposées sont excellentes.

    La première partie intitulée "Une réussite vertigineuse" se décompose en quatre grands chapitres : 

    • Trente ans d'utopie
    • La seconde révolution de Deng Xiaoping
    • Fabrique du boom
    • Le monde accro à la Chine

    Sur ces points, nous avons des points de réflexion en commun. Même si il me semble très difficile et voire même impossible de résumer trente ans d'histoire de la Chine en quelques pages, car l'interprétation historique varie d'un monde à l'autre. Et notre vision "analytique" ne fonctionne pas avec la vision mouvante, organique de la civilisation chinoise. 

    Cependant, il aurait été très intéressant de creuser le fait de ce monde "accro à la Chine", en montrant que la mondialisation avait besoin d'une industrie bon marché pour fabriquer ses produits de grande consommation. Au bonheur des grands groupes, la Chine a ouvert ses portes offrant des milliers d'ouvriers comme main d'oeuvre bon marché pour satisfaire, rappelons-le, les besoins imaginaires occidentaux. 

    La seconde partie s'intitule "le prix du "toujours plus"" et comporte six chapitres :

    • L'horreur écologique
    • Dans l'eau claire, pas de poisson
    • Les nouveaux coolies
    • Pas vu, pas pris ! Le juteux pillage mondial
    • L'empire du fric
    • Un état de friture perpétuelle

    Au chapitre 10, à mon grand étonnement, nous pourrions être en accord. Ici une citation de  Paul Claudel qui a été pendant quatorze ans en poste consulaire en Chine. Passons cette référence, Jacques Gravereau écrit :

    "La Chine déroute  et décourage tous les jugements raisonnables, cartésiens, logiques, que des Occidentaux peuvent formuler à son égard. Il en a toujours été ainsi." (Cf. p.99).

    Mais alors pourquoi ne pas creuser ce sillon ? Car cela signifie bien que dès que nous cherchons à rationaliser, à inscrire la Chine dans une conception analytique cela ne fonctionne pas. La Chine débordera toujours notre esprit. Elle est à la fois visible et invisible. Elle est un flux. Et si  on saisit avec nos outils conceptuels ce qu'elle est, nous finissons par nous perdre, par argumenter négativement alors qu'il s'agit simplement de quelque chose d'insaisissable. 

    La troisième partie "Des règles du jeu "aux caractéristiques chinoises""

    • "Servir le peuple"
    • Se servir
    • Lénine et Internet
    • Un "Etat de droit socialiste aux caractéristiques chinoises"
    • Penser autrement
    • Les intraduisibles

    Là je comprends vos questions, vos remarques, mais je n'en partage pas le point de vue. Sauf en partie dans la question "des intraduisibles". Là nous nous retrouvons. Nos concepts viennent d'une pensée analytique, d'une pensée enracinée. La pensée chinoise est tectonique, mouvante, fluide. Elle est non enracinée. Elle est donc plus en lien avec l'invisible, le non structurel. Nous manquons nous aussi de mots pour la rendre intelligible à nos esprits.

    Enfin la quatrième partie "La Chine hyperpuissance ?"

    • Colosse aux pieds d'argile
    • Innovation : encore un effort !
    • Chiens de faïence : la Chine et ses voisins
    • L' " émergence pacifique "
    • Un softpower chinois ?

    Voilà des questions très intéressantes et des remarques pertinentes. La Chine prend des positions militaires, organise des défilés, montre qu'elle est puissante à cahque discours de son président. Mais cela ne passe toujours pas auprès des médias occidentaux. Quelque chose ne se déploie pas... Comme Jacques Gravereau le souligne acheter des matières, des entreprises, ne fait pas augmenter la cote de sympathie de la Chine auprès des occidentaux. 

    La question est donc comment la Chine peut-elle faire face à sa mauvaise réputation ? C'est sans doute cela le problème d'une puissance aujourd'hui ? Elle doit soigner son image avant toute stratégie. C'est l'inscription mentale qui fait gagner des points dans les inconscients collectifs. Or aujourd'hui pas un média occidental ne semble accorder de crédits à la Chine. Elle apparaît comme le méchant dragon, qui va se réveiller pour dévorer le monde... Quelle drôle de vision ?  

    Bien que je ne partage pas la conclusion, la vision d'un méchant dragon, ou que je ne cesserai d'affirmer que des fragments de l'histoire de Chine méritent d'autres éclaircissements, il n'en demeure pas moins vrai que ce livre est à lire. Il est très vivant. A l'intérieur, des histoires de rues croisent celles des multinationales, mais finalement on s'aperçoit que l'examen doit être fait du grand capital.

     

    livre,chine,géopolitique,territoire,puissance,économie,pékin,étude,image,communication

     

    La Chine conquérante, Enquête sur une étrange superpuissance
    de Jacques Gravereau (éd. Eyrolles)
    ISBN: 978-2-212-56653-6 / Prix 19€
    Le livre sur le site de l'éditeur

     

  • Et si on rendait son nom à l'Everest ?

    Initialement, j'ai écrit ce texte dans les colonnes du journal Chine-Info, le 29 septembre 2015. Je n'en change pas une ligne, j'ajoute simplement une photographie qui fera rire ou sourire... Une photographie du camp de base du Qomolangama... Ce qui m'amuse c'est de pouvoir dire que quand on parle de quelque chose on y est allé. Il ne s'agit donc pas d'une affaire de Photoshop ;-) 

     

    Philosophie, Everest, Nom, marque, sommet

    Je devais commencer cet article en soulevant une question « comment commencer ce texte sans risque de choquer » ? J’ai fini par me résoudre à une impossibilité.

    Il est, en effet, impossible de ne pas briser le rêve de générations entières qui ont rêvé de se surpasser pour gravir le plus haut sommet du monde. Enfant, j’ai moi-même rêvé de ce sommet, de ses pentes, du défi incroyable que cela représenterait que d’atteindre le sommet de cette si belle montagne. Quand on regarde une photographie de l’Everest, on se prend à rêver de sa douceur, de son calme. On imagine moins les drames, les morts, les corps restés sur place, etc. Nous avons tous une histoire à narrer où le mot Everest résonne comme un défi insurmontable.

    Plusieurs actualités me conduisent à rédiger cet article. Evidemment, il y a la sortie du filmEverest de Baltasar Kormákur. Les expéditions se succèdent et se trouvent prises au piège de cette montagne si terrifiante quand on s’approche d’elle. Mais pourquoi parler de Mont Everest ? Quand on part du Népal, sur les pentes de l’Himalaya en direction de ce plus haut sommet du monde, on part gravir Sagarmatha.

    Et quand on a la chance, comme moi, d’accéder par le côté tibétain, on parle de gravir le Qomolangma. Si vous demandez à un chinois de parler du plus haut sommet du monde, il vous parlera du Qomolangma. Un nom qui, pour nous, n’évoque rien à peine une poésie, une note différente dans l’espace de nos sonorités.

    Plusieurs noms évoquent le même « objet » : Everest, Qomolangma, Sagarmatha. Serions-nous face à ce que le logicien Gottlob Frege a défini dans son article « sens et dénotation » en 18921?

    A l’époque, il prend l’exemple des expressions suivantes « étoile du matin » et « étoile du soir ». En fait ces deux expression dénotent le même objet, la même étoile (Vénus) mais n’ont pas le même sens. Par « étoile du matin », nous désignons l’étoile présente le matin quand le soleil se lève et qu’il fait jour. Par « étoile du soir », nous entendons la première étoile qui apparaît le soir.

    A la suite de cette remarque, il définit la dénotation comme la portion de réalité que cette expression désigne (ou qu'un locuteur cherche à désigner).

    C’est précisément cela que nous devrions faire en nous demandant pourquoi, nous ne connaissons pas les autres noms de l’Everest ? Par ce nom, par cette désignation, nous entendons le plus haut sommet du monde… Mais quelle réalité définissons-nous ainsi ? D’où vient ce nom ? Il n’est pas une simple observation naturelle comme le cas de l’étoile du matin ou du soir.

    On date la découverte de ce sommet à 1852. A cette date, les découvreurs lui attribuèrent le nom de Peak XV. Mais qui a découvert ce sommet ? Des géographes britanniques probablement aidés par des tibétains, fiers de montrer ce Qomolangma ou « Déesse mère du Monde ».

    Pour eux, c’est-elle qui engendre la vie, le monde, l’univers et son équilibre. Face à elle, on se prosterne, on lui demande de l’eau pour les hommes, les bêtes, etc. On lui demande d’être clémente et de permettre aux bêtes d’y trouver de quoi manger, etc. Il serait intéressant d’interroger les carnets de ces premiers géographes pour voir s’ils faisaient mention de ces rituels.

    C’est en 1865 que le nom définitif a été attribué à ce sommet : l’Everest. Mais pourquoi ce nom ? Il a été choisi en l'honneur de sir George Everest, un géographe.  Un nom britannique. Pourquoi ne pas avoir laissé le nom existant ?

    Cette attribution de nom s’est faite sans prendre en considération ceux existants : le nom tibétain est Chomo Lungma ou Qomolangma (qui signifie « Déesse mère du Monde ») ou celui Népalais Sagarmatha.

    Précisément ce sommet perd son nom d’origine. Sans doute par le symbole qu’il représente.  A cette époque qui pouvait faire face au colonialisme occidental ? Dans les archives ont trouve cette explication : « Mon respecté chef et prédécesseur le colonel Sir George Everest m'a enseigné à désigner tout objet géographique par son véritable nom local ou indigène. Mais voici une montagne, probablement la plus haute au monde, dont nous n'avons pu trouver aucun nom local. L'appellation indigène, si elle en a une, ne sera très probablement pas découverte avant que nous soyons autorisés à pénétrer au Népal. En attendant il m'incombe le privilège comme le devoir d'assigner… un nom, par lequel cette montagne puisse être connue des citoyens et des géographes et devenir un mot d'usage courant dans les nations civilisées. » 2

    C’est sur cet adjectif « civilisé » que tout s’opère. D’un côté un monde sauvage, aux mythes réels, aux divinités souveraines et de l’autre un monde « éduqué », dit « civilisé ».

    L’affaire est faite, des générations vont donc rêver de monter sur les épaules de Sir George Everest. Mais quel sens cela a-t-il aujourd’hui ?

    Le 30 août dernier, la Maison Blanche a annoncé que le Mont McKinley pouvait retrouver son nom d’origine indigène : Denali - qui signifie en koyukon « celui qui est haut ». Ce sommet est, en effet, le plus haut d’Amérique du Nord, il est situé au centre de l’Alaska. Ne pourrions-nous pas imaginer la même chose aujourd’hui pour l’Everest ? Gravir le « Qomolangma » ou « Sagarmatha » soit affronter la déesse mère de l’univers, c’est quand même autre chose que de monter sur les épaules de ce pauvre Sir George Everest ?

    Notes: 

    1  Cf.  Gottlob Frege Über Sinn und Bedeutung, in la revue Zeitschrift für Philosophie und philosophische Kritik

    2 Andrew Waugh, Proceedings of the Royal Geographical Society of London - in « Papers relating to the Himalaya and Mount Everest », Proceedings of the Royal Geographical Society of London, n° IX, pages 345-351, avril-mai 1857