Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

livre - Page 4

  • Jacques Gravereau : la Chine conquérante

    9782212566536_h430.jpg

    Dès la quatrième de couverture, les choses sont claires, limpides même. Jacques Gravereau (Président de l'institut HEC Eurasia) affirme sa ligne directrice :

    "Faut-il craindre la Chine ? Après avoir réussi une émergence inouïe en moins de trente ans, ce géant de près d'un milliard et demi d'habitants se voit déjà en hyperpuissance mondiale et n'hésite plus à l'affirmer haut et fort. En faisant partout déferler ses exportations, en siphonnant les matières premières de la planète, la Chine peut-elle infléchir la marche du monde ? Ses gesticulations militaires tonitruantes en mer de Chine vont-elles mener à un conflit international majeur ? Quelle est la véritable nature de ce curieux régime, à la fois totalitaire et capitaliste, où un Parti communiste de 88 millions de membres règne sans contre-pouvoirs ?"

    Si vous n'y percevez que des questions alors relisez encore une fois. Vous y trouverez cette angoisse perpétuelle et très occidentale de la Chine envahisseur de notre monde. Vite refermons les frontières. 

    Bon reprenons, les thématiques proposées sont excellentes.

    La première partie intitulée "Une réussite vertigineuse" se décompose en quatre grands chapitres : 

    • Trente ans d'utopie
    • La seconde révolution de Deng Xiaoping
    • Fabrique du boom
    • Le monde accro à la Chine

    Sur ces points, nous avons des points de réflexion en commun. Même si il me semble très difficile et voire même impossible de résumer trente ans d'histoire de la Chine en quelques pages, car l'interprétation historique varie d'un monde à l'autre. Et notre vision "analytique" ne fonctionne pas avec la vision mouvante, organique de la civilisation chinoise. 

    Cependant, il aurait été très intéressant de creuser le fait de ce monde "accro à la Chine", en montrant que la mondialisation avait besoin d'une industrie bon marché pour fabriquer ses produits de grande consommation. Au bonheur des grands groupes, la Chine a ouvert ses portes offrant des milliers d'ouvriers comme main d'oeuvre bon marché pour satisfaire, rappelons-le, les besoins imaginaires occidentaux. 

    La seconde partie s'intitule "le prix du "toujours plus"" et comporte six chapitres :

    • L'horreur écologique
    • Dans l'eau claire, pas de poisson
    • Les nouveaux coolies
    • Pas vu, pas pris ! Le juteux pillage mondial
    • L'empire du fric
    • Un état de friture perpétuelle

    Au chapitre 10, à mon grand étonnement, nous pourrions être en accord. Ici une citation de  Paul Claudel qui a été pendant quatorze ans en poste consulaire en Chine. Passons cette référence, Jacques Gravereau écrit :

    "La Chine déroute  et décourage tous les jugements raisonnables, cartésiens, logiques, que des Occidentaux peuvent formuler à son égard. Il en a toujours été ainsi." (Cf. p.99).

    Mais alors pourquoi ne pas creuser ce sillon ? Car cela signifie bien que dès que nous cherchons à rationaliser, à inscrire la Chine dans une conception analytique cela ne fonctionne pas. La Chine débordera toujours notre esprit. Elle est à la fois visible et invisible. Elle est un flux. Et si  on saisit avec nos outils conceptuels ce qu'elle est, nous finissons par nous perdre, par argumenter négativement alors qu'il s'agit simplement de quelque chose d'insaisissable. 

    La troisième partie "Des règles du jeu "aux caractéristiques chinoises""

    • "Servir le peuple"
    • Se servir
    • Lénine et Internet
    • Un "Etat de droit socialiste aux caractéristiques chinoises"
    • Penser autrement
    • Les intraduisibles

    Là je comprends vos questions, vos remarques, mais je n'en partage pas le point de vue. Sauf en partie dans la question "des intraduisibles". Là nous nous retrouvons. Nos concepts viennent d'une pensée analytique, d'une pensée enracinée. La pensée chinoise est tectonique, mouvante, fluide. Elle est non enracinée. Elle est donc plus en lien avec l'invisible, le non structurel. Nous manquons nous aussi de mots pour la rendre intelligible à nos esprits.

    Enfin la quatrième partie "La Chine hyperpuissance ?"

    • Colosse aux pieds d'argile
    • Innovation : encore un effort !
    • Chiens de faïence : la Chine et ses voisins
    • L' " émergence pacifique "
    • Un softpower chinois ?

    Voilà des questions très intéressantes et des remarques pertinentes. La Chine prend des positions militaires, organise des défilés, montre qu'elle est puissante à cahque discours de son président. Mais cela ne passe toujours pas auprès des médias occidentaux. Quelque chose ne se déploie pas... Comme Jacques Gravereau le souligne acheter des matières, des entreprises, ne fait pas augmenter la cote de sympathie de la Chine auprès des occidentaux. 

    La question est donc comment la Chine peut-elle faire face à sa mauvaise réputation ? C'est sans doute cela le problème d'une puissance aujourd'hui ? Elle doit soigner son image avant toute stratégie. C'est l'inscription mentale qui fait gagner des points dans les inconscients collectifs. Or aujourd'hui pas un média occidental ne semble accorder de crédits à la Chine. Elle apparaît comme le méchant dragon, qui va se réveiller pour dévorer le monde... Quelle drôle de vision ?  

    Bien que je ne partage pas la conclusion, la vision d'un méchant dragon, ou que je ne cesserai d'affirmer que des fragments de l'histoire de Chine méritent d'autres éclaircissements, il n'en demeure pas moins vrai que ce livre est à lire. Il est très vivant. A l'intérieur, des histoires de rues croisent celles des multinationales, mais finalement on s'aperçoit que l'examen doit être fait du grand capital.

     

    livre,chine,géopolitique,territoire,puissance,économie,pékin,étude,image,communication

     

    La Chine conquérante, Enquête sur une étrange superpuissance
    de Jacques Gravereau (éd. Eyrolles)
    ISBN: 978-2-212-56653-6 / Prix 19€
    Le livre sur le site de l'éditeur

     

  • Pascal Ordonneau : survivre dans un monde de CONS

    con, pascal ordonneau, culture, leçon, essai, survie

    Vous en rêviez, Pascal Ordonneau l'a fait...

    Et oui un court essai qui mettra du sel dans la grisaille parisienne. Un sel qui réveille, chahute, provoque...

    Où vous apprendrez non sans humour qu'un

    "Confin est un con délicat mais très éloigné. Dans tous les cas, il ne passe pas sous une porte" (Cf. page 57).

    Vous apprendrez ensuite au cours de la leçon 19 à parler à un con anglais, allemand. Vous découvrirez ainsi que parler à un con anglais c'est facile voire même très facile :

    "Avec un con anglais, parlez anglais. Les Anglais, on le sait, sont tous cons et ils partagent la même langue" (Cf. page 58).

    On rit, on se dit qu'à une table diplomatique tout ceci fera bon ménage avec un bon vin, un plat en sauce... On se croirait à un peu à un dîner mondain où chacun se pince d'un niveau de langue suffisamment élevé pour se dire des horreurs dans un langage incompréhensible par le "pseudo-con". Pascal ne m'en voudra pas de prendre ici son "pseudo" et de lui associer le mot "con"... C'est trop bon, car le pseudo adore remettre à l'endroit les cons qui pensent qui ne le sont pas.

    Mais continuons car cette leçon est délicieuse. Ne vous trompez pas dans le sens des couverts en argent présents sur la table ! 

    Venons-en au con français, il y en a ! Mais comme le souligne Pascal, il vous faut plus de doigté qu'avec un simple con anglais... Oui c'est dans le texte. 

    "La difficulté est là : il faut s'adresser au con comme s'il ne l'était pas. L'élégance française, elle est là (...)." (Cf. page 59).

    La leçon 23 est fatale : "que faire donc si l'on rencontre un con ?"... L'éviter, s'asseoir avec lui et discuter des cons de la lune. Simplement "faire comme si de rien n'était".

    Alors évidemment, je ne vais pas vous révéler l'étendue de ma connerie et encore moins les fabuleuses recettes de ce manuel.

    La quatrième partie sur les cons et dieu, vaut son pensant d'or... 

    Finalement, cher Pascal, 43 leçons c'est trop peu ! Et heureusement que vous ouvrez sur une épopée pour explorer ce monde de con, cette idiocratie naissante, gluante... Je souhaite que ce manuel soit le début d'une longue série de recherches caustiques, grinçantes.

    “Le vrai con est con. Celui qui n'est pas un vrai con n'est pas plus con qu'un autre.” Frédéric Dard 

  • Pascal Ordonneau : "La désillusion / Abécédaire décalé de la banque et de la finance"

    finance,pascal ordonneau,livre,abécédaire,analyseQuelle drôle d'idée que cet ouvrage. Revenir sur ce livre, c'est important car c'est un document qui pèse lourd. D'abord c'est un livre de plus de 1000 pages. Mais rassurez-vous son auteur s'amuse des mots de la finance et de la banque. Il joue sur leurs histoires. Ancien banquier, ancien financier, il nous livre ici les mots, leurs trahisons dans un monde qui semble nous gouverner. Un monde dans un monde.

    Pascal Ordonneau semble nous dire "bienvenue dans mon jargon". Venez donc comprendre des mots d'un monde dit "affreux" qui souffre d'une notoriété assez mauvaise... Qui ne pense pas au trader fou et drogué ?

    Au travers de 365 entrées, allant par un curieux hasard du fameux AAA (pour la lettre A) à Zone euro (pour la lettre Z), l'abécédaire de Pascal Ordonneau revisite les termes de la finance, en y apportant des éclairages teintés d'humour, souvent en lien direct avec l'actualité économique. 

    Publié au fil des jours dans les colonnes des Echos.fr, ce dictionnaire est un projet pharaonique. Mais c'est aussi de l'aveu même de son auteur "un vieux projet, celui de commenter, exposer les mots de la Banque et de la Finance, ne pas taire les réflexions critiques sur la Banque et la Finance et quelques plaisanteries aussi. Parfois, il vaut mieux en rire ". 

    Comme tout joueur de mots, Pascal Ordonneau, nous fait rire au fil des histoires, au fil de sa vision décomplexée. Avec lui on accepte plus facilement de rires et de rêver à un changement de paradigme. Et si la Finance était à la portée de tous ? C'est simple il suffit de se saisir des définitions et d'en rêver d'autres... Ce livre est la pierre de touche de tout changement... Foncez... Cliquez ici !