Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

droit

  • Égalité de droit - Égalité de fait

    Capture d’écran 2018-06-23 à 19.16.50.png

    Parlons d'égalité... Après ces semaines silencieuses, d'observations et de recherches. J'ai envie de faire un détour par l'égalité. Sujet philosophique par excellence, l'égalité semble nous échapper dès que nous cherchons à la mettre en place.

    Qu'est-ce que l'égalité ? Peut-elle être autre chose que conceptuelle ? Mathématiquement deux grandeurs sont égales, lorsqu'elles ne diffèrent en rien. Cependant à l'échelle de notre (in)humanité, au contraire, l'égalité part de notre point commun : notre attribut identique, soit notre humanité. Nous sommes tous différents et cependant égaux. 

    En d'autres termes, l'égalité doit se distinguer clairement de l'identité. Vivant en société, nous sommes convenus (et c'est sans doute là l'erreur) de préciser en quoi nous sommes égaux.

    C'est ainsi que la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 affirme dans son article premier "les hommes naissent et demeurent libres et égaux"... et de préciser "en droits". Remarquons qu'elle précise à l'article 6 : "la loi est l'expression de la volonté générale, tous les citoyens ont droit de concourir, personnellement ou par leurs représentants, à sa formation ; elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics selon leur capacité, et sans autres distinctions que celle de leurs vertus et de leurs talents"

    Notons qu'il s'agit ici des "hommes"... et non des "humains". Les femmes sont déjà exclues. C'est ce que notait déjà Olympes de Gouges dans sa déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. 

    Notons qu'il faudra attendre, la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 pour établir qu'un statut soit accordé aux femmes. 

    Enfin, notons que l'expression consacrée pour cette déclaration est désormais celle des "droits humains" ou encore "droit à la personne". 

    Pourquoi est-ce si important ? C'est assez simple, en fait, l'humanité se compose d'êtres humains. Les "êtres humains" est une expression qui ne regroupe pas seulement un sexe (celui de l'homme) mais bien les sexes (masculin, féminin, neutre...). N'oubliez pas que l'on peut naître homme, devenir femme (et/ou inversement), mais que l'on peut être transgenre... 

    Le langage se compose de nombreuses expressions et c'est déjà une première étape de la compréhension de l'égalité que de savoir user du langage correctement pour éviter d'exclure. 

    Revenons à notre actualité. En 1961, est adoptée la Charte Sociale Européenne. Elle est signée par les 47 États membres du Conseil de l'Europe. Elle est l'équivalent, au niveau social de la Convention européenne des droits humains consacrée aux droits civils et politiques.

    Le Comité européen des Droits sociaux est chargé de veiller à faire respecter par les États membres de la Charte sociale. Dès qu'il perçoit un écart, il adresse des décisions afin que les États modifient leur législation.

    En 1995,  la charte introduit un système de plaintes collectives, qui permet aux organisations d’employeurs et aux syndicats nationaux et internationaux, ainsi qu’aux ONG internationales (et dans certains cas nationales) de porter plainte contre les Etats qui violeraient cette charte.

    Le rôle du Comité européen des Droits sociaux est ainsi l'organe qui garantit l’application de la Charte sociale européenne, et ses décisions sont contraignantes.

    Or notamment à l'Article 20 de la Charte sociale européenne on trouve précisément la question de l'égalité.

    "Article 20 – Droit à l'égalité de chances et de traitement en matière d'emploi et de profession, sans discrimination fondée sur le sexe

    En vue d'assurer l'exercice effectif du droit à l'égalité de chances et de traitement en matière d'emploi et de profession sans discrimination fondée sur le sexe, les Parties s'engagent à reconnaître ce droit et à prendre les mesures appropriées pour en assurer ou en promouvoir l'application dans les domaines suivants :

    • a- accès à l'emploi, protection contre le licenciement et réinsertion professionnelle ;
    • b- orientation et formation professionnelles, recyclage, réadaptation professionnelle ;
    • c- conditions d'emploi et de travail, y compris la rémunération ;
    • d- déroulement de la carrière, y compris la promotion."

    Nous pourrions également citer "l'Article 27 – Droit des travailleurs ayant des responsabilités familiales à l'égalité des chances et de traitement".

    Dans la Charte sociale révisée en 1996, le mot "égalité" apparaît 8 fois. 

    Aujourd'hui nous assistons à une première historique. Sur l'initiative de Maitre Anne Nègrele GEFDU (dont la branche française est l'AFFDU)/UWE a voté à l'unanimité lors de son assemblée générale à Utrecht de devenir une ONG habilitée par le Conseil de l'Europe à déposer des réclamations collectives (dans le cadre de la violation de la Charte Sociale Européenne). 

     

    Ainsi sont nées les 15 réclamations collectives pour violation de la Charte Sociale européenne en matière d'ÉGALITÉ contre les 15 États Membres du Conseil de l'Europe qui les acceptent Belgique, Bulgarie, Croatie, Chypre, France, Grèce, Irlande, Italie, Pays Bas, Portugal, République Tchèque, Slovénie, Suède, et la Norvège le seul pays qui ne soit pas également dans l’Union Européenne.

    Ces réclamations portent sur la violation des dispositions concernant :

    • le salaire égal pour un travail égal, semblable ou comparable entre les femmes et les hommes de la Charte Sociale Européenne
    • la sous-représentation des femmes dans les postes de décisions des entreprises privées

    Face à ces réclamations documentées, les États se sont plongés dans un étonnant déni. En effet "l'égalité de droit" est difficilement applicable dans les "faits". Une ONG n'aurait-elle pas le droit de faire remarquer à des États leurs écarts de conduite ? Notons que l'ONG en question a presque 100 ans et qu'elle s'y connaît en question d'égalité, de soutien aux femmes au fil des années et au regard du siècle qu'elle a passé à accompagner toutes les femmes en Europe et dans le reste du monde.

    Cependant, fait historique, le Conseil européen des Droits Sociaux a déclaré le 4 juillet 2017 la recevabilité des réclamations collectives. 

    C'est un grand pas pour notre humanité, nous pourrions enfin faire coïncider "égalité de droits" et "égalité de fait"... Pour cela nous devons poursuivre la mobilisation, nous devons, ensemble, faire aboutir ces réclamations collectives !

    Pour cela, il est possible de signer et de faire suivre la pétition suivante :

    egalité,salaire,charte sociale européenne,droit des femmes,droits humains,droit

     

    Pour ceux qui auraient encore des doutes sur cette nécessité, ils peuvent écouter Jean-Michel Belorgey et Luis Jimena Quesada . Ils ont dirigé la Charte Sociale Européenne. Ils soutiennent ces 15 réclamations collectives. 

    #EqualJobEqualPay  

  • Et, vous parlez-vous Aubade ?

    Aubade, féminisme, sexisme, habitude mentale, droit, langue,

    En sortant du salon des livres de femmes auteures d'essai (co-organisé par l'Association des Femmes Diplômées de l'Université et de l'Enseignement Supérieur et la mairie du sixième arrondissement de Paris), je suis retombée sur ce que j'avais cru être un mirage un soir. Une sorte d'hallucination.

    Et voilà qu'une marque me harcèle en pleine rue. Alors quoi, Sonia Bressler, vous ne parlez pas Aubade ? What? won't you #SpeakAubade ? Are you serious? Comment vous dire ?

    Je vais essayer d'être élégante, gentille, douce, polie, un peu comme l'exige le précis de savoir-vivre de Henri Leblanc-Ginet. 

    Dans ce précis, on trouve "tout". Prenons par exemple, le mot "démarche" : "si vous êtes une femme, ne marchez pas à grandes enjambées, mais ne traînez pas non plus les pieds. Évitez la démarche en canard. Ne sautillez pas et ne tapez pas du talon. Retenez vos bras, évitez de les balancer en cadence. Si vous êtes debout, ne vous balancez pas d'une jambe sur l'autre, ne posez pas le poing sur la hanche. Lorsque vous vous asseyez, restez le buste droit, ne vous enfoncez pas dans le siège et si vous croisez les jambes, faites-le avec délicatesse sans trop remonter votre jupe". 

    Ah ? Voyez-vous je marche comme je veux, je crache si je veux... Et quoi vous dire d'autre ? Personne n'a à m'imposer un comportement de séduction qu'il soit hétéro-normatif ou autre.

    Il fut un temps que les moins de vingt-ans ne peuvent pas connaître, un temps où j'avais la révolte plus vive, plus facile, moins docile. Je concluais l'article "Si Loin Simone" dans la revue des Temps Modernes, un numéro dirigé par Liliane Kandel sur Simone de Beauvoir, ainsi : "Moi. Comment dire ? En négatif : « ne parle pas trop vite. Ne sois pas agressive. Ne prends pas toujours les autres pour des cons. Dis-toi que s’ils ne pensent pas, c’est que peut-être qu’ils réfléchissent. Ne joue pas sur les mots. Arrête les lignes blanches. Joue pas avec tes mains. Ne cherche pas les fumées étranges avec tes yeux. (...) Arrête les mondanités dans les lieux de luxe et de luxure. Arrête de lire pendant que tu fais la cuisine. Arrête de lire au cinéma. Arrête d’écrire constamment sur tes carnets. Arrête de prendre à angle droit les virages. Arrête de ne dormir que dans les transports. Arrête d’être contre la société. Arrête de ne pas être en accord avec la politique actuelle. Arrête de ne pas savoir où tu vas. Arrête de jouer à la roulette russe. Ne mets pas tes cheveux en avant. Arrête de séduire. Pense à manger. Arrête d’être au bord du précipice. Bref. Sois comme tout le monde. Fais pas ta Sagan et encore moins ta Simone de Beauvoir ! » Croyez-vous que nous soyons scandaleuses pour autant ? Non. Ce qui fait scandale, aujourd’hui, c’est de constater que nous sommes incapables de parler d’égalité. Encore moins de la comprendre."

    Soyons plus sage(s). Reprenons en douceur pour ceux qui n'aiment pas cette réflexion sur la vie de Simone de Beauvoir. Imaginons deux secondes le marketing vu par Simone de Beauvoir : une femme deviendrait-elle femme uniquement en lingerie Aubade ? Vous voyez je peux parler Aubade... Comme elle l'écrivait, dans Mémoires d'une jeune fille rangée, "toute réussite déguise une abdication"... Voyez-vous le problème que vous posez ? 

     

    aubade,féminisme,sexisme,habitude mentale,droit,langue

    Non. Donc reprenons. En faisant quelques recherches sur la marque Aubade... Je me plonge dans un fabuleux article de Stratégies (qui date de 2002)... Là je dois dire que je n'en finis pas de tomber de haut, de casser mes talons sur l'écran, d'arracher mon maquillage forcé de séductrice endiablée (ah pardon, je suis rousse, pas besoin de maquillage pour cela). 

    Dans cet article, outre le fait que vous allez découvrir qu'Antoine de Caunes a eu un accident de scooter devant une publicité Aubade vous pouvez lire ceci : "Ann-Charlotte Pasquier, PDG d'Aubade, se souvient de la genèse des leçons.« Nous avions conscience que la femme avait changé, raconte-t-elle. Elle aimait séduire parce qu'elle se sentait belle. Elle n'était plus un simple objet dans le regard de l'homme. » "

    Cette phrase ne serait-elle pas une simple tautologie ? Ce n'est pas parce qu'une femme devient une séductrice qu'elle n'est pas un objet pour autant. Nous pourrions lire : une femme émancipée est forcément séductrice, elle provoque, choque avec des postures obligées fesses en arrière, poitrine en avant... Est-ce pour cela que la marque Aubade supprime les visages des femmes ? Ah pardon, il reste une bouche... 

    Alors la réussite et l'abdication ? Toujours pas ? Vous demandez aux femmes et aux hommes de consentir à une injonction matérialisée soit par vos leçons, soit par votre "langage"... Mais consentir ce n'est pas être d'accord, c'est juste subir une influence et s'y conformer afin de ne pas sortir de la masse...  

    Donc à la question injonctive "Parlez-vous Aubade ?" Devons-nous répondre "oui, c'est l'heure de la séduction " ou "encore à quand l'heure de la fessée pour la méchante séductrice" ?

    Bref, ce que m'inspire cette campagne publicitaire, c'est simplement une rage féroce contre les endoctrinements. Elle est, en plus, doublement sexiste. Pour les femmes certes, mais également pour vous messieurs. Non ? Seriez-vous tous des croqueurs de lingerie ? Attendez-vous nécessairement qu'une femme porte ces éléments vestimentaires pour vous sentir inspirés ? Avez-vous réellement besoin des Leçons Aubade pour mémoriser quelque chose ? N'êtes-vous bons qu'à être séduits ? 

    Alors si je devais parler la langue Aubade, je dirais : bravo les clichés (fétichistes)... 

    Il est dommage de devoir parler de vous, de faire ainsi du bruit autour de votre marque. Je deviens votre propre média. Quel paradoxe !