Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

droit

  • Et, vous parlez-vous Aubade ?

    Aubade, féminisme, sexisme, habitude mentale, droit, langue,

    En sortant du salon des livres de femmes auteures d'essai (co-organisé par l'Association des Femmes Diplômées de l'Université et de l'Enseignement Supérieur et la mairie du sixième arrondissement de Paris), je suis retombée sur ce que j'avais cru être un mirage un soir. Une sorte d'hallucination.

    Et voilà qu'une marque me harcèle en pleine rue. Alors quoi, Sonia Bressler, vous ne parlez pas Aubade ? What? won't you #SpeakAubade ? Are you serious? Comment vous dire ?

    Je vais essayer d'être élégante, gentille, douce, polie, un peu comme l'exige le précis de savoir-vivre de Henri Leblanc-Ginet. 

    Dans ce précis, on trouve "tout". Prenons par exemple, le mot "démarche" : "si vous êtes une femme, ne marchez pas à grandes enjambées, mais ne traînez pas non plus les pieds. Évitez la démarche en canard. Ne sautillez pas et ne tapez pas du talon. Retenez vos bras, évitez de les balancer en cadence. Si vous êtes debout, ne vous balancez pas d'une jambe sur l'autre, ne posez pas le poing sur la hanche. Lorsque vous vous asseyez, restez le buste droit, ne vous enfoncez pas dans le siège et si vous croisez les jambes, faites-le avec délicatesse sans trop remonter votre jupe". 

    Ah ? Voyez-vous je marche comme je veux, je crache si je veux... Et quoi vous dire d'autre ? Personne n'a à m'imposer un comportement de séduction qu'il soit hétéro-normatif ou autre.

    Il fut un temps que les moins de vingt-ans ne peuvent pas connaître, un temps où j'avais la révolte plus vive, plus facile, moins docile. Je concluais l'article "Si Loin Simone" dans la revue des Temps Modernes, un numéro dirigé par Liliane Kandel sur Simone de Beauvoir, ainsi : "Moi. Comment dire ? En négatif : « ne parle pas trop vite. Ne sois pas agressive. Ne prends pas toujours les autres pour des cons. Dis-toi que s’ils ne pensent pas, c’est que peut-être qu’ils réfléchissent. Ne joue pas sur les mots. Arrête les lignes blanches. Joue pas avec tes mains. Ne cherche pas les fumées étranges avec tes yeux. (...) Arrête les mondanités dans les lieux de luxe et de luxure. Arrête de lire pendant que tu fais la cuisine. Arrête de lire au cinéma. Arrête d’écrire constamment sur tes carnets. Arrête de prendre à angle droit les virages. Arrête de ne dormir que dans les transports. Arrête d’être contre la société. Arrête de ne pas être en accord avec la politique actuelle. Arrête de ne pas savoir où tu vas. Arrête de jouer à la roulette russe. Ne mets pas tes cheveux en avant. Arrête de séduire. Pense à manger. Arrête d’être au bord du précipice. Bref. Sois comme tout le monde. Fais pas ta Sagan et encore moins ta Simone de Beauvoir ! » Croyez-vous que nous soyons scandaleuses pour autant ? Non. Ce qui fait scandale, aujourd’hui, c’est de constater que nous sommes incapables de parler d’égalité. Encore moins de la comprendre."

    Soyons plus sage(s). Reprenons en douceur pour ceux qui n'aiment pas cette réflexion sur la vie de Simone de Beauvoir. Imaginons deux secondes le marketing vu par Simone de Beauvoir : une femme deviendrait-elle femme uniquement en lingerie Aubade ? Vous voyez je peux parler Aubade... Comme elle l'écrivait, dans Mémoires d'une jeune fille rangée, "toute réussite déguise une abdication"... Voyez-vous le problème que vous posez ? 

     

    aubade,féminisme,sexisme,habitude mentale,droit,langue

    Non. Donc reprenons. En faisant quelques recherches sur la marque Aubade... Je me plonge dans un fabuleux article de Stratégies (qui date de 2002)... Là je dois dire que je n'en finis pas de tomber de haut, de casser mes talons sur l'écran, d'arracher mon maquillage forcé de séductrice endiablée (ah pardon, je suis rousse, pas besoin de maquillage pour cela). 

    Dans cet article, outre le fait que vous allez découvrir qu'Antoine de Caunes a eu un accident de scooter devant une publicité Aubade vous pouvez lire ceci : "Ann-Charlotte Pasquier, PDG d'Aubade, se souvient de la genèse des leçons.« Nous avions conscience que la femme avait changé, raconte-t-elle. Elle aimait séduire parce qu'elle se sentait belle. Elle n'était plus un simple objet dans le regard de l'homme. » "

    Cette phrase ne serait-elle pas une simple tautologie ? Ce n'est pas parce qu'une femme devient une séductrice qu'elle n'est pas un objet pour autant. Nous pourrions lire : une femme émancipée est forcément séductrice, elle provoque, choque avec des postures obligées fesses en arrière, poitrine en avant... Est-ce pour cela que la marque Aubade supprime les visages des femmes ? Ah pardon, il reste une bouche... 

    Alors la réussite et l'abdication ? Toujours pas ? Vous demandez aux femmes et aux hommes de consentir à une injonction matérialisée soit par vos leçons, soit par votre "langage"... Mais consentir ce n'est pas être d'accord, c'est juste subir une influence et s'y conformer afin de ne pas sortir de la masse...  

    Donc à la question injonctive "Parlez-vous Aubade ?" Devons-nous répondre "oui, c'est l'heure de la séduction " ou "encore à quand l'heure de la fessée pour la méchante séductrice" ?

    Bref, ce que m'inspire cette campagne publicitaire, c'est simplement une rage féroce contre les endoctrinements. Elle est, en plus, doublement sexiste. Pour les femmes certes, mais également pour vous messieurs. Non ? Seriez-vous tous des croqueurs de lingerie ? Attendez-vous nécessairement qu'une femme porte ces éléments vestimentaires pour vous sentir inspirés ? Avez-vous réellement besoin des Leçons Aubade pour mémoriser quelque chose ? N'êtes-vous bons qu'à être séduits ? 

    Alors si je devais parler la langue Aubade, je dirais : bravo les clichés (fétichistes)... 

    Il est dommage de devoir parler de vous, de faire ainsi du bruit autour de votre marque. Je deviens votre propre média. Quel paradoxe !  

  • L'égalité en panne

    Des réclamations collectives ont été déposées contre les quinze États Membres du Conseil de l’Europe qui les acceptent par le Groupe Européen des Femmes Diplômées des Universités, GEFDU / University Women of Europe, UWE, à l’initiative d'Anne Nègre, avocate au barreau de Versailles, France , pour violation de la Charte Sociale Européenne en matière de salaire égal pour un travail égal entre les femmes et les hommes. C’est une première historique !

    EQUALJOB_EQUALPAY.JPG

    Ni la France, ni l'Allemagne ni les autres ne respectent les lois en faveur de l'égalité entre les hommes et les femmes. La justice européenne a été saisie, mais bizarrement rien n'avance.

    Pour faire le point sur ce sujet, j'ai souhaité donner la parole à Anne Nègre afin qu'elle nous explique les enjeux de ces réclamations passées sous silence. 

    Vous avez passé 2 ans à monter ces réclamations collectives pour violation de la Charte Sociale, Pourquoi ? Quel est le but ?

    Anne Nègre : La Charte Sociale Européenne est en quelque sorte la Constitution Sociale de l’Europe, la Grande Europe celle du Conseil de l’Europe, car c’est un Traité du Conseil de l’Europe, de 1961. Depuis 1995 ces réclamations collectives sont aussi ouvertes à des organisations internationales non gouvernementales habilitées par le Conseil de l’Europe et 15 Etats Membres les acceptent, ils sont également des Etats Membres de l’Union Européenne. Il est clair qu’aucun pays en Europe ne respecte le salaire égal pour un travail égal entre les femmes et les hommes, ce faisant ils violent les dispositions de la Charte Sociale Européenne. Il s’avère qu’aucune réclamation collective n’avait, à ce jour, été déposée contre cette violation particulièrement grave et injuste qui touche toutes les femmes qui travaillent, quelque que soit leur niveau de qualification. L'une des premières conséquences, c'est que les femmes travaillent gratuitement en moyenne 2,5 mois par an. 

    Pensez-vous que l'égalité puisse arriver ? Est-ce là votre conviction ?  

    Anne Nègre : Oui si les citoyennes et les citoyens se mobilisent. Ce problème de l'égalité des saalires est crucial. Il doit être traité comme il se doit par les politiques, en mettant en place des structures juridiques et de contrôle efficaces. L'égalité est faisable si les preuves sont accessibles, si les juridictions saisies réagissent dans le bon sens, si les entreprises respectent les lois.

    Quels sont les états incriminés ? Pouvez-vous citer un ou deux exemples concrets ? 

    Anne Nègre : Les états vous avez la France, l'Allemagne, la Belgique, le Portugal, la Bulgarie, etc. Après, prenons l'exemple d'une femme qui travaille depuis 20 ans dans une entreprise. Elle constate que les hommes, engagés en même temps qu’elle, ont tous eu des promotions (ils ont des responsabilités reconnues) et donc des salaires correspondants. Dans les faits il ont fait la même chose. Ils ont le même job, mais on contourne l’égalité salariale en donnant des primes particulières uniquement aux hommes, justifiés par des horaires un peu différent. 

    Pensez-vous que les états vont vous laisser faire ?

    Anne Nègre : Non. Dans le cadre de ces 15 procédures, les états se sont concertés pour contester la recevabilité de Université Women of Europe (GEFDU/UWE) l'association avec laquelle j'ai déposé ses réclamations. Cette fédération regroupe des associations de femmes de divers pays européens qui pour certaines ont près de 100 ans. Elles ont toutes été à la pointe de tous les combats des droits des femmes. Toutes sont également membres de Graduate Women International qui a été créée en 1919. On est étonné de voir que les Etats estiment que UWE habilitée par le Conseil de l’Europe a déposé des réclamations collectives ne serait pas recevable. Dans ce cas aucune OING de femmes ne l’est. Ce qui est ridicule. Pourquoi donne-t-on des droits d’exercer des réclamations collectives pour après refuser les critiques inhérentes à ce type de procédure ? 

    Pensez vous qu’il y a des pressions pour que ces réclamations collectives n’aboutissent pas ?  

    Anne Nègre : On peut se poser des questions en lisant d’une part les observations des Pays-Bas qui indiquent la concertation des Etats. Notons, cependant que le Portugal, la Suède ou même la France ne critiquent pas la recevabilité d’UWE. La Grèce estime quant à elle que lancer des telles réclamations contre les 15 Etats qui les acceptent, met en péril le système lui même. En d'autres termes, on peut émettre des critiques mais surtout ne rien changer ! Refuser de payer à égalité les femmes et les hommes pour un travail égal est un scandale qui perdure. je pense, qu'au contraire, ce combat devrait mobiliser les forces vives pour renforcer la démocratie.

    Est-il possible d'accéder à vos réclamations ?

    Anne Nègre : Oui elles sont sur mon site mais aussi sur celui du Conseil de l'Europe.

    Pensez-vous que les états aient la possibilité de gagner face à ces réclamations ?

    Anne Nègre : Oui, malheureusement. Ils peuvent exercer tous types de pression. 

    Est-ce encore une affaire financière ?

    Anne Nègre : Bien sur, cela serait couteux pour les entreprises et les Etats de payer au juste salaire les femmes, de mettre en place un système efficace de lois, de contrôle des lois. Les inspections du travail ne recherchent guère ces défaillances. Les exigences de preuve sont telles que généralement ils reposent sur la salariée. Si elle commence à s’interroger, à poser des questions, elle risque de perdre sont travail avant même d’aller en justice. Et comment aller en justice sans preuve ? Et pourquoi les frais d’un procès doivent reposer sur une salariée souvent modeste ? Il y a peu de succès judiciaire en la matière en Europe. Les juges ne sont pas curieux, ils pourraient exiger la production de documents sur les salaries comparés dans les entreprises, ils pourraient décider d’expertises internes aux entreprises à défaut de réponse.

    Pourquoi avoir attendu avant d'accepter de répondre à cette interview ?

    Anne Nègre  : je suis étonnée par le silence des médias. Je ne comprends pas. L'égalité ce n'est pas simplement une journée "le 8 mars" qu'il faut s'en soucier. C'est toute l'année. Il faut que nous nous mobilisions.

     

  • Olivier Iteanu : digital & État de droit

    livre-couv-digital-etat-droit.jpg

    Même s'il n'est jamais bon de se fier à une quatrième de couverture pour évoquer le contenu d'un livre. Ici vous pouvez y aller les yeux fermés. Prenez une respiration profonde et ouvrez les yeux, puis lisez :

    "Avez-vous déjà lu les fameuses CGU (Conditions générales d’utilisation) avant de créer un compte sur Facebook, Google ou Twitter ? Ces dernières prévoient qu’en cas de litige, le juge californien sera compétent. La Cour d’appel de Pau a jugé en 2012 ce type de clause abusive, car contraire au droit français de la consommation. Or, quatre ans plus tard, ces plateformes continuent de maintenir cette clause abusive dans leurs CGU au mépris du droit et en toute impunité. Car qui a les moyens d’affronter la puissance financière et juridique des géants américains du numérique ? Les États européens eux-mêmes abdiquent ou, au mieux, cherchent à négocier plutôt qu’à faire appliquer la loi.

    Vie privée, liberté d’expression, droits d’auteur, rôle de l’État dans les mécanismes de régulation… Alliés de circonstance des libertariens de la côte Ouest des États-Unis, les grands acteurs du numérique imposent leurs règles et leurs valeurs. Le digital est-il en passe de rendre inopérants les droits français et européen, après avoir chamboulé la technologie, nos modes de vie et les modèles économiques existants ? Dans cet essai accessible à tous, Olivier Iteanu lance un cri d’alerte : s’il ne reste plus au peuple européen le choix de sa loi, que lui reste-t-il de sa souveraineté ?"

    Là revenez à la réalité car cette quatrième de couverture n'est que le début d'une plongée dans un droit qui se disloque... Avons-nous encore un droit à être libre ? A bénéficier d'un savoir réel ?

     "Quand le digital défie l’Etat de droit" édité par la maison d’édition Eyrolles nous alerte sur l’affaiblissement de la Loi (qui est l’expression de la volonté du peuple) au profit du contrat (qui est l’expression de la volonté du particulier).

    En d'autres termes, peu à peu, l'État n'est rien en vertu des règles établies par les multinationales. 

    Dans cet ouvrage, Olivier Iteanu analyse quatre concepts fondamentaux du Droit français que sont la liberté d’expression, la vie privée, les droits d’auteur et la place de l’Etat et de la Loi et fait le constat de leur glissement vers le droit anglo-saxon.

    En accéléré, nous allons droit vers la siliconisation du monde. Nous obéissons aux mêmes émotions, aux mêmes mots d'ordre... Bref... Il est urgent de se réveiller, de s'éveiller... Nos droits s'épuisent, ils ne sont pratiquement déjà plus. Un ouvrage à lire, à mettre entre toutes les mains, pour provoquer l'électrochoc nécessaire...

     

  • Si on parlait de Shaoyo Liu ?

    Nous allons revenir sur un fait d'actualité : le décès de Shaoyo Liu. 

    Rappelons les faits : ce père de famille avait une paire de ciseaux dans la main, chez lui, un policer de la BAC est entré et a tiré. Non le policier n'a pas été victime d'une agression... Bizarre... Bizarre...

    Pourquoi devons-nous en parler ? Tout simplement, parce que ce sujet a été mis en lumière de façon inappropriée... et totalement raciste ! Enfin c'est vrai quoi du moment que cela touche "un chinois", en France, tout le monde s'en fout. Et pourtant, nous devrions voir cela comme un indice du traitement différenciant et/ou différencié de l'information.

    "Chinois" pour qualifier toutes les personnes venant d'Asie... N'oublions pas que le nems ne sont pas chinois, et là revient très vite l'idée que "tous les bridés" sont les mêmes. Racisme, racisme quand tu nous tiens. 

    Mais pour faire court... je vous laisse avec Océan Rose Marie qui a fait la chronique que j'aurais aimé faire en texte, mais bon comme la vidéo ça plait à tout le monde...

     

    Avec humour cela passe sans doute mieux. Mais il est certain qu'il faut continuer à ouvrir l'oeil et le bon en matière de médias.

    Quelles sont les suites, une semaine après. C'est assez simple, en fait, dès que des manifestations ont eu lieu, elles ont été intitulées "manifestation en soutien au chinois tué". Une façon de détourner l'attention. Une autre consiste à faire "fuiter" un document du renseignement intérieur (DGSI)... ou comme l'indique le Parisien "une note secrète sur les incidents à Paris"...

    Et là vous ne devriez même pas aller au-delà de ce titre pour comprendre qu'il s'agit d'un coup monté.

    Tour à tour dans l'article vous aurez le droit à la mafia et aux agents secrets chinois. Et encore mieux, on note qu'une nouvelle génération "chinoise" serait entrain de se rebeller contre le gouvernement chinois mais aussi contre la mafia...

    Bref... nous sommes prévenus si la communauté chinoise s'agite, c'est qu'il s'agit d'un complot... En d'autres termes, ce n'est pas encore aujourd'hui que la communauté chinoise aura le droit à la parole et surtout qu'elle sera audible.