Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Macron & la Chine

Nous vivons un monde hautement paradoxal, où la vitesse de passage sur l’actualité nous fait trop vite oublier les évènements passés. L’actualité retenue par la presse française en ce moment, en dehors des voeux, c’est la visite d’Emmanuel Macron en Chine du 8 au 10 janvier 2018 (1).

Que devons-nous retenir de cette annonce ?

La première sans doute c’est la brièveté de cette visite en Chine. Deux jours pour comprendre l’immensité, la diversité, la force de la Chine, c’est impossible. Deux jours pour se saisir d’une philosophie de la durée. C’est incompréhensible.
En France et dans le monde, Emmanuel Macron se présente comme « le maître les horloges »(2), mais en Chine il va découvrir qu’il n’est pas le maître du temps. En effet, si en France les annonces sont faites pour rester dans le monde des mots et n’avoir aucune portée collective ou temporelle, à l’inverse en Chine les objectifs sont énoncés clairement. Dans ses vœux XI Jinping a rappelé tous les efforts entrepris, il a aussi souligné : “Nous avons fait la promesse solennelle que la population défavorisée sorte de la pauvreté en 2020. Une promesse vaut mille pièces d’or. Il ne nous reste que trois ans avant 2020. Toute la société doit se mobiliser”.
En Chine, personne ne doit être oublié sur le chemin du progrès, et les mots engagés ne le sont pas au niveau individuel ou simplement financier.

La seconde ​chose que nous devrions retenir et que les médias français ne font pas ressortir, c’est qu’en Chine les enjeux sont collectifs et non individualistes. À nouveau, je rappelle les voeux de Xi Jinping : “nos acquis du développement reviennent à la population, et doivent lui profiter. Je sais que le peuple est préoccupé par divers problèmes, tels que l’éducation, l’emploi, les revenus, l’assurance sociale, les soins médicaux, les services aux personnes âgées, le logement et l’environnement. Les acquis sont nombreux, les soucis également. Notre travail pour le bien-être est encore long, ce qui nécessite de consolider le sens de notre devoir et de notre responsabilité, et de parachever le travail profitant à la population.
La population est au coeur des préoccupations du gouvernement chinois, le bien-être, les objectifs à 2020 et à 2050 sont clairs et le chemin est tracé, il se poursuit, il se perpétue.

La troisième ​chose que nous devons retenir de cette annonce, c’est ce qu’elle masque. Si on regarde les propos tenus par Emmanuel Macron lors de sa campagne électorale, alors nous devons nous souvenir que la Chine posait
problème. En tant que ministre de l’économie, il voulait lui imposer des règles. Dans son programme de campagne, il écrit “la présidence de Donald Trump inquiète nos concitoyens et bouleverse les équilibres mondiaux, au profit de la Chine”. Attention aux mots employés où l’on voit clairement se dessiner non une amitié mais une guerre des législations, car si l’économie américaine continue de chuter l’Europe dépendante des États-Unis doit trouver d’autres partenaires.
Un peu plus loin sur son site de campagne, il écrit : "la Chine est un acteur fondamental avec lequel la France et l’Europe doivent renforcer et équilibrer leurs relations dans les domaines sécuritaires, commerciaux et écologiques. Nous lancerons dans cet esprit avec nos partenaires européens une initiative globale pour négocier un accord transversal avec la Chine". Cette phrase est très intéressante, car on voit que l’on ne peut pas faire sans la Chine. La Chine est incontournable, il veut établir un partenariat en faveur de l’Europe. En réalité, l’Europe n’a jamais eu autant besoin de la Chine. À nouveau cela montre combien, il va s’engager sur le plan commercial et financier. Mais ce ne sera pas au profit de la population française et encore moins européenne.

La quatrième chose à retenir est celle que les médias effacent ou soulignent comme étant de la “realpolitik” : sa rencontre avec le Dalaï-Lama "J'ai vu le visage de la bienveillance” écrit-il sur son compte twitter le 12 septembre 2016. Nous pourrions longuement argumenter sur le mot “bienveillance”...

Enfin la cinquième chose à retenir est lié au contexte. Emmanuel Macron bénéficie du fait que l’Allemagne peine à trouver un gouvernement, que l’Italie ne peut s’affirmer... Donc il se proclame comme étant le porte-parole de l’Europe. Cependant, ce n’est pas la population européenne qui le met à cette place. Donc attention aux effets d’annonce.

Comme je l’ai déjà écrit dans mon article intitulé Le sens de l’avenir (3), les médias occidentaux véhiculent une image négative de la Chine. Cette image passe par l’emploi de certains mots. Aujourd’hui l’annonce de cette visite fait rejaillir cela et l’opposition philosophique fondamentale entre deux pays, d’un côté une pensée de la durée (la Chine) de l’autre une pensée de l’instantanéité. Le paradoxe occidental consiste à avoir fait des mots, des pièges, des illusions où les imaginaires se précipitent, et où ils sont déchus tout aussi vite. Tout langage est écart de langage en occident.

Écrire un commentaire

Optionnel