Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Chine : un ennemi tout désigné par les médias français

    crédit social,crédit,notation,chine,china,économie,economy,médias,media

    Le 2 novembre dernier, les médias français ont lancé une "bombe" aux yeux des citoyens : "la Chine va noter ses concitoyens à partir de leurs données numériques".

    Fini l'espoir de liberté dans ce grand pays qui fait si peur. Les citoyens sont espionnés, notés...

    Sur le France 2/France Info on peut lire et entendre : "Ce n'est pas vraiment un vent de liberté qui souffle sur la Chine. Le parti communiste et son président ont décidé qu'en 2020, tous les citoyens pourraient être notés sur la base de leurs données personnelles et professionnelles : c'est le crédit social. Ce système de notation à l'échelle de tout un pays pourrait ressembler à certains règlements d'évaluation de la population déjà mis en place dans certaines villes."

    Reprenons car même en bon français, ces trois phrases ne veulent rien dire. Et pourtant l'information passe "la Chine va noter ses concitoyens".

    Alors reprenons la première phrase "Ce n'est pas vraiment un vent de liberté qui souffle sur la Chine." 

    Qu'est-ce que ce début de paragraphe ? Ne serait-ce pas une litote  ? Vous savez cette figure de rhétorique et d'atténuation qui consiste à dire moins pour laisser entendre davantage. En d'autres termes, nous lisons : La Chine met fin à la liberté. 

    Et ce n'est que le début.

    "Le parti communiste et son président ont décidé qu'en 2020, tous les citoyens pourraient être notés sur la base de leurs données personnelles et professionnelles : c'est le crédit social."

    Notons qu'ici la phrase débute avec l'ordre du pouvoir, soit l'autorité. Puis la phrase continue sur une échelle de temps. Donc, rassurez-vous la fin des libertés est officiellement datée pour 2020. 

    Il s'ensuit un conditionnel qui passe comme inaperçu "tous les citoyens pourraient être notés".

    Alors ils vont l'être ou pas ?

    Ensuite, il y a plus grave "sur la base de leurs données personnelles et professionnelles : c'est le crédit social."

    Alors en gros si je comprends bien cette tournure de phrase, le crédit social se définit comme une notation sur la base de données personnelles et professionnelles. Mais là je ne comprends pas du tout. Même je suis perdue...

    Car il me semble que le crédit social se définit, avant tout, comme une idéologie économique et un mouvement social qui est apparu au début des années 1920. À l'origine, c'était une théorie économique développée par l'ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas.

    Chaque citoyen reçoit chaque année un total de monnaie créée proportionnel à la croissance des biens et services, et inversement proportionnel au nombre de citoyens de la zone monétaire. Le nom « crédit social » dérive de son désir de faire que le but du système monétaire (« crédit ») soit l'amélioration de la société (« social »).

    Le crédit social est aussi appelé dividende universel, dividende social ou, de façon sans doute plus adaptée, dividende monétaire.

    Alors soudain, je me souviens que cette information est déjà parue en 2015 sous une autre forme (voir ici le site de TV5). Elle portait la même accusation mais cette fois vis-à-vis de l'entreprise Sesame Credit qui s'occupe de financement et de notation de crédit. Bien que l'article soit une critique de l'organisation chinoise, il faut remarquer, qu'il y a une phrase sur laquelle, il serait intéressant de s'arrêter : "Ces systèmes dits de "score credit" (évaluation des capacités d'emprunt) existent ailleurs dans le monde, de façon importante aux Etats-Unis par exemple, et permettent aux organismes prêteurs de vérifier la confiance pouvant être accordée à un emprunteur en fonction de ses dépenses, de ses remboursements, de ses comportements financiers…"

    Bref, tout le monde fait pareil ! Si je vais demander un prêt à ma banque, elle va évidemment me dire la même chose, elle va regarder ma capacité de remboursement et me donner une réponse en fonction. 

    S'agirait-il d'un marronnier éditorial en France ? Sans aucun doute... Mais il est surtout important d'observer d'où cela vient. 

    Grâce à un ami traducteur, nous avons recherché. Et il a trouvé. Car en Chine tout est mentionné clairement. Donc dans un document établi par le gouvernement chinois et intitulé « Plan sur l’édification du système du crédit social 2014-2020 », on trouve le paragraphe suivant : 

    互联网应用及服务领域信用建设。大力推进网络诚信建设,培育依法办网、诚信用网理念,逐步落实网络实名制,完善网络信用建设的法律保障,大力推进网络信用监管机制建设。建立网络信用评价体系,对互联网企业的服务经营行为、上网人员的网上行为进行信用评估,记录信用等级。建立涵盖互联网企业、上网个人的网络信用档案,积极推进建立网络信用信息与社会其他领域相关信用信息的交换共享机制,大力推动网络信用信息在社会各领域推广应用。建立网络信用黑名单制度,将实施网络欺诈、造谣传谣、侵害他人合法权益等严重网络失信行为的企业、个人列入黑名单,对列入黑名单的主体采取网上行为限制、行业禁入等措施,通报相关部门并进行公开曝光。

    Cela signifie que des entreprises du Web (comme celle évoquée par TV5 en 2015) ont mis en place leurs systèmes d’évaluation de la possibilité de crédit de leurs usagers. Une note de confiance est attribuée aux usagers. Cela garantit leurs services financiers, comme les prêts à accorder. 

    Mais il y a un gap entre ces entreprises et l'Etat. 

    Quand on indique, en France, qu'il s'agit de la fin de la liberté, ne ferions-nous pas mieux de connaître nos lois internes ? 

    Aurions-nous la mémoire courte ? Le 24 décembre 2015, le gouvernement a publié le décret d'application du très contesté article 20 de la loi de programmation militaire (LPM). Ce texte prévoit un accès très vaste des services de l'État aux télécommunications (téléphone, SMS, Internet, etc.) des Français, et à toutes les informations qui transitent par les réseaux nationaux. Cette mesure de surveillance avait été nommée "accès administratif aux données de connexion", et avait été votée fin 2013. Elle est donc entrée en vigueur le 1er janvier 2015.

     

    Alors ne devrions-nous pas plutôt aider les éditorialistes français à recentrer leur regard ? Ainsi nous éviterions de créer un prisme perceptif dans lequel la Chine est un ennemi... Nous pourrions aussi comprendre que la "société de contrôle" (née de la plume de William S. Burroughs) est avant tout occidentale, puisqu'elle naît avec l'affaiblissement des institutions disciplinaires... A suivre donc..

     

  • Guy Debord

    "Le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne enchaînée, qui n'exprime finalement que son désir de dormir" Guy Debord (La Société du Spectacle)