Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

image

  • Street-Art ou l'art du regard

    Dans la rue, que voyons-nous ? Des publicités, des affiches officielles, des interdictions ? Et si on allait au-delà ?

    street art,art,rue,paris,image,photographie

    Vous souvenez-vous que le « Défense d'afficher » est une inscription fréquente sur les murs de villes françaises depuis la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Cette loi de la IIIe République définit les libertés et responsabilités de la presse française, en imposant un cadre légal à toute publication, ainsi qu'à l'affichage public, au colportage et à la vente sur la voie publique. En d'autres termes, il n'est pas possible d'afficher tout et n'importe quoi. Mais où est-il possible de rêver si ce n'est sur les murs qui nous enferment dans la ville ? 

     

    L'art n'est-il pas possible sur ces murs tristes des villes urbaines, trop urbaines... Et si on laissait une trace de notre (in)humanité ?

    Le Street art est un art strictement visuel développé dans les espaces publics... Justement dans notre espace quotidien, là où il ne devrait pas pousser, l'art vient et revient pour nous arrêter, nous faire sourire, nous chahuter. Bousculer nos certitudes. 

    Alors prenons le temps avec les étudiants de l'ISEG, workshop images et photographies, de nous perdre dans un espace très parisien. La Butte-aux-Cailles est propice aux jeux de cache-cache. Des rues pavées sous la neige et le froid. Des montées, des descentes et de l'art qui doit s'improviser. Contrairement à ce que l'on croit, le street-art n'est pas nécessairement une grande fresque (devant laquelle on s'écrie "waouh". Non il est aussi un voyage dans votre sens artistique. Alors prenez une grande respiration. L'oeil a besoin du détail.  

    Le terme "street art" fait référence habituellement à l'art non-autorisé, non-conforme aux initiatives sponsorisées par un gouvernement. Il peut inclure des illustrations graffiti traditionnelles, des sculptures, des graffitis au pochoir, le sticker art (autocollants), le street poster art (art de l'affiche), - et même les projections vidéo et le guerilla art. Par opposition au graffiti, le street art n'est pas une indication d'un territoire à défendre, d'une zone particulière. 

    street art,art,rue,paris,image,photographie

    Réveillons les armes de la jeunesse, leurs esprits créatifs. Ouvrons leurs yeux, laissons-les libres de leurs pas dans une architecture parisienne pleine de surprises... Attention soyez attentifs...

    L'art est un jeu en liberté... Perdez-vous, revenez sur vos pas. Interroger l'équilibre. Faites des choix, ne restez pas figés pour faire une image.

    street art,art,rue,paris,image,photographie

     

    Qu'est-ce que regarder ? La question est bien là... C'est à la fois découvrir et se découvrir, se projeter, se confronter, se rechercher...

    Un regard ne se donne pas dans l'immédiat de l'expérience. Il se construit au fil des kilomètres, au fil des années, des blessures, des chatouilles, des confrontations.

    Et le street-art cela "pique" dirait certains. Cela ne se donne pas immédiatement. Il faut se creuser. Il faut chercher, se confronter au détail, aux perspectives. Tournez-vous, agrandissez-vous. Ne croyez pas avoir vu alors que vous n'avez rien saisi de l'espace qui vous entoure.

    Tout regard n'est pas regard. Un regard c'est un politique, c'est une issue, c'est aussi une question et tout autant une tentative de réponse.

    street art,art,rue,paris,image,photographie

    L'avantage du Street-Art c'est qu'il change avec les saisons, les lieux, les quartiers... Et vous (demain) qu'allez-vous voir ?

     

    Comme Nathan  Schoulal une vision en grand et colorée ?

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

    ou bien comme Théa Debray une vision "noire et blanche"  

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

    ou comme Arthur Cochery, rendrez-vous hommage à MissTic

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

    ou comme Méline Badey aurez-vous l'oeil entre la "défense" et l'attaque au Kiri collé sur le mur ?

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

    Serez-vous faire le mur comme Elisa Difallah ?

    street art,art,photographie,image,street,art urbain,voyage,paris

     

    Des liens en partage...

     

  • La mode en image(s)

    Facile de choisir un thème. Tellement facile le mot qui vient en premier à l'esprit dans ce monde où tout va trop vite, où l'esprit est saturé d'images... Sacrée vitesse de passage. Cette semaine les étudiants de l'ISEG avaient choisi un sujet bien à eux : la mode... Mais une fois devant des vêtements luxueux, des objets somptueux... Qu'y a-t-il à dire ?

    mode,photographie,workshop,art,image

    C'est quoi la mode au fait ?

    Dans ses correspondances Flaubert écrivait "Laisse-moi t'aimer à ma guise, à la mode de mon être, avec ce que tu appelles mon originalité. Ne me force à rien, je ferai tout". Mince la mode serait-elle quelque chose de personnel ? Une manière d'être, de penser, d'agir, particulière à quelqu'un. 

    Cependant, Flaubert dans son Éducation sentimentale (au tome 2), écrit "Ces clubs du désespoir augmentaient d'une manière effrayante; et beaucoup de bourgeois s'y rendaient quotidiennement, par bravade, par mode".

    Mais alors c'est quoi la mode : une affirmation de soi, ou la pression d'un groupe social sur des attitudes individuelles ? 

    Revenons à ce que nous dit le dictionnaire Le Larousse :

    • Manière de vivre, de se comporter, propre à une époque, à un pays

    • Manière passagère de se conduire, de penser, considérée comme de bon ton dans un milieu, à un moment donné

    • Aspect caractéristique des vêtements correspondant à une période bien définie ; modèle correspondant à cette caractéristique 

    • Commerce, industrie de la toilette.

    La mode est une affaire de prix, semble nous suggérer Sarah Dicoh :

    mode,photographie,workshop,art,image

    Non c'est une affaire de ressemblance, tous identiques semble nous crier à l'oreille Lola Duplaa :

    mode,photographie,workshop,art,image

     

    Où trouver la mode ?

    En un bus, nous allons là où Emile Zola disait qu'il s'agissait de « La cathédrale du commerce moderne (...), faite pour un peuple de clientes. » Au bonheur des dames. Un lieu où l'art croise la mode, où le marketing du point de vente s'érige en forteresse, et déploie son imaginaire sensoriel. 

    Pour mémoire, mais c'est quoi le Bon Marché... Et bien résumons l'histoire. 

    Le premier magasin Au Bon Marché fut fondé en 1838 par les frères Paul et Justin Videau sous la forme d'une grande boutique (douze employés et quatre rayons) de mercerie vendant aussi des draps, matelas et des parapluies. Ils s'associent en 1852 avec Aristide et Marguerite Boucicaut qui se lancent dans la transformation du magasin, développant alors le nouveau concept de grand magasin avec un vaste assortiment large et profond, des prix fixés à faible marge et indiqués sur une étiquette, un accès direct, le principe du satisfait ou remboursé et une mise en scène de la marchandise dans un espace de vente : ce type de magasin ne vend plus simplement des marchandises mais le désir d'acheter lui-même. En 1863, les Boucicaut rachètent les parts sociales des frères Videau, lesquels étaient effrayés par les idées commerciales du couple.

    En 1869, grâce à leur succès, les Boucicaut se lancent dans l'agrandissement du magasin confié à l'architecte Alexandre Laplanche. La première pierre est posée le 9 septembre 1869. Les travaux, pratiquement terminés, sont interrompus par le siège de Paris en 1870, pendant lequel le bâtiment sert de centre de distribution des vivres. Les travaux reprennent ensuite et le nouveau magasin, qui borde la rue de Sèvres sur 45 m et la rue Velpeau sur 35 m, est inauguré le 2 avril 1872. Mais le magasin s'avère rapidement trop exigu et les travaux reprennent dès 1872. L'architecte Louis-Charles Boileau, succédant à Alexandre Laplanche, fait appel à l'ingénieur Armand Moisant pour la construction de la structure du bâtiment (1870-1887) ; Gustave Eiffel, qui est couramment considéré comme étant le constructeur du Bon Marché, n'interviendra qu'en 1879 pour réaliser un petit agrandissement. Le Bon Marché passe d'un chiffre d'affaires de 500 000 francs, d'une surface de 300m2 et de 12 employés en 1852, à 72 millions de francs, une surface de 50 000 m2 et 1 788 employés en 1877. Cette expansion signe l'apparition d'une nouvelle classe sociale : les employés qui deviendra la classe moyenne qui constituera la future clientèle des grands magasins...

    Voir le site du Bon Marché pour la suite de l'histoire...

    Cette architecture est le moteur d'une vie, des vies. Il y les auteurs, les artistes, les rêveurs, les flâneurs qui viennent ici s'inspirer, humer la mode, découvrir des couleurs, partager des odeurs, regarder, découvrir... C'est sans doute cela la mode. Un monde en mouvement, une humanité en flottaison. 

    Sous le ciel ?

    Paris a-t-il un ciel ? Nous demandons-nous depuis des semaines. Le gris, l'eau... le Zouave de la semaine passée... Et la Seine qui monte. Le Bon Marché nous invite depuis le 12 janvier à un défi à imaginer avec l'artiste Leandro Erlich ce qui se cache "Sous le Ciel" de Paris.


    Avec ses étonnantes installations, Léandro Erlich réussit à changer la perception des espaces mythique du magasin. Une romance qu’il écrit à sa façon, en plusieurs chapitres ; d’abord dans les vitrines du magasin où des formes légères et cotonneuses flottent en suspension, comme de vrais nuages.

     

    Pouvons-nous manger les nuages ? 

    mode,photographie,workshop,art,image

    Pouvons-nous les attraper et les rendre beaux, même en plein Paris ?

    mode,photographie,workshop,art,image

    Sous le ciel les perspectives s'entrelacent... Les sens se dénouent, se cherchent, s'interpellent.

    mode,photographie,workshop,art,image

    Mais pour Arthur Cochery les perspectives sont emprisonnées et en reflets...

    mode,photographie,workshop,art,image

    Revenons à la mode !

    Elle est sans visage, sans corps, sans fleurs nous dit Elisa Difallah.

    mode,photographie,workshop,art,image

    Tout l'inverse de Nathan Schoulal pour qui les fleurs naissent, disparaissent en volutes de fumées.

    mode,photographie,workshop,art,image

    En plan plus large pour Caroline Deguin un attrait des couleurs, une perte de l'esprit... Un vertige peut-être...

    mode,photographie,workshop,art,image

    David Dehe lui nous questionne sur les ressemblances et les dissemblances de la mode. Mais alors quel chemin suivre ? 

    mode,photographie,workshop,art,image

    La mode est nue, elle est crue semble nous dire Rebecca Lamagnere : 

    mode,photographie,workshop,art,image

    La mode une étrangeté, une impossible quête ? Faut-il revenir à Jean-Jacques Rousseau et à ses propos : “La mode domine les provinciales, mais les parisiennes dominent la mode.” Ou bien faut-il être comme Jean Cocteau et simplement affirmer "la mode c'est ce qui se démode" ?

    Jouons avec Jean Baudrillard  : “ce qui passe de mode entre dans les moeurs. Ce qui disparaît des moeurs ressuscite dans la mode.” Et concluons avec George Bernard Shaw "La mode selon laquelle nous pensons change comme la mode selon laquelle nous nous habillons et pour la plupart des gens, il est difficile, sinon impossible, de penser autrement que suivant la mode de leur époque.”

    Il nous reste la chanson Sous le ciel de Paris et la voie mythique de Edith Piaf... Alors la mode une affaire de culture ? Reveillez-vous et sortez de votre vitesse de passage... Un mot peut être surprenant, paradoxal, étonnant...


     

     

  • Une image en mots

    IMG_0170.JPG

    "En transformant les langues vulgaires en mass media, qui sont des systèmes clos, l'imprimé a libéré les forces centralisatrices et uniformes du nationalisme moderne" McLuhan 

    (in La Galaxie Gutenberg)

  • Jacques Gravereau : la Chine conquérante

    9782212566536_h430.jpg

    Dès la quatrième de couverture, les choses sont claires, limpides même. Jacques Gravereau (Président de l'institut HEC Eurasia) affirme sa ligne directrice :

    "Faut-il craindre la Chine ? Après avoir réussi une émergence inouïe en moins de trente ans, ce géant de près d'un milliard et demi d'habitants se voit déjà en hyperpuissance mondiale et n'hésite plus à l'affirmer haut et fort. En faisant partout déferler ses exportations, en siphonnant les matières premières de la planète, la Chine peut-elle infléchir la marche du monde ? Ses gesticulations militaires tonitruantes en mer de Chine vont-elles mener à un conflit international majeur ? Quelle est la véritable nature de ce curieux régime, à la fois totalitaire et capitaliste, où un Parti communiste de 88 millions de membres règne sans contre-pouvoirs ?"

    Si vous n'y percevez que des questions alors relisez encore une fois. Vous y trouverez cette angoisse perpétuelle et très occidentale de la Chine envahisseur de notre monde. Vite refermons les frontières. 

    Bon reprenons, les thématiques proposées sont excellentes.

    La première partie intitulée "Une réussite vertigineuse" se décompose en quatre grands chapitres : 

    • Trente ans d'utopie
    • La seconde révolution de Deng Xiaoping
    • Fabrique du boom
    • Le monde accro à la Chine

    Sur ces points, nous avons des points de réflexion en commun. Même si il me semble très difficile et voire même impossible de résumer trente ans d'histoire de la Chine en quelques pages, car l'interprétation historique varie d'un monde à l'autre. Et notre vision "analytique" ne fonctionne pas avec la vision mouvante, organique de la civilisation chinoise. 

    Cependant, il aurait été très intéressant de creuser le fait de ce monde "accro à la Chine", en montrant que la mondialisation avait besoin d'une industrie bon marché pour fabriquer ses produits de grande consommation. Au bonheur des grands groupes, la Chine a ouvert ses portes offrant des milliers d'ouvriers comme main d'oeuvre bon marché pour satisfaire, rappelons-le, les besoins imaginaires occidentaux. 

    La seconde partie s'intitule "le prix du "toujours plus"" et comporte six chapitres :

    • L'horreur écologique
    • Dans l'eau claire, pas de poisson
    • Les nouveaux coolies
    • Pas vu, pas pris ! Le juteux pillage mondial
    • L'empire du fric
    • Un état de friture perpétuelle

    Au chapitre 10, à mon grand étonnement, nous pourrions être en accord. Ici une citation de  Paul Claudel qui a été pendant quatorze ans en poste consulaire en Chine. Passons cette référence, Jacques Gravereau écrit :

    "La Chine déroute  et décourage tous les jugements raisonnables, cartésiens, logiques, que des Occidentaux peuvent formuler à son égard. Il en a toujours été ainsi." (Cf. p.99).

    Mais alors pourquoi ne pas creuser ce sillon ? Car cela signifie bien que dès que nous cherchons à rationaliser, à inscrire la Chine dans une conception analytique cela ne fonctionne pas. La Chine débordera toujours notre esprit. Elle est à la fois visible et invisible. Elle est un flux. Et si  on saisit avec nos outils conceptuels ce qu'elle est, nous finissons par nous perdre, par argumenter négativement alors qu'il s'agit simplement de quelque chose d'insaisissable. 

    La troisième partie "Des règles du jeu "aux caractéristiques chinoises""

    • "Servir le peuple"
    • Se servir
    • Lénine et Internet
    • Un "Etat de droit socialiste aux caractéristiques chinoises"
    • Penser autrement
    • Les intraduisibles

    Là je comprends vos questions, vos remarques, mais je n'en partage pas le point de vue. Sauf en partie dans la question "des intraduisibles". Là nous nous retrouvons. Nos concepts viennent d'une pensée analytique, d'une pensée enracinée. La pensée chinoise est tectonique, mouvante, fluide. Elle est non enracinée. Elle est donc plus en lien avec l'invisible, le non structurel. Nous manquons nous aussi de mots pour la rendre intelligible à nos esprits.

    Enfin la quatrième partie "La Chine hyperpuissance ?"

    • Colosse aux pieds d'argile
    • Innovation : encore un effort !
    • Chiens de faïence : la Chine et ses voisins
    • L' " émergence pacifique "
    • Un softpower chinois ?

    Voilà des questions très intéressantes et des remarques pertinentes. La Chine prend des positions militaires, organise des défilés, montre qu'elle est puissante à cahque discours de son président. Mais cela ne passe toujours pas auprès des médias occidentaux. Quelque chose ne se déploie pas... Comme Jacques Gravereau le souligne acheter des matières, des entreprises, ne fait pas augmenter la cote de sympathie de la Chine auprès des occidentaux. 

    La question est donc comment la Chine peut-elle faire face à sa mauvaise réputation ? C'est sans doute cela le problème d'une puissance aujourd'hui ? Elle doit soigner son image avant toute stratégie. C'est l'inscription mentale qui fait gagner des points dans les inconscients collectifs. Or aujourd'hui pas un média occidental ne semble accorder de crédits à la Chine. Elle apparaît comme le méchant dragon, qui va se réveiller pour dévorer le monde... Quelle drôle de vision ?  

    Bien que je ne partage pas la conclusion, la vision d'un méchant dragon, ou que je ne cesserai d'affirmer que des fragments de l'histoire de Chine méritent d'autres éclaircissements, il n'en demeure pas moins vrai que ce livre est à lire. Il est très vivant. A l'intérieur, des histoires de rues croisent celles des multinationales, mais finalement on s'aperçoit que l'examen doit être fait du grand capital.

     

    livre,chine,géopolitique,territoire,puissance,économie,pékin,étude,image,communication

     

    La Chine conquérante, Enquête sur une étrange superpuissance
    de Jacques Gravereau (éd. Eyrolles)
    ISBN: 978-2-212-56653-6 / Prix 19€
    Le livre sur le site de l'éditeur