Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

route de la soie - éditions

  • William Lochner

    William Lochner, route de la soie - éditions, littérature, Photojournaliste, guerre, reportage, photojournalisme

    Par les hasards du web ou des semelles de vent, débarque sur mon ordinateur, ce projet extraordinaire Bouclage de William Lochner. Coïncidence ou fil d'ariane des lignes de barbelé ? Les bruits de balles sifflent sur nos têtes. La soif est là. Ce goût de poussière permanent. Mais l'oeil veille. Instinctif. "Il faut l'image". L'image qui en dira le plus pour le journal du lendemain. Qui lira ce journal ? Pour y voir quoi ? Cliché de vies brisées, de maison terrassées par les bombes, caressées par les ombres. Absurdité des guerres où la variable d'ajustement est humaine. Aurions-nous donc perdu toute notre humanité ? 

    William Lochner, est né en Belgique en 1957. Ancien journaliste free lance il a notamment publié Les chemins de l’Elam  relatant la guerre irako-iranienne (1980-1982) dans le Chatt-El-Arab. 

    William Lochner, route de la soie - éditions, littérature, Photojournaliste, guerre, reportage, photojournalisme

    Bouclage, dès sa première lecture, est entré dans mon crâne, dans les détours sinueux des stress post-traumatiques. Une porte qui claque, un pétard qui explose et ce sont autant de bruits anodins qui nous replongent dans ces chemins entre la vie et la mort. Partout, derrière un bout de mur perforé par les roquettes et les balles, devant une maison semi-ouverte, où une baignoire semble résister à l'attraction terrestre... Un enfant vous fait signe, une invitation à la légèreté. Puis une main vous rattrape. Ne pas se fier à l'innocence de la jeunesse dans un pays en guerre. Arme fatale de destruction massive.

    Les kilomètres de désert silencieux n'effacent rien des clichés mémorisés par le photographe. Et cette ligne de "bouclage", une heure précise qui impose au mur des rédactions d'avoir l'image à heure dite, pour boucler et envoyer à l'imprimerie... Le journal doit sortir ! Impératif catégorique... Quel que soit le drame du photo-journaliste. Pas de place pour les sentiments. L'émotion en bandoulière, on suit William Lochner un peu partout dans les recoins de sa mémoire.

    Nous entrons en dialogue avec l'auteur, son double, son personnage où est-ce un autre lui-même ? "Sans aucun sens réel. Mes yeux se fixent au plafond. Et puis, par association d’idées, je pense à la Sixtine, à la création du monde de Michel-Ange, cesse de respirer un petit moment, une suspension, une montée en apnée derrière cette porte verrouillée. La création du monde vient à moi. L’Index, découverte de toute ma vie, est bien le doigt de Dieu qui accuse Adam. Il le condamne. Il ne le crée pas, il le rejette." 

    Comment sortir du trauma ? Comment dire l'indicible ? L'écriture de William Lochner est incisive et belle. Dramatique et esthétique. Arthur Rimbaud n'est en rien étranger à cette recherche. Il faut renouer avec le poète pour se sortir d'une dissonance. Résonance des blessures, écorchures des âmes, cicatrices invisibles, si profondes...

    William Lochner nous entraîne dans un tourbillon littéraire. Il nous rappelle que rien n'est fixe, figé, si ce n'est nos mauvaises habitudes..."J’ai été malhabile avec mon enfance. À supposer. J’ai justement commis l’erreur de la vérité dans un monde adulte qui se nourrit de soupçons et de dogmatismes. C’est abominablement sérieux de vivre avec eux. Ma mère à la caisse de l’épicerie et mon père à la pesée des fruits et légumes. Les repas à heures fixes. Un univers figé dans ses habitudes. Décourageant."

    Merci William

    william lochner,route de la soie - éditions,littérature,photojournaliste,guerre,reportage,photojournalisme

  • Jennifer Bondon

    image.jpgParfois, la vie vous réserve des surprises, des étonnements, des magies... Un jour, je reçois le manuscrit de Jennifer Bondon

    Comment raconter ce saisissement ? J'ai l'impression de rencontrer une soeur de luttes, mais pas seulement. Il y a une métaphysique, un éblouissement... Je suis saisie...

    Au départ, rien ne prédispose à une telle rencontre. L'écriture de Jennifer ne fait pas de chichi, elle va doit au but. Elle touche au plus juste. Elle vise nos émotions. Elle narre sa vie avec la distance de l'humour. Équilibre parfait. Dès les premières lignes de Avec maman, tout roule!, on est comme happé. Je suis à la fois dans son histoire et en même temps je suis une observatrice : l'avion, le pavillon familial, les études, les combats. Et puis, ce premier rendez-vous amoureux. Je suis aux côtés des parents de Jennifer, je scrute par la fenêtre pour voir qui est ce jeune homme. Est-il fiable ? Non mais une rencontre via Internet ? On peut douter, non ? Jennifer, même timide... elle fonce. Et la vie lui donne raison, elle rencontre Cédric qui deviendra son mari. Au travers de ses mots, on les voit, on devine leur complicité. 

    Avec_Maman,_tout_roule_!.jpg

    Atteinte d'un spina bifida une malformation congénitale du tube neurale, Jennifer se déplace en fauteuil roulant manuel à partir de ses sept ans. Pour les mauvais parleurs, je n'ai pas choisi ce livre pour la question du handicap... Si vous en doutez, cliquez par-là ! Et oui, je défends l'idée que handicap et art sont compatibles, autant dire que l'on parle d'un artiste ou d'un écrivain... Peu importe le handicap...  Une fois ceci posé, il reste à rencontrer Jennifer. On peut l'écouter sur RCF.

    Après des études, elle devient secrétaire médicale. Après un premier enfant, elle et son conjoint décident d'adopter. Et cette histoire qui est au coeur de son livre. Un récit d'une humanité bouleversante. Mère engagée, elle participe dans différentes associations qui oeuvrent pour l'enfance délaissée et en particulier les enfants en situation de handicap. 

    En 2017, elle fonde l'association Parhandifféremment  qui accompagne avec des personnes en situation de handicap dans leur projet d'adoption. Aujourd'hui, je sais que Jennifer continue à écrire et qu'elle aimerait proposer un récit, un coup de gueule à notre inhumanité. En tous les cas, elle sera toujours la bienvenue au sein de la maison... J'adore son intrépidité doublée d'une sérénité à toute épreuve. 

    jennifer bondon,avec maman,tout roule,littérature,récit,route de la soie - éditions

     

  • La Route de la Soie Éditions en titres de livres

    route de la soie - éditions,livre,michel pirioou,roland giraud,marie-josé grandjacques,claude mesmin,francine rosenbaum,pierre michel klein,francis denis,patrick bonjour,stéphane dugowson,véronique terrassier,fan zhang,barthélémy courmont,affdu,diplômées,ophélie grevet,wiliam lochner

    Nous étions en plein Bouclage (William Lochner), quand soudain, une enquête sur le Crypto-Yuan (Pascal Ordonneau) est tombée. En urgence, nous avons avons dû suivre l’Homme aux yeux de poisson mort (Ophélie Grevet), jusque dans les Jardins (Francis Denis). Ayant été repérés par quelques Pionnières (Diplômées), nous avons négocié un Pacte des Signes (Michel Piriou). Après un sérieux Mapping (Julien Friedler), nous sommes restés InterloQuais (Patrick Bonjour), heureusement il nous restait quelques Poèmes à chanter (Roland Giraud). 

    En cheminant le long de Chronon (Pierre Michel Klein et Stéphane Dugowson), nous nous sommes rendus jusqu’au Pré aux lucioles (Ophélie Grevet). Là nous avons rencontré, assise sur un banc, Anna Djorkaeff (Michel Piriou), elle avait encore sur elle ce fameux Parfum d’Or rouge (Michel Piriou). Elle semblait soulagée que nous ayons pris Quelques secondes de conscience (Pierre Michel Klein) avant de nous lancer sur la piste des Poèmes à déchirer (Roland Giraud). 

    Au croisement de la Parole des Anges (Julien Friedler) et du Banquet sans Platon (Roland Giraud), nous faisions face aux Villes et Natures suspendues (Véronique Terrassier). 

    Perdue dans ses Pensées (Pascal Ordonneau), une Chinoise à Paris (Fan Zhang) regardait en toute Innocence (Barthélémy Courmont), un journal de guerre (Andrée Coconnier). 

    Elle semblait vouloir nous dire “mon nom signifie secret” (Francine Rosenbaum). Serions-nous tous et toutes des artistes empêché.e.s ? (Diplômées), quelques migrations au féminin (Diplômées) plus loin, nous avons compris l’importance des luttes des femmes (Marie-José Grandjacques). Il fallait nous rendre à l’évidence les Cultures Numériques (Diplômées) peuvent-elles encore nous donner le Goût de naître (Claude Mesmin) ?

    Et si finalement, notre enquête nous ramenait à l’Âge de piastre (Michel Piriou) où tous les lecteurs ont Le sang qui tape (Roland Giraud).