Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rebelle - Page 5

  • Attention : le nouvel enjeu

    Attention, notre attention se perd, s'économise, se joue, se déjoue, s'achète. Mais c'est quoi l'attention ? Notre attention peut-elle être double ? Peut-elle se travailler ? Et si nous jouions au jeu des sept erreurs ? 

    attention,économie,marketing,éthique,internet

    Définissons de façon simple ce qu'est l'attention. Nous pourrions dire qu'il s'agit de la mobilisation de la vigilance d'une personne, se fixant sur un objet précis et reléguant à l'arrière-plan les autres éléments composant le champ psychologique.  Selon William James, l'attention se définit comme « la prise de possession par l’esprit, sous une forme claire et vive, d’un objet ou d’une suite de pensées parmi plusieurs qui semblent possibles […] . Implique le retrait de certains objets afin de traiter plus efficacement les autres ». 

    Pourquoi l'attention est-elle un enjeu crucial à l'heure actuelle ? Dans un monde où les informations viennent de toute part : notre attention n'est-elle pas devenue le centre d'attention de toutes les entreprises, marques, gouvernements ? Comment être encore attentifs à leurs messages alors que nous sommes bombardés d'alertes en tout genre (informations, téléphones, smartphones, objets connectés, réseaux sociaux, jeux en ligne, nouveaux médias... ) ? Comment les marques, les états ou les entreprises privées peuvent-ils réussir à encore atteindre leurs "cibles", c'est-à-dire nous, notre subjectivité ?

    En parallèle de l'apparition d'internet dans la sphère publique, à partir de 1996, l'expression "l'économie de l'attention" émerge. Cependant, l'origine de cette expression remonte à un article de Herbert Simon (économiste et sociologue américain), publié en 1971. Il oppose les sociétés du passé, caractérisées comme « pauvres en informations », à nos sociétés actuelles, « riches en informations ».

    La différence tient donc à ce que nous avons tous désormais accès à une quantité d’informations pertinentes (voire indispensables pour nos pratiques) bien supérieure aux capacités attentionnelles dont nous disposons pour en prendre connaissance (voir sur ce point le livre L’Économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme ?, sous la direction de Yves Citton, La Découverte, 2014).  

    L'économie de l'attention est une nouvelle branche des sciences économiques et de gestion. Elle a pour fonction de traiter l'attention comme une ressource rare en prenant appui sur les théories économiques afin de problématiser, comme le souligne Daniel Kaplan,  « le fonctionnement de marchés dans lesquels l’offre est abondante (et donc économiquement dévalorisée) et la ressource rare devient le temps et l’attention des consommateurs ». 

    On retrouve ce prisme dans le cadre du marketing. Notamment dans le modèle AIDA : attirer l’Attention, susciter l’Intérêt, provoquer le Désir, inciter à l’Action.

    Notons que jusqu'ici tout va bien... Sommes-nous en sûrs ? 

    Prenons un exemple simple : nous aimons avoir des outils qui facilitent notre créativité... Ils la simplifient : smartphone pour faire des photos, instagram pour avoir des filtres déjà faits, Canva pour faire de la mise en page, Word, Pages, etc. - autant d'outils qui nous sont communs mais qui nous enferment dans une habitude créative. Nous ne sortons que très rarement des "templates", des modèles de mises en page proposés.

    Et pourtant, nous utilisons une marque Apple dont le slogan est "Think Different"... Mais comment pourrions-nous penser différemment avec des objets déjà encadrés, prêts à l'emploi qui ne favorisent peu ou pas un imaginaire disruptif ?

    La complexité de notre société tient dans la multiplication des paradoxes auxquels, nous sommes soumis. 

    Mais où est notre attention ?

    Elle se cadre, et, dans le même temps, se déplie au fil des algorithmes qui nous propose des contenus fidèles à notre identité numérique calculée. 

    attention,économie,marketing,éthique,internet

    Faut-il, dès lors, penser un RetroDesign de l'attention ? C'est l'une des questions que pose le Think Tank Fing qui s'intéresse aux transformations numériques. Mais attention, s'il faut penser un tel design de l'attention, nous devons le penser selon une certaine éthique. Cela signifie que les algorithmes qui entourent notre pratique, doivent être repensés non pour nous faire perdre du temps, mais bien pour en gagner afin d'augmenter nos capacités (cognitives par exemple).  

    Comme l'a démontré Natasha Schüll, la dépendance se travaille avec le design. « Tout bon chercheur sur ce sujet reconnaîtra que la dépendance est en grande partie une question de rythme des récompenses et renforcements, c’est-à-dire une question de fréquence. » 

    Elle s'est intéressée à la conception de la dépendance dans l’univers des machines à sous (voir son ouvrage Addiction by Design – Machine Gambling in Las Vegas).

    Nous pouvons également lister les autres détournements de notre attention :

    • le Fomo (Fear of missing out) ou "la peur de manquer" : voir ce que font les autres, ce qu'ils disent, ce qu'ils ont mis en avant, etc. Cette peur est sans limite, il suffit de regarder les comportements autour de soi dans les transports, dans les écoles. La seule façon de ne pas subir c'est de déprogrammer les alertes, de ne plus se servir de son téléphone comme réveil (pour ne plus avoir la tentation de regarder les posts de la nuit de son réseau).
    • L'approbation sociale : nous cherchons tous à être reconnus. Avoir des likes, avoir des coeurs sur des posts... c'est une médaille de plus accrochée à notre inconscient. 
    • La réciprocité sociale :  qui que nous soyons, nous sommes très sensibles à la réciprocité des gestes. Si vous me dites bonjour, je dois vous le dire également. Regardez au début de Facebook les "poke"... aujourd'hui dans messenger vous pouvez envoyer des simples "hello"... Nombreuses sont les plateformes web qui utilisent cette faille de notre psychologie.
    • "Le gavage" : les pages sans fin, les flux infinis, les vidéos qui se lancent toutes seules… Pour nous intimer l'ordre de consommer, le mieux est de continuer à nous donner à manger, même lorsque nous n’avons plus faim. 
    • L’interruption instantanée : les messages qui nous interrompent immédiatement sont plus convaincants. Ainsi, Facebook Messenger indique automatiquement à l’expéditeur lorsque nous avons “vu” un message. Indirectement, nous sommes ainsi contraints à répondre puisque nous savons que l’autre a vu que nous avions lu le message. Cela est valable sur Snap également...
    • Les valeurs de l'entreprises entremêlées avec nos valeurs personnelles. Cet entremêlement rend difficile le fait de quitter une plateforme dont nous avons l'impression qu'elle incarne tout ou partie de nos valeurs personnelles.
    • Le biais cognitif de l'absence de choix. Bien que ce ne soit qu'un biais cognitif, nombreux sont ceux qui considèrent que le seul moteur de recherche est Google... 

    Comme le souligne Tristan Harris, il est parfaitement possible de créer une technologie qui ne nous ferait pas perdre de temps et qui éviterait les détournements d'attention.  

     

     

     

     

    Mais l'attention c'est quoi ?

    Faisons quelques petits jeux...


    Nous ne voyons pas ce qui change doucement. Notre attention est limitée temporellement et nous sommes peu réceptifs au changement progressif. C’est ce qui explique, notamment, que nous ne nous voyons pas vieillir.

    Notre attention est limitée dans le temps. Et nous sommes bien plus attentifs à ce qui bouge vite, à ce qui clignote (d'où les systèmes de récompenses dans les jeux)…Nous sommes loin d'être attentifs au changement progressif. 

    Essayons encore une fois avec une autre vidéo :


    Si nous nous concentrons sur quelque chose, nous ne pouvons nous concentrer sur autre chose. C’est ce qui explique en grande partie l’hyper-compétitivité à l’égard de la captation de notre attention.

    Pourtant, chaque jour, nous tentons de faire plusieurs choses en même temps. Y sommes-nous attentifs ?

     

     

  • Traces de rêves

    Capture d’écran 2018-04-08 à 13.31.41.png

    Qu'est-ce qu'un rêve ? Serait-ce un insaisissable ? Une brume légère qui descend sur notre cerveau, qui l'assouplit, l'enveloppe, le réchauffe, l'étire, l'étend ?

    Nous allons, nous venons dans un monde qui va l'envers du temps. Nous allons et venons dans l'urgence de nos gestes quotidiens. Mais alors où sont logés nos rêves ? Existe-t-il une trace de ceux-ci ? Où est-elle ? 

    Le spectacle Traces de Rêves c'est un peu tout cela à la fois : un rêve, une proposition, un lieu, une respiration, un engagement.

    La Possible Échappée  est une association qui a mis en place une pédagogie artistique à destination des artistes en situation de handicap. Pour ce spectacle ce sont les participants de l’atelier de danse du foyer de Fleury à Meudon qui ont travaillé sans relâche pour réussir à nous transmettre leur part de rêves. 

     

    chorégraphie, La Possible Échappée, Art, Handicap, Artiste, créativité, danse

     

    Traces de rêves est autant un voyage initiatique que poétique. Au départ de ce rêve, le somptueux texte de Henri Michaux « La paresse », Mes propriétés (1930), dans La Nuit remue (Poésie Gallimard, p. 110-111). 

    Fermer les yeux, laissez-vous emporter par la voix... 

    "L'âme adore nager.
    Pour nager on s'étend sur le ventre. L'âme se déboîte et s'en va. Elle s'en va en nageant. (Si votre âme s'en va quand vous êtes debout, ou assis, ou les genoux ployés, ou les coudes, pour chaque position corporelle différente l'âme partira avec une démarche et une forme différentes c'est ce que j'établirai plus tard.)
    On parle souvent de voler. Ce n'est pas ça. C'est nager qu'elle fait. Et elle nage comme les serpents et les anguilles, jamais autrement.
    Quantité de personnes ont ainsi une âme qui adore nager. On les appelle vulgairement des paresseux. Quand l'âme quitte le corps par le ventre pour nager, il se produit une telle libération de je ne sais quoi, c'est un abandon, une jouissance, un relâchement si intime".

    Entrez, la brume descend légère, elle laisse entrevoir un premier tableau chorégraphique. Un balancier léger des corps. Un regard. Une entrée. Chut. L'âme s'étire, s'étend, s'enveloppe... Elle s'entoure légère des parures de l'imaginaire.

    chorégraphie, La Possible Échappée, Art, Handicap, Artiste, créativité, danse

    Neuf danseurs nous font voir, entrevoir la lumière de nos rêves. L'âme adore nager, elle vagabonde d'images en tableaux, de couleurs en joies. Ici les mots font que l'on plie et déplie l'espace à volonté. 

    La scène, sous leurs, pas se dévoile. Regardez d'un peu plus près. Il y a mille détails à voir. Chaque geste est une euphorie, un défi, une mise en abîme. Sous nos yeux, se révèlent les joies intactes des premiers jours. Les rêves se dessinent à tour de rôle. Il y a de la magie au coeur de ce groupe. Naît ainsi l'envoutement. 

    Saviez-vous que l'écriture de ce spectacle est un jeu entre eux et nous. Une envie, un saisissement ? Un jour vous viendrez voir ce spectacle et votre âme va se mettre à nager, entraînée par les tableaux créatifs choisis par les artistes. Une autre fois, vous reviendrez et il y aura une autre écriture, en fonction des joies solaires qui auront traversé leurs vies. Ainsi les âmes se mettent à nager. 

    Un corps se meut, nos âmes s'émeuvent dans l'espace commun du quotidien. La scène n'est qu'un prétexte à la rencontre, à la découverte d'artistes bouleversants, saisissants de générosité. 

    ___________________

    Plus d'informations : 

    Danseurs : Lila Aldelmoumène, Alexis Bilanga, Marion Boudaud, Stéphane Bovery, Mehdi Cochener, Anne Guillemot, Nadia Jeremie, Karim Lachal, Christophe Larchet, Christine Leroy, Christian Nguyen, Sébastien Schmidt

    Éducatrice au foyer de Fleury : Mélanie Chavy

    Direction artistique : Kathy Mépuis

    Dramaturgie et création lumières : Marylin Alasset

    La Possible Échappée