Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

google

  • La fin de nos libertés

    “Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.”

    Jean Jaurès

     

     

    9782212567625_h430.jpg

    Entre la phrase de Jean Jaurès et ce livre de Jean-Hervé Lorenzi & Mickaël Berrebi, quelque chose s'est perdu en chemin. C'est étonnant, non ?

    Mais quoi me direz-vous ? Le mythe de notre liberté, de notre indépendance ? Ce livre comme l'indique sa quatrième de couverture est "un plaidoyer pour le progrès. Il nous fait pénétrer dans l'univers des nouvelles technologies, ses exceptionnelles perspectives et ses risques.

    On évoque aujourd'hui beaucoup le numérique, à juste titre, mais bien d'autres domaines scientifiques sont concernés, la génétique, l'énergie, les nano-technologies. Peut-être notre liberté est-elle en danger : les dirigeants de ces grandes entreprises technologiques veulent définir le monde dans lequel nous vivrons dans les décennies à venir.

    Il s'agit donc d'éviter que les entreprises imposent leurs choix au monde, au détriment des puissances publiques, dans tous les domaines de notre vie sociale et privée.

    Une première question parmi bien d'autres émerge : faut-il démanteler Google et les autres GAFA ?"

    Mais il est aussi une enquête dans l'envers du décor. Le décor c'est notre paysage quotidien : les yeux rivés sur les smartphones, les pouces joueurs, les casques sur les oreilles (ou nouvelle mode l'enceinte portable)... Une société atomisée, divisée déjà évoquée de multiples fois dans mes articles ou dans mon essai "Nouvelles technologies - Nouveaux publics".

    Mais reprenons, dès l'introduction les auteurs, cite Raymond Kurzweil (vous savez le futurologue du MIT - le maître de Google) "sa liste de prédictions est longue elle s'étend jusqu'en 2099. Il décrit les différentes phases qui vont conduire l'homme vers un nouveau genre, celui de l'homme "augmenté", mi-homme, mi-robot" (Cf. page 17). Cela fait un moment que nous le savons, que nous essayons d'éveiller les consciences vis-à-vis de leur addiction technologique qui peut aller jusqu'à son ingestion. Bref, l'humain doit s'habituer à ses nouveaux comportements, les siens... Je me souviens encore des premiers "kit oreillette" dans les bus, où nous pouvions encore croiser le regard d'un autre humain sans craindre de déclencher une guerre. Celui qui avait l'oreillette et qui avait une conversation, passait pour un fou (de raconter sa vie ainsi)... C'était il y a sans doute un peu plus de quinze ans maintenant, aujourd'hui la vie s'étale en réseaux... 

    L'observation de ces comportements est un indicateur de ce qu'il se produit réellement dans l'envers du décor. Qui décide ? Qui dicte ces nouveaux modes de fonctionnement ? Quelque chose de fou se produit sous nos yeux et pourtant personne ne semble bouger. Nous sommes quelques fous à crier, à faire prendre conscience. Nous tentons de faire bouger les lignes face à une génération fataliste qui ne cherche pas à sortir de ce conformisme imposé. 

    Ce livre arrive au bon timing. Il évoque dans le passage à l'intelligence artificielle, le lien entre déshumanisation et asservissement volontaire. Cette déshumanisation "suppose un processus où l'homme se voit retirer, ce qui est force de droit dans les sociétés modernes, sa dignité d'être humain" (cf. p.53). 

    Il ne s'agit pas d'arrêter le progrès, mais il s'agit de l'encadrer, de lui proposer un système épanouissant pour tous, pas seulement pour certains privilégiés (soit les 1% des jobs)... Sur ce point, il aurait été intéressant de s'attarder sur les villes dites du futur (comme Google, Apple, Facebook, etc.)... villes dont les internautes sont exclus. C'est un paradoxe des plus frappants. 

    Mais le plus alarmant, c'est que cela indique clairement que nous (les citoyens) mais aussi les pouvoirs publics ne décident de rien face à ces géants capables de faire bouger les lois, les règles comme ils l'entendent. "Les grandes sociétés technologiques, qu'elles soient numériques, de génie génétique, de l'énergie ou du transport spatial, ont rapidement compris cette situation, cette vacuité publique et ont décidé de décrire l'avenir, leur avenir et désormais le nôtre, dessinant ainsi une société telle qu'elles la voyaient" (Cf. p. 159). Il est urgent que les institutions publiques reprennent les cartes en mains, en posant les véritables questions, sinon les citoyens devront entrer en résistance. 

     

    Un livre à lire, relire qui devrait éveiller les consciences de ceux (même des nouvelles générations) qui sentent que leurs quêtes personnelles est ailleurs : dans la réalisation d'eux-mêmes....

     

    _______

    L'avenir de notre liberté Faut-il démanteler Google... Et quelques autres ?

    Ed. Eyrolles.

     

  • Le storytelling des garages...

    Ils sont nombreux les garages à avoir eu une seconde vie, à avoir hébergé les "génies" du XXème et donc du XXIème siècle. Ces petits espaces font presque oublié qu'ils sont collés à une maison plus grande, plus large, plus importante, avec tout le confort moderne. 

    16602602_10154134599001956_8188644832559529717_n.jpg

    Mais revenons à l'histoire qui nous intéresse.

    Il était une fois... Le « garage Google », ce dernier a abrité Larry Page et Sergueï Brin, deux jeunes étudiants en doctorat informatique (respectivement âgés de 22 et 21 ans). Tous deux étudiants à l'Université Stanford dans la Silicon Valley en Californie se rencontrent. En 1996, ils collaborent sur un robot d'indexation du World Wide Web d'internet, sur l’algorithme d'analyse PageRank et sur le moteur de recherche nommé BackRub qui deviendra Google en 1997. Le nom de domaine www.google.com est enregistré le 15 septembre 1997. Ils abandonnent leurs études avant l’obtention de leur diplôme et lancent leur startup. 

    Il était une fois... (dans les années 1920) Walter Elias Disney qui fait ses débuts d’animateur et de publicitaire dans un garage, en l’occurrence celui de son frère Roy. Deux ans plus tard, l’histoire se reproduit puisque, fraîchement débarqué en Californie pour devenir réalisateur et producteur, Walt s’installe dans un autre garage, celui de son oncle Robert.

    Il était une fois... (dans les années 1970) Le "garage Apple" c'est un garage de maison californienne de 1951. Nous sommes au 2066 Crist Drive à Los Altos, dans la baie de San Francisco, près de Palo Alto dans le Silicon Valley... Les parents adoptifs de Steeve Jobs y emménagent en 1968. C'est là dans ce petit garage que Steve Jobs et Steve Wozniak, vont fonder la société Apple en 1976. 

    Nous pouvons passer sur l'histoire du garage de Bill Gates et Paul Allen... Dans le luxe français, nous trouvons aussi cette version du lieu secret, caché, non conforme d'où jaillit la lumière du monde.

    Nous pouvons pensé à Louis Vuitton (là nous sommes au XIX° siècle), il fabriquait ses première malles à l'arrière des boutiques. Mais il a eu de l'audace Louis Vuitton, en 1835, âgé de 14 ans, il part tenter sa chance à Paris. Il quitte son jura natal et parcourt à pied les 400 km qui le séparent de la capitale. Il entre en 1837 comme apprenti chez un « layetier-emballeur-malletier »  et réalise des coffres de voyage. À partir de 1852, il s'occupe des toilettes de l’impératrice Eugénie et fait reconnaître son savoir-faire auprès des clients les plus fortunés. Tout cela part d'une arrière boutique... C'est le garage de l'époque...

    Nous pourrions également pensé à Pierre-François-Pascal Guerlain, qui en 1828, après des études de médecin chimiste en Angleterre, s'installe à Paris comme parfumeur vinaigrier. Il va créer sa parfumerie au sein de l'hôtel Meurice. 

     

    D'où vient ce mot ? a quoi fait-il référence ?

    Le mot garage a une histoire intéressante. Il apparaît en 1802 et désigne l'« action de faire entrer les bateaux dans une gare d'eau ». Nous sommes loin de l'acceptation actuelle. 1865 « action de garer les wagons » puis en 1896 « entreprise » (et oui les voitures sont là...).

    Dans l'imaginaire collectif, le mot "garage" renvoie à un lieu "petit", "secret", gardé à l'abri des regards... Un lieu pour les hommes qui ont des origines humbles et qui vont surpasser leur déterminisme social. Ils vont transcender l'histoire. Ce sont des self-made-men. Remarquez comme les femmes sont déjà absentes de cette histoire. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Jésus-Christ ne serait-il pas né dans une étable ? Serait-là la préfiguration (avec deux mille ans d'avance) du garage ?

     

    Derrière le mythe... 

    Derrière le mythe, nous avons accès à une frénésie, à une façon de raconter pour contrôler. Car c'est bien de cela dont il s'agit. Les garages ne sont ici ni humanistes, ni éthiques. Ils sont garanties financières.

    Pour vous donner quelques actualités, le "garage de Google" n'est pas déposé au cadastre des monuments incontournables. Il semble que Google hésite encore sur un storytelling (en voie de garage). En revanche, malgré le déballage du mythe par Steve Wozniak (en 2014 Dans une interview à Bloomberg Businessweek), le "garage d'Apple" est devenu monument historique. Très intéressant financièrement... Mais passons.

     

    ... La société de contrôle

     Un mythe survit toujours à l'érosion des consciences. Nous parlons toujours d'Atlas, d'Athéna, de Zeus, de Chronos... Ils hantent nos imaginaires collectifs. Même les super héros croisent les dieux dans des films dits fantastiques... Mais à quoi servent-ils donc ces mythes ? Ils sont une forme de législation. Ils enferment les possibilités d'actions. Ils dictent les conduites (par une inscription mentale). C'est d'autant plus intéressant de prendre Apple, Google, Microsoft (seul a avoir été attaqué sur sa volonté de monopole) puisque nous sommes à l'exacte moment où la société de contrôle bascule, non plus dans "la soumission librement consentie" mais véritablement dans la "soumission". Ce passage est extrêmement intéressant. N'oubliez jamais que lorsque nous achetons un appareil (téléphone, ordinateur, tablette, etc.) nous cliquons sur "j'accepte" mais qui lit les pages de conditions d'exploitation ? Personne. Nous entrons ainsi dans une pseudo "autorisation consentie". Et ceci nous entraîne inconsciemment dans une succession d'engagements dont nous avons beaucoup de mal à nous défaire. Nos habitudes de navigation sont tenaces...

    Contrôler le garage c'est contrôler nos utopies

    Pourquoi puis-je m'amuser à une telle phrase ? Si vous dépassez le garage, alors comme chez Platon, vous pouvez sortir de la caverne. Là vous verrez le monde en grand. La vie est intrication, proposition, élan, rêve, utopies. Nous devons nous réveiller... Mais de quoi avons-nous à nous réveiller ? De cette société où tout est à portée de mains, de pouces... Miracle du digital (rappelez-vous digital signifie doigts, mains, et que nous pouvons compter sur nos doigts)...

    La société de contrôle naît avec la fin des institutions disciplinaires. Elle naît d'abord sous la plume du romancier Wiliam Burroughs. Mais elle s'élabore véritablement à la fin des années 1980. C'est chez Gilles Deleuze qu'elle trouve sa force en relisant les oeuvres de Michel Foucault (qui on se souvient a théorisé les institutions disciplinaires dans son ouvrage Surveiller et punir). 

    Comment définir simplement cette société ? C'est une société dans laquelle le contrôle des personnes s'effectue « non plus par enfermement, mais par contrôle continu et communication instantanée » (Cf. Gilles Deleuze, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », in Pourparlers 1972 - 1990). Ce à quoi Antonio Negri ajoute « les mécanismes de maîtrise se font […] toujours plus immanents au champ social, diffusés dans le cerveau et le corps de citoyens » (cf. Michael Hardt & Antonio Negri, Empire). 

    Ne serait-il pas temps de rêver hors garage ? De voir plus loin que le bout de son écran ? De se sortir les doigts du digital ?


     

  • 7 astuces pour "bien" écrire sur le Web

    image-2.png

    En 6 890 098 mots (minimum) et 2500 articles publiés (ou plus), quelques livres... j'ai eu le temps de comprendre comment on écrit sur le Web. J'ai eu le temps de me demander, comment bien écrire ? ou surtout comment être lu ?

    Depuis la naissance d'Internet, les techniques d'écriture n'ont pas trop changé. En revanche, la technologie a fait un bon en avant. Donc pour être lu sur le web... ou plus exactement être vu, il vous faut écrire pour les algorithmes. Et notamment deux (que j'adore) : Google Panda & Google Pingouin.

    Google Panda est apparu en 2011 et était censé améliorer la pertinence des résultats de Google en pénalisant les sites peu qualitatifs. Google Pingouin, lancé en avril 2012, devait lui, pénaliser les sites utilisant des techniques douteuses de netlinking.

    Maintenant que nous sommes prêts, voici nos 7 astuces !

     

    Astuce n°1 : Écrire pour les paresseux 

    • Soyez clair
    • Soyez séduisant
    • Soyez utile
    • Soyez précis
    • Soyez pédagogique
    • Soyez rassurant
    • Soyez convaincant

    Respecter la règle des 4C : Crédibilité, Clarté, Concision, Cohérence

    Bref des phrases courtes. Soit : sujet, verbe, complément.

     

    Astuce n°2 : La visualisation

    Créer autant que possible des infographies... des visuels percutants...

    Jouer autant que possible sur la TAILLE des TITRES 

    mettre quelques mots clés en gras, ou

    1. faire 
    2. des
    3. listes
    4. avec
    5. des puces

    Astuce n°3 : Pensez SMART (phone) - MOBILE 

    Inutile de vous rappeler ici, les 50 chiffres à retenir des réseaux sociaux en 2017, pour vous dire que toute la journée, les humains sont sur leur mobile... Le monde est devenu un écran. Nouveau prisme du réel. (cette dernière phrase, n'est pas bonne pour un algorithme, je vous rappelle, il faut être clair, concis, cohérent et crédible).

    Donc pour optimiser votre article, pensez lecture en F (le F-Shaped Pattern théorisé par Jakob Nielsen)...

    web, écriture, écrit, astuces, google, internet, règle, lu, lecture, tag, mots-clés

     

    Astuce n°4 : Pyramide inversée 

    web, écriture, écrit, astuces, google, internet, règle, lu, lecture, tag, mots-clés

    Cette pyramide est la clef de votre cible. Plus elle doit scroller, moins elle a d'attention. Normal, le monde va vite et l'information encore plus. Donc en haut l'information capitale et le bas les détails.

    > Nielsen Norman Group indique que 81% des internautes lisent, en moyenne, le premier paragraphe, contre 32% seulement pour le quatrième paragraphe. 

     

    Astuce n°4 : Qui est votre lecteur ?

    Adressez-vous directement à votre audience. Utilisez un langage vivant. Peu chiant. Pensez aux « call-to-action ».

    Evitez de concentrer l’attention sur vous / votre entreprise / votre marque...

    Hello c'est fini...

    Nous sommes à l'heure du STORYTELLING pertinent, joueur, participatif. Proposez à votre lecteur un contenu pertinent, intéressant, à forte valeur ajoutée et utile pour LUI (seul).

     

    Astuce n°5 : Travailler votre écriture

    Sans relâche. Chaque jour. Toutes les formulations. Tous les styles : du rap à la romance en passant par la version scientifique. Jouez avec les mots, avec les accords. Transformez. Métamorphosez. PLAY... 

    Mettez du rythme. 

    Essayez, tombez, recommencez...

     

    Astuce n°6 : Référencement Naturel (SEO)

    Ciel jamais sans mon SEO... Ok ?  Google a ses règles... Il aime les contenus pertinents et originaux. En plus Google explique toute la démarche... Donc suivez le guide !

     

    Astuce n°7 : RELECTURE

    Je sais, nous savons, ils savent... Nous voulons tous aller vite. Plus vite que notre ombre. Mais un mot peut en cacher un autre. Donc une relecture c'est bien. Pour éviter les redites, les doublons... Et surtout vérifiez bien que votre nombre de mots dépassent les 300... C'est mieux...

     

    Cet article est le résumé d'un cours... Accessible ici avec mot de passe ! Ce sera ici la dernière info pour les courageux... Un article ne doit pas comporter plus de 7 liens...