Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

philosophie - Page 5

  • Jill Bolte Taylor

     

    “Tout persécute nos idées, à commencer par notre cerveau”

    Emil Michel Cioran

     

    Ici, cette phrase résonne. Elle trouve une formidable preuve dans les recherches de Jill Bolte Taylor. 

    Née en 1959, elle est une scientifique américaine, spécialisée en neuroanatomie qui a la particularité d'avoir elle-même vécu un accident vasculaire cérébral.

    Suite, à cet accident, les hypothèses sur le fonctionnement cérébral qu'elle a tirées ont eu un fort retentissement. 

    Elle présente ici le sujet de l'asymétrie cérébrale. Elle affirme que les deux hémisphères cérébraux sont complètement séparés physiquement (mais reliés par un pont, le corps calleux), et qu'ils traitent différents sujets de différentes manières, de sorte qu'ils auraient des « personnalités » distinctes :

    • Le « cerveau droit » fonctionnerait comme un processeur parallèle (qui traite toutes les informations simultanément), fonctionnant dans l'« ici et maintenant ». Il transposerait en images (voir aussi pensée visuelle), et apprendrait « par kinesthésie » à travers les mouvements du corps. Il gérerait et associerait dans l'instant le ressenti global des sens : bruits, odeurs, images, état du corps dans l'espace, etc.
    • Le « cerveau gauche » fonctionnerait comme un processeur série (qui traite les informations de manière séquentielle). Il penserait de façon linéaire et comparative, notamment dans le temps. Il serait destiné à extraire les détails du moment présent pour les catégoriser et les organiser, les comparer aux événements passés afin de projeter les possibilités futures (voir aussi abstraction). Il transposerait en langage et gérerait la séparation et la distinction des choses. Il serait à l'origine du ressenti d'être ce que l'on est, distinct des autres, ce qui selon elle est le plus important de ce qu'elle a perdu au moment de son AVC (qui touchait la partie gauche du cerveau).

     

  • Jacques Derrida

    “Le moi est donné, livré, offert et trahi à la fois. Et cette vérité est affaire d'amour et de police, de jouissance et de loi à la fois.”

    Jacques Derrida


  • Albert Jacquard : supprimons la compétition...

    “L'oisiveté est, dit-on, la mère de tous les vices, mais l'excès de travail est le père de toutes les soumissions”

    Albert Jacquard

    (confer Petite philosophie à l'usage des non-philosophes)

     


     

  • Laurent Fidès : Face au discours intimidant

    Face-au-discours-intimidant.jpg

    Je souris, je ris, je savoure... Voici de quoi prendre de la distance avec ce flux informationnel qui nous entoure. Enfin, pour la seconde fois, je me sens moins seule dans ma démarche d'analyse du langage. Ici Laurent Fidès prend le temps de dessiner le contour de ces discours qui nous entourent, nous percutent et nous font nous exécuter dans un sens ou dans un autre. Oui nous sommes de pauvres pantins. Samuel Beckett, dans ses oeuvres, nous montrait combien notre corps répond à des mots, à des injonctions, à des répétitions...

    Ici Laurent Fidès écrit avec simplicité et lucidité notre actualité :

    "c’est un fait qu’aujourd’hui des donneurs de leçons nous disent ce que nous devons penser, ce en quoi nous devons croire, et surtout ce que nous devons espérer : un monde sans frontières, sans peuples, enfin libéré des vieilles traditions et débarrassé des « identités », peuplé de « citoyens du monde ». L’idéologie contemporaine, « migratoire », mondialiste, antiraciste, multiculturaliste, présente comme des « vérités » ce qu’on imaginait être des « positions », empêche le débat d’idées et fausse la compétition démocratique."

    Quels sont les donneurs de leçon ? Vous les connaissez, ils sont là partout... heures d'antennes répétées, slogan sans sens, répétition d'éléments de langage. Nous le savons "la répétition fixe la notion"... Bref reprenons notre soumission (in)volontaire. 

    Comme le souligne Laurent Fidès, nous sommes en plein "délire" ou plus exactement déréliction. Et oui la soumission programmée entraîne une solitude. Pire encore une solitude connectée à un ensemble de gestes automatiques. Mais alors qu'en est-il de celui qui détecte cela ? A celui qui sort des rangs ? 

    C'est assez simple, cette idéologie contemporaine "stigmatise tout individu qui oserait mettre en doute ce qui apparaît désormais comme un dogme incontestable. Ce discours intimidant n’a pas d’adversaire, ce qui supposerait un combat à armes égales. C’est un discours culpabilisant, qui diabolise voire criminalise toute pensée non conforme, dans le but d’échapper à une argumentation construite et rationnelle."

    La liberté s'efface au profit du contrôle, les mots sont des véhicules de médiation. Ils servent d'appui pour une stratégie de marque, pardon une stratégie comportementale. "Cette idéologie a son lexique, qui agit sur nos représentations et oriente notre perception du réel. La standardisation du langage façonne nos esprits et perturbe nos manières de voir, de comprendre le monde, de nous comprendre nous-mêmes comme êtres permanents, animés par la sourde volonté de durer, de continuer ce qui a été commencé. La philosophie abstraite, exclusivement axée sur la citoyenneté et les conditions formelles de la démocratie, ne peut s’exonérer de sa responsabilité dans ce processus de désintégration identitaire qui conduit non pas à une culture universelle, mais à l’universelle similitude. "

    Laurent Fidès propose une lecture très intéressante de ce fonctionnement en lui ajoutant la doctrine positiviste d'Auguste Comte. N'oublions pas l'objectif du positivisme "La formule sacrée du positivisme : l'amour pour principe, l'ordre pour base, et le progrès pour but". Il en découle chez Auguste Comte "Nul ne possède d'autre droit que celui de toujours faire son devoir". 

    Ici l'analyse de Laurent Fidès est très intéressante, car elle rejoint la nécessité de l'endoctrinement par le devoir à l'obéissance. Les discours nous enserrent, nous étouffent, nous oppressent... Réduisent le moi à un néant absolu qui a besoin de se "vider" la tête en regardant une bonne page de propagande... Et comme, il le souligne, si justement "l'homme d'aujourd'hui n'a pas le temps de penser, mais il a des habitudes de pensée : il sait à quoi s'en tenir sur un certain nombre de sujets. Mais l'habitude s'oppose à l'esprit critique"... Je me souviens d'un temps pas si lointain où sur une copie pour avoir écrit quelque chose de cet ordre j'avais reçu la mention "irrévérencieuse envers l'académisme du savoir"... 

    La plus belle médaille pour une philosophe de guerre, non ? 

    Enfin bref, un livre à lire à dévorer jusqu'à l'écoeurement. L'analyse du mécanisme de l'emprise des discours est très intéressante, même plus besoin de sémantique... 

    Je ne peux que partager le point ultime de la conclusion, le point 10 : " le propre des idées dominantes est de se faire passer pour ce qu'elles ne sont pas : des "vérités". La pensée critique doit procéder à la déconstruction de ces prétendues vérités, comme la philosophie l'a toujours fait, sans se laisser intimider".

    Ah, oui, mais là de quelle philosophie parlons-nous ? Pas de celle dominante ? Celle qui s'écrit ailleurs, celle qui cherche, celle qui pue, celle qui n'a pas peur des terrains, celle qui dévisage les mots, celle qui effraie... Bref une philosophie des marges, une philosophie des contenus et des nécessaires prises de position. Une philosophie debout. Une philosophie de guerre.